Emmanuel Macron est depuis hier en Algérie. Deux grands enjeux dominent cette visite : un enjeu énergétique, avec ce gaz dont nous avons besoin, et un enjeu purement politique et diplomatique lié à l’immigration.

À première vue, pour nos compatriotes, l’enjeu le plus brûlant, alors que l’automne et l’hiver approchent, c’est le gaz. Impossible, pour le Président français, de laisser les Français grelotter de froid cet hiver. Impossible de fermer nos usines, faute de gaz pour les faire tourner.

Pendant cette visite, la France a donc les yeux rivés sur le gaz algérien. Mais, en réalité, nous n’avons pas grand-chose à espérer de l' comme fournisseur de gaz et il suffit d’entrer dans le concret pour le comprendre.

Car le gaz ne se transporte pas aisément. « L’ consomme la moitié de celui qu’elle produit, explique Philippe Charlez, expert énergéticien de l'Institut Sapiens, auteur de nombreux articles très précis pour Boulevard Voltaire. Elle vend le reste à l’Espagne via deux pipelines dont un fonctionne peu ou pas à cause des mauvaises relations avec le Maroc. Elle en vend aussi à l’Italie via un troisième pipeline qui n’a plus qu’un très faible débit lorsqu’il arrive en France après avoir traversé les Alpes. » Changer cela nécessiterait d’énormes travaux. Le reste, c’est du gaz naturel liquéfié. Nous en achetons 4,5 milliards de m3 par an à Alger - c’est 10 % de la consommation française. Alors, la France peut sans doute acheter un peu plus de gaz algérien, mais Emmanuel Macron ne trouvera pas en Algérie, à court terme, les 8 milliards de m3 que nous fournit jusqu’ici la Russie.

En attendant, la France a des atouts à faire valoir dans ses relations avec l'Algérie. Sur le gaz, rappelons que la France est la cliente de l’Algérie, c’est elle qui signe les chèques. Ensuite, depuis 2021, la France achète plus à l’ qu’elle ne lui vend de biens ou d’énergie, gaz compris. Enfin, la communauté algérienne de France envoie chaque année des milliards d’euros gagnés en France vers l’Algérie.

Libéré de cette dépendance hypothétique, notre Président a donc bien les mains libres en pour négocier le vrai dossier chaud, celui de l’immigration. Il doit absolument en profiter pour régler enfin le vieux conflit avec l’Algérie sur ce point : Algériens emprisonnés en France (A propos, combien d'Algériens parmi les étrangers et les doubles nationalités présents dans nos prisons ?), dettes non payées envers les hôpitaux français, fraude aux retraites touchées en Algérie et, surtout, pression migratoire continue de l’Algérie sur la France.

L’affaire des laissez-passer consulaires est emblématique. En 2019, près de 16.000 Algériens ont fait l'objet de mesures d'éloignement de la France, 1.600 seulement ont été exécutées, soit 10 %... faute d’accord de l’Algérie ! La situation s'est agravée depuis. En septembre dernier, Gérald Darmanin avait tapé du poing sur la table et menacé de réduire le nombre des visas accordés aux Algériens. Sans résultat.

Plus qu’une question de gaz, c’est donc une question de politique au sens noble qui se joue à Alger, une question de crédibilité du président de la République auprès des Français, une question d’autorité de la France sur le terrain international, une question de prestige et de souveraineté. Les débats mémoriels savamment entretenus par l’ ne servent qu’à prolonger une situation inacceptable par la France. Macron fera-t-il enfin preuve d’autorité ? Emportera-t-il enfin un succès, un vrai, à l’international sur un point aussi crucial pour l’avenir de la France ? Dieu sait pourquoi, on a des doutes…

11248 vues

26 août 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

32 commentaires

  1. Il ne faut absolument pas compter sur macron pour taper du poing sur la table Algérienne.
    D’abord il en est incapable, ensuite son idéologie de repentance prend toujours le dessus.
    Sans parler de sa haine de la France.

  2. excellent article! Macron doit traiter le problème de fond de nos relations avec cet Etat qui oublie tout ce qu’il doit à la France; ce gaz c’est la France qui l’a découvert, le Sahara c’est grâce à la France qu’il est devenu algérien; il suffit de regarder sur une carte ce qu’était l’Algérie avant la « colonisation »; rien !!!! cette nation n’existait pas; regardons aujourd’hui une carte depuis la colonisation : ces frontières au sud sont totalement en ligne droite grâce au partage français; nous avons largement les moyens de « convaincre Alger

  3. Je me pose encore la question de savoir comment ce macron qui n’a aucune poigne en rien , un désastre pour le pays a pu être réélu avec soit disant 58% de voix Pour les algériens et bien d’autres, pour eux c’est simplement une girouette ,rien de plus

  4. Notre carpette est en voyage d’affaire en Algérie , comment et pourquoi va-t-il se coucher ?

  5. Comme toujours …il se vautrera mais ne fera rien …rien à attendre …mais la casse et le désir de guerre ..

  6. « Plus qu’une question de gaz, c’est donc une question de politique au sens noble qui se joue à Alger… »
    Tout est dit ici. Dès lors, qu’en plus, il est question de crédibilité, d’autorité, de prestige et de souveraineté, comme le dit l’auteur de cet article, on sait d’avance que Macron représente l’exact contraire de tout ça.

  7. Après son indépendance, l’Algérie était le pays le plus développé d’Afrique, mais les musulmans ont laissé péricliter ce que les Français avaient construit et 60 ans après l’Algérie ne produit plus rien, importe tout, ne vit que de son pétrole que les musulmans n’auraient jamais su exploiter sans les techniques occidentales. Et les Algériens qui viennent maintenant mendier les allocations en France, prouvant qu’ils sont incapables de se débrouiller seuls, devraient mourir de honte.

Les commentaires sont fermés.

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter