Une prime aux agresseurs de gendarmes ?

C’est un noble sentiment que la solidarité. Dans un pays normal, on comprendrait qu’elle s’exprimât aujourd’hui en soutien aux innombrables entreprises au bord du dépôt de bilan à cause des blocages de ronds-points, manifestations et saccages, magasins fermés de force, ainsi qu’aux salariés mis au chômage technique par les gilets jaunes.

Mais nous sommes en France, alors ce sont près de 10.000 personnes – censées avoir du mal à boucler leurs fins de mois – qui ont préféré abonder la cagnotte mise en place sur un site pour aider Christophe Dettinger, le désormais célèbre boxeur de gendarmes.

Avant de rejoindre sa juste place (une cellule de garde vue), celui-ci a cru bon de livrer ses états d’âme sur YouTube. Le moins qu’on puisse dire est que, comme Madame de Staël le disait de son amant, “la parole n’est pas son langage”. Il est vrai que la baronne en attendait des services d’une autre nature…

Arguant pauvrement d’une sorte de légitime défense différée, mise à la mode par la grâce présidentielle d’une Jacqueline Sauvage, l’ex-champion d’un “noble art” qui n’a jamais si mal porté son nom, oublie qu’il est en lui-même une “arme par destination” qui aurait pu tuer ou entraîner une tétraplégie, même sur un homme casqué. On peut se demander si, dans ce cas, la cagnotte aurait eu le même succès ?

Preuve du malaise, celle-ci a été vite fermée alors qu’elle atteignait probablement les 150.000 euros. “Seulement pour financer sa défense”, soutiennent ses défenseurs. Diable, il y a là de quoi financer une armée de Dupond-Moretti ! Les organisateurs de la collecte auront-ils la bonne idée de verser le surplus aux Orphelins de la police ou autres œuvres des forces de l’ordre ?

À lire aussi

Procès Bannon chez Bourdin

La première banderille est posée : il est riche, donc il ne peut pas être honnête. …