La Marche des solidarités, le 20 mars, à Paris, notamment, a donné l’occasion aux haineux de déverser leur fiel sur la France. Toute la clique racialiste et victimaire s’était donné rendez-vous aux côtés du Comité Adama Traoré. C’est vrai qu’habitués aux accusations, déblatérations et rodomontades d’Assa Traoré, on ne s’attendait à rien de nouveau durant sa prise de parole à cette de Paris.

C’est Samir Elyes, militant associatif, qui s’est fendu des diatribes les plus rances contre la France. Il a osé dire que la française est négrophobe, sans oublier la rhétorique habituelle consistant à accuser la police de racisme. Il a conclu ses propos en enjoignant – cerise sur le gâteau, où plutôt pois chiche sur le couscous -, très sérieusement, les forces de l’ordre à ne plus entrer dans les quartiers… Mais sur ce dernier point, on va plutôt en rigoler et non polémiquer. La sortie du militant n’a pas manqué de faire réagir sur les réseaux sociaux et beaucoup d’internautes sont restés interrogatifs quant à la pertinence de ses accusations.

Si la négrophobie est définie comme étant la discrimination contre les Noirs, sachant que les sont interdites dans notre pays, sur quoi se base Samir Elyes pour porter une aussi grave accusation contre la Justice ? À quel moment la française a-t-elle condamné une personne parce que noire ?

Monsieur Samir Elyes ne doit pas vivre dans le même pays que nous. Il assène la rengaine habituelle de chez les policiers. Mais ça suffit. Certes, qui peut affirmer en toute objectivité que dans tout corps professionnel il n’existe aucune brebis galeuse ? Mais la police française n’est pas raciste parce que quelques policiers, largement minoritaires, ont des comportements inadmissibles. C’est valable dans tous les métiers.

Ayant la certitude que les mêmes propos tenus par des gens qui défendent la France auraient été assimilés à du fascisme, à des manœuvres séparatistes de l’extrême droite, je reste persuadé que les autorités sauront réagir afin de ne point laisser impunis les propos de Samir Elyes.

22 mars 2021

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.