Sexe à Westminster, Matt Hancock démissionne de son poste de ministre de la après avoir été surpris embrassant son assistante. Un baiser plus coûteux qu’il n’y paraît. Le 25 juin, The Sun, un tabloïd comme on dit, publiait des photos montrant le ministre, marié et père de trois enfants, embrasser dans les deux sens du terme, c’est-à-dire prenant dans ses bras et gratifiant d’un French kiss comme ils disent, la sémillante Gina Coladangelo. Des images tirées des caméras de surveillance datées du mois de mai (en plein confinement) qui semblent montrer une étreinte passionnée dans son cabinet ministériel. Mais ce n’est pas tout.

La presse britannique ne laisse rien passer, la liberté d’expression et d’information règne au pour le meilleur et pour le pire, et la diversité de la presse britannique est là pour en témoigner. En France nous avons bien Le Canard enchaîné avec son fusil à tirer non pas dans les coins mais dans le coin droit. Des diamants de Bokassa contre Giscard qui ont mis Mitterrand au pouvoir aux revenus salariaux présentés cumulés sur dix ans de Mme Fillon, vous connaissez la suite. En revanche, la deuxième cachée de Mitterrand nourrie aux frais de la République n’a gêné que Jean-Edern Hallier. Ce que les Britanniques reprochent à Matt Hancock, c’est non seulement d’entretenir une liaison avec l’une de ses copines de l’université, la millionnaire Gina Coladangelo, dont il avait fait sa conseillère bénévole, mais de l’avoir nommée administratrice dûment rémunérée du conseil de surveillance du ministère de la Santé, usant de l’argent des contribuables. The Sun parle de 15.000 livres, voire 5.000 livres supplémentaires.

Tous les Anglais ont en mémoire ce que rappelait Margaret Thatcher : « Il n’y a pas d’argent public, il n’y a que l’argent du contribuable. » À la différence de l’inénarrable Président socialiste Hollande qui pouvait dire tranquillement : « C’est gratuit, c’est l’État qui paie. » Déjà « l’argent magique » de Macron.

Ensuite, comme le rapporte The Sun, il y a ces contrats gouvernementaux lucratifs qui ont profité aux clients de Coladangelo : Luther Pendragon, le cabinet de lobbying dans lequel elle est directrice, se vante de clients qui ont obtenu des contrats lucratifs pendant la pandémie, y compris British Airways et Accenture, qui a reçu 2,5 millions de livres pour aider à reconstruire le NHS (National Health Service).

À quoi s’ajoute l’accusation d’hypocrisie flagrante. Depuis plus de 18 mois maintenant, Hancock est l’homme qui, sur l’écran de télévision, régente la vie des Anglais en résidence surveillée virtuelle et leur interdit de se mêler à quiconque en dehors de leur bulle familiale sous peine d’énormes amendes.

C’est une mauvaise nouvelle, évidemment, pour la femme et les enfants de Hancock, pour le mari, le millionnaire Oliver Tress, et les enfants de Coladangelo. Mais c’est une excellente nouvelle pour tous les autres, car cela a soulevé la possibilité réconfortante que Hancock, d’une certaine façon le ministre le plus détesté du cabinet du Premier ministre Boris Johnson, puisse enfin être expulsé.

Sajid Javid, ancien chancelier de l’Échiquier [ministre des Finances, NDLR] et ancien ministre de l’Intérieur, a été nommé nouveau ministre de la et des Affaires sociales.

Lors d’une audition parlementaire le mois dernier, l’ex-conseiller du Premier ministre, Dominic Cummings, avait accusé Matt Hancock d’avoir « menti » à plusieurs reprises et jugé qu’il aurait dû être « viré ». Il y a quelques semaines, il a affirmé, capture d’écran à l’appui, que avait qualifié Matt Hancock de « totally fucking hopeless » (« nullissime ») dans sa gestion de la pandémie. Imagine-t-on dire cela d’Olivier Véran, ce médecin ancien syndicaliste socialiste qu’il a nommé ministre de la Santé ?

28 juin 2021

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

5 3 votes
Votre avis ?
17 Commentaire(s)
le plus populaire
le plus récent le plus ancien
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires