Editoriaux - Histoire - Polémiques - Politique - 15 septembre 2018

La repentance : Macron en marche dans les pas de Hollande

Ça y est, la flamme de la repentance est rallumée. Ouf ! Il était temps. L’ombre de Chirac et de Hollande allait disparaître. L’histoire est vraiment injuste.

Embourbé dans des sondages catastrophiques et les affaires peu claires, notre Président, pour essayer de s’en sortir, revient aux vieilles recettes : faire pleurer dans les chaumières.

La visite à la famille Audin, ce jeune communiste disparu pendant la bataille d’Alger, n’en finit pas de faire la une des journaux radio et télévisés. Cette visite n’est pas anodine. Il s’agit de faire parler les morts. Aveuglé par une idéologie communiste monstrueuse, fort à la mode après la guerre de 39-45, et qui ne trouve guère aujourd’hui refuge que dans notre étrange pays (1), ce jeune homme, qu’on dit grand mathématicien, s’est trouvé à 25 ans piégé dans un conflit politique majeur dont il ignorait les enjeux.

Qui sait si, le 5 juillet 1962, jour de l’indépendance de l’Algérie, il ne se serait pas retrouvé dans ces milliers de morts victimes du conflit interracial ? Qui sait s’il ne se serait pas retrouvé sur les bateaux de l’exil comme des milliers de compatriotes ? Qui dit que, comme de nombreux autres déçus par les Algériens devenus indépendants, il n’aurait pas changé et de point de vue et d’idéologie ?

N’oublions pas que l’Algérie est une construction française sur des territoires administrés par le colon ottoman.

Quand les politiques, ignorants de l’histoire ou feignant de l’être, arrêteront-ils ces repentances unilatérales ? La démocratie n’a rien à gagner dans ces démarches populistes, électoralistes et clientélistes. Notre député LREM Cédric Villani, pour qui être un mathématicien reconnu est un brevet de morale et de civisme, en a pris la défense. Espérons qu’il ne s’est pas trompé ni d’idole ni de cause. La veuve de Maurice Audin avait expliqué à Libération, en 2001 : « Les politiques sont frileux sur ce sujet, ils n’assument pas. Jospin fait un pas en avant, un pas en arrière. La France est indigne de son idéal, car il vaut mieux être fils d’un torturé que fils d’un tortionnaire. » Elle voulait probablement dire l’inverse. Comme quoi, entre les bons et les méchants, c’est souvent un problème de lunettes.

Dans la pêche aux voix, notre Président populiste, sur son dériveur, ne compte pas en rester là. Après avoir viré à tribord (droite), le Président des riches se voudra le Président des pauvres (coup de barre à bâbord). Mais qu’il se méfie, l’ENA n’est pas les Glénan. La mer n’aime pas les changements de cap brutaux. Encore un peu et le barreur va se retrouver à l’eau.

(1) La municipalité d’Aubervilliers (qui se déclare communiste ! il n’y a plus guère qu’en France que des hommes et des femmes osent se réclamer de cette idéologie !) a proposé aujourd’hui, dans un communiqué, que le nom de Maurice Audin soit donné à une résidence étudiante, contre l’avis du propriétaire, CDC Habitat.

Cher lecteur,
Nous travaillons d'arrache-pied pour donner de l'information alternative gratuite et de qualité à plus d'un million et demi de personnes.
Ce travail n'existe que grâce à la générosité de citoyens qui ont à cœur de lutter contre
les mensonges du politiquement correct et de rétablir la liberté d'expression en France.
Si vous acceptez d'aider Boulevard Voltaire dans cette mission salutaire pour notre pays, s'il vous plaît cliquez sur le bouton ci-dessous :


D'avance, un grand merci !
L'équipe de Boulevard Voltaire

À lire aussi

Le peuple est-il en train de se lever contre la tyrannie des despotes éclairés ?

Comme en 1789, une crise de la dette pourrait finir par tout emporter. …