Coronavirus - Editoriaux - 24 mars 2020

Sortir à tout prix ?

Face à « l’équilibre difficile à trouver » annoncé par Édouard Philippe, lundi soir, au JT de TF1, certains réfractaires tentent le numéro d’équilibriste et leur imagination semble sans faille…

Des gendarmes, dont nous préserverons l’anonymat, témoignent de ce spectacle dont on ne sait s’il faut en rire ou en pleurer. Parmi les comportements insolites de cette tragi-comédie contemporaine, il y a celui qui croit qu’il « a le droit de se promener la nuit parce qu’il travaille la journée », celui qui conduit alcoolisé au volant « pensant ne pas se faire contrôler » ou tout simplement ces joyeux drilles s’ennuyant tellement en confinement qu’ils n’ont rien trouvé de mieux, pour tuer le temps, que de provoquer la maréchaussée en prenant le rond-point à l’envers…

En Belgique, une patrouille de la région de Bruxelles a décidé de diffuser la version parodiée de Claude François « Reste à la maison, même s’il y a le printemps qui chante » sur ses haut-parleurs pour inciter avec humour les citoyens à ne pas sortir. Puisque l’attestation dérogatoire prévoit la case « besoins des animaux de compagnie », un couple dans le Vaucluse a bien tenté de promener son lapin en laisse mais, récidivant, a écopé d’une amende de 135 euros, les gendarmes jugeant « la promenade illégale ».

Si les anecdotes sur Internet fourmillent pour dénoncer ces comportements inconséquents mais (avouons-le) assez hilarants, attribuons la palme à cet Espagnol déguisé en chien et marchant à quatre pattes dans les rues ensoleillées de Tolède !

Sans cautionner ces attitudes irresponsables et potentiellement lourdes de conséquences, veillons pour autant à ne pas devenir ces nouveaux chiens de garde insultant leur prochain sur les réseaux sociaux, gardant bien à l’esprit que le confinement peut être plus dur pour certains, surtout en appartement.

À lire aussi

Confinement : relèverez-vous ce défi ?

Bon nombre de défis sont lancés pour nous occuper pendant cette période de vacuité. …