Depuis cinq jours, le monde occidental a les yeux braqués sur l’Ukraine et l’attaque des forces armées russes sur cette ancienne république communiste de l’URSS. Indignation, atermoiements et larmes (parfois de crocodile) sont au rendez-vous, le sort des Ukrainiens est devenu celui de tous les Européens. Comment rester insensible au sort de ce pays envahi ? Entre un se rêvant chef de guerre et une Ursula von der Leyen fantasmant déjà une à 28, plusieurs observateurs de la vie géopolitique se sont pourtant étonnés de cet emportement sélectif vis-à-vis de l’agression russe quand, quelques mois en arrière, le monde occidental restait de marbre face à l’invasion du Haut-Karabagh par les soldats azerbaïdjanais.

Petit rappel des faits.

À l’automne 2020, la république autonome du Haut-Karabagh, rattachée à l’Arménie, est envahie par les troupes de l’Azerbaïdjan, pays voisin soutenu par la Turquie. En quelques semaines, les soldats azéris vainquent l’armée arménienne, notamment grâce à un meilleur équipement militaire et l’usage de redoutables drones kamikazes, de fabrication israélienne. Humilié, le gouvernement arménien signe un accord de paix et renonce à un tiers du territoire du Haut-Karabagh. Plusieurs témoignages du front feront état d’ignobles crimes de guerre commis par les azéris, partisans, pour certains, d’une guerre sainte aux relents djihadesques contre les chrétiens d’Arménie. Décapitations publiques, expropriations, humiliations des prisonniers de guerre, le vae victis prononcé par l’Azerbaïdjan sur l’Arménie vaincue n’a pas vraiment suscité le même émoi que l’invasion russe en Ukraine. Alors que l’Union européenne annonce vouloir financer intégralement l’équipement militaire ukrainien, que tous les pays membres se disent prêts à accueillir des réfugiés, que la classe politique occidentale dans sa quasi-totalité soutient l’Ukraine et son président Zelensky, l’étonnement est de mise. Pourquoi une telle inconditionnalité alors même que, quelques mois plus tôt, le peuple arménien, culturellement européen et spirituellement chrétien, comme celui d’Ukraine, sacrifiait sa jeunesse pour une guerre sur laquelle les Européens posèrent à peine les yeux ?

Le journaliste et écrivain Jean-Christophe Buisson, directeur adjoint du Figaro Magazine, s’est particulièrement intéressé à la guerre du Haut-Karabagh et s’est rapidement hissé en lanceur d’alerte sur la question des exactions azéries. Dans un entretien accordé au Point, il rappelle que « l’Azerbaïdjan est un pays qui animalise ses ennemis et dont le président Ilham Aliev a encouragé ses troupes à chasser les Arméniens de leurs terres “comme des chiens” ». Haine raciale, crimes de guerre, maltraitance, les troupes azéries ont pourtant commis le pire aux yeux d'une société occidentale profondément pacifiste et encline à s’ériger en défenseuse de la morale. Il n’y a pas si longtemps, la Libye était détruite parce que son président Kadhafi réprimait des émeutiers dans le sang tandis que, quelques années après, la Syrie était coupée du monde suite aux fameuses suspicions d’attaques chimiques à la Ghouta… Mais pour la guerre du Haut-Karabagh, nada !

Il faut dire que l’Arménie, malgré sa diaspora de 700.000 personnes en France, n’attire guère l’empathie des élites occidentales. Enclavée, politiquement trop proche de la Russie, ne disposant ni de gaz ni de pétrole ni de minerais, ce petit pays qui fut le premier royaume chrétien de l’Histoire n’aura pas le droit à son « Stand for Armenia » ni à ses petits carrés de couleur que l’on affiche en soutien sur les réseaux sociaux. Le traitement de faveur accordé à l’Ukraine et aux Ukrainiens qui, par ailleurs, ont toutes les raisons du monde de se battre contre l’envahisseur russe, donne à réfléchir sur le véritable prix de l’empathie occidentale. Après tout, si le président ukrainien Volodomyr Zelensky n’était pas aussi bon communicant, si les réserves céréalières du pays n’étaient pas aussi massives et, surtout, si l’Ukraine ne correspondait pas, géographiquement parlant, à la plus grande épine qu’il soit possible de mettre dans le pied de Vladimir Poutine, l’Occident s’érigerait-il en sauveur du peuple d’Ukraine ?

8545 vues

28 février 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

22 commentaires

  1. En ce qui concerne le Haut Karabagh, voilà un article totalement orienté qui réécrit l’histoire. Pas étonnant qu’avec un tel manque d’objectivité et de recul, on n’arrive pas à régler les problèmes de façon pacifique

  2. A l’automne 2020 la France se faisait injecter un maximum d’ARNm anti covid. On était en Guerre comme partout dans le monde. Chez nous des français perdaient leur emploi alors que quelques mois auparavant ils avaient été au front sans masque, et même avec le masque (muselière) il fallait les injections. D’autres pays menaient cette guerre avec moins d’arme ARNm et s’en tiraient mieux. Ne faisons pas de l’Ukraine une nouvelle guerre. pour les beaux yeux de Biden. Poutine ne fait que du nettoyage

  3. « si l’Ukraine ne correspondait pas, géographiquement parlant, à la plus grande épine qu’il soit possible de mettre dans le pied de Vladimir Poutine, l’Occident s’érigerait-il en sauveur du peuple d’Ukraine ? »

    Ukraine qui tire régulièrement depuis plus de 7 ans sur ses voisins civils, sans que l’UE s’en émeuve, qui plus est!

  4. Triste constat.

    Merci pour cet article très éclairant et démystifiant la non réaction de l’ U.E lors de la dern-ière attaque subie par les Arméniens.

  5. Ils ne faut pas dire du mal des musulmans, c’est raciste. Toute la classe politique réunie à laisser faire quant aux médias islamo gauchistes, woko racialistes se sont régalés. Lamentable. Et nous peuple français avons-nous manifesté ? Que nenni.

  6. vos propos sont tout a fait juste et clair, cher BLborne :

    « C’est pourtant simple à comprendre :
    L’ Arménie est attaqué par des pays musulmans et comme l’ UE s’ islamise de + en + ,
    elle détourne les yeux. »

    tout est dit, tout est là, sous nos yeux !!!!!

  7. Il faut être bien naïf pour croire aux actes purs et désintéressés , rien n’est jamais fait sans contre partie et il est évident que par sa position et sa notoriété l’Ukraine est un point stratégique .

  8. et que dire du Yémen que les occidentaux s’emploient à détruire en soutenant l’Arabie Saoudite etc…. Toutes ces guerres où nous avons pris part avec l’OTAN qui n’est plus une armée de défense mais une armée de va t’en guerre mais effectivement seul compte l’ennemi, aujourd’hui russe et chinois. Ne pleurez pas les victimes ukrainiennes, ce sont des larmes de crocodiles. Il y a vraiment de quoi être dégoutée par nos dirigeants et leur politique à vomir quelqu’elle soit sur quel sujet il soit

  9. Rien ne sert de dénoncer le deux poids, deux mesures : OTAN en emporte le vent !

  10. Je pensais que dans le sport la politique n’avait pas sa place?
    Minable FIFA et sa bande de corrompus

  11. Personne ne semble remarquer la contradiction entre la position officielle de l’UE, et de Macron pour ce qui nous concerne, à savoir la médiation entre Russie et Ukraine pour désarmer ce conflit, et leurs actes réels, à savoir envoi massif d’armes à L’Ukraine, et pour nous envoi de troupes aux frontières.
    Poutine est parfaitement en droit de considérer cela comme une déclaration de guerre. Ensuite on feint de s’étonner qu’il menace l’Europe de ses armes de dissuasion.

    1. « Poutine est parfaitement en droit de considérer cela comme une déclaration de guerre. »

      Totalement en accord avec vous.

    2. comment Macron peut-il déclarer la guerre à la Russie sans débat au Parlement ? C’est ça la démocratie ?

  12. Il faudrait quand même un peut cohérence. Quand on soutient la partition de la Catalogne et de l’Ecosse, quand on sait comment la France s’est approprié Mayotte, quand on discute sans problème avec la Turquie qui occupe la moitié de Chypre, jouer les vierges effarouchées devant les exigences de Poutine, c’est le bal des faux c… Surtout quand on affaire à un fou.
    Quand un terroriste prend des otages, on envoie des négociateurs… pour éviter qu’il fasse sauter tout le monde.

  13. Je suis choqué que nos bien pensants n’hésitent pas à sanctionner les sportifs et les artistes russes ! Là ils ont complètement oublié leur « pas d’amalgame » ! S’ils étaient sincères et honnêtes dans leurs décisions, ils boycotteraient immédiatement la coupe du monde de foot au quatar. En effet, combien de milliers d’esclaves, principalement népalais, assassinés pour construire les infrastructures destinés à accueillir cet événement ? Y aurait-il des morts qui comptent plus que d’autres ?

    1. Rester le plus neutre possible serait de loin la meilleure solution dans la mesure où chaque partie à des torts.

    2. « Y aurait-il des morts qui comptent plus que d’autres ? »
      Les chrétiens, les français dits de souche, maintenant les russes et les habitants qu’ils protègent….

  14. C’est pourtant simple à comprendre,
    L’ Arménie est attaqué par des pays musulmans et comme l’ UE s’ islamise de + en + ,
    elle détourne les yeux

  15. Pourquoi une telle inconditionnalité alors même que, quelques mois plus tôt, le peuple arménien, culturellement européen et spirituellement chrétien, comme celui d’Ukraine, sacrifiait sa jeunesse pour une guerre sur laquelle les Européens posèrent à peine les yeux ?

    Tout simplement parce que l’ennemi, number one, à abattre est l’ours russe, ni plus ni moins.

  16. Où l’on redécouvre qu’Israël n’a aucune réticence à vendre des armes aux Djihadistes . Ils avaient fait de même au Kosovo avec les résultats que l’on sait .
    « Les affaires sont les affaires » et leur morale ne dépasse pas les frontières des banques .

  17. Quel autre pays de la planète a t’il subit ces sanctions et hurlements que la Russie.
    À noter que les dites sanctions ont commencé à tomber avant même qu’un char russe ne soit rentré en Ukraine selon une fausse information, relayée dans la seconde.
    Le covid est passé par là et les toutous se lèvent tous quand un « chauffeur de salle » le dit…
    Souhaitons juste que la tribu des « va-t-en guerre » ne parviennent pas à ses fins…

Les commentaires sont fermés.