Editoriaux - Politique - 25 mars 2019

Serge Federbusch : “La légère hausse d’Anne Hidalgo s’explique par le discrédit du macronisme.”

Serge Federbush, candidat à la mairie de Paris, réagit aux derniers sondages et à la décision du Rassemblement national de le soutenir.

Un sondage donne Anne Hidalgo à 24 %, talonnée par Benjamin Griveaux. Que pensez-vous de ce retour en grâce du maire de Paris dans l’opinion ?

Ce n’est pas un retour en grâce, son score fluctue autour de 22 % et traduit son maillage clientéliste fondé sur les subventions, l’attribution de logements et une bonne dose de mensonges sur le thème de la pollution qui effraie une frange de l’électorat. Il y a une volatilité d’électeurs qui hésitent entre les socialistes et La République en marche. Sa légère hausse s’explique par le discrédit du macronisme qui ne fait, d’ailleurs, que commencer.

Ce sondage ne vous cite quasiment pas ! Or, vous avez reçu, cette semaine, le soutien du RN. Pensez-vous pouvoir enclencher une dynamique ? La faiblesse de LR est-elle un atout pour vous ?

Nous n’avons pas fait de lancement médiatique et avons privilégié les rencontres avec les Parisiens. Beaucoup ont reçu nos tracts, vu nos affiches et discuté avec nos militants. Ce travail de terrain compte plus que l’écume sondagière, surtout à un an du scrutin.
Le soutien du RN est la première et puissante étape d’un mouvement qui s’élargira à toute la droite et au centre pour éviter la catastrophe d’une réélection d’Hidalgo.

Sur quelle ligne et quels thèmes allez-vous faire campagne ?

Sur des mesures pragmatiques et courageuses pour rétablir les finances, la circulation, la propreté, la sécurité et tout ce qui faisait le bonheur de vivre à Paris et qui a été détérioré par la mairie. Quelques exemples : la baisse de 10 % des taux d’imposition par une remise en ordre des finances de la ville et une meilleure affectation des agents, la création d’une vraie zone piétonne dans l’hypercentre avec, au préalable, la création d’un tunnel ouest-est du Trocadéro à Morland financé en partie par un péage. En attendant cette solution, nous rétablirons la circulation sur les berges en semaine. La création d’un droit opposable à l’achat du logement pour permettre aux locataires du parc social de devenir propriétaire moyennant des remboursements ne dépassant pas les loyers de plus de 10 %, etc. Toutes nos propositions sont sur le site d’Aimer Paris. Et je vous promets que les aménagements de voirie les plus ineptes seront évalués et corrigés. Par exemple sur le boulevard Voltaire !

À lire aussi

Serge Federbusch : « Un camp de migrants soi-disant fermé, dix de retrouvés »

Imprimer ou envoyer par courriel cet articleJeudi matin, un camp de migrants a été évacué …