La tension persistante entre la Pologne et les pays baltes vis-à-vis de la Russie est un prétexte marginal. La Russie a suffisamment de difficultés à traiter dans ses anciennes provinces et ses républiques caucasiennes pour ne pas s’en prendre à des États dont l’indépendance est acquise et dont l’ est clairement établie. La Russie demande simplement que les minorités russophones, importantes dans les pays baltes, soient respectées.

Ces questions sont secondaires et ne sont, pour la américaine, qu’un prétexte pour inquiéter l’ et justifier l’existence de l’, vecteur de l’intervention des USA. Car le problème est là : la cohésion américaine est westernienne ! Il lui faut un ennemi, une brute et un truand face au bon shérif américain. Et la Russie de Vladimir Poutine lui fournit l’ennemi idéal : la puissance militaire russe et l’usage qui en est fait servent de base à l’image de la brutalité, l’habileté diplomatique permet d’entrevoir le malin. La Russie endosse le costume de la cible rêvée : d’abord, il se situe dans la bonne vieille continuité de la guerre froide et le Kremlin, ses murailles et ses secrets offrent un tel symbole de l’État autoritaire face au pays de la avec sa Maison-Blanche à portée de regard des passants qu’on serait bien bête de s’en passer ; ensuite, l’alliance entre la Russie et l’Europe serait une catastrophe, car elle ferait de cette Eurasie une puissance considérable largement capable de rivaliser avec les États-Unis ; enfin, le rejet de la Russie dans une alliance avec la est en fait une bonne opération, car elle reconstitue la situation des années 1950, place la Russie dans la situation humiliante de brillant second et ne peut que déboucher sur des frictions le long d’une immense frontière qui sépare une terre riche mais dépourvue d’hommes de la multitude chinoise avide de richesses.

L’ennemi de substitution, le terroriste islamiste, était inévitable après le 11 septembre 2001. Mais il n’est pas le bon. Les Russes ont le même. En revanche, il a été bien utile aux Américains en Afghanistan contre les Russes, et en ex-Yougoslavie lorsqu’il s’agissait de combattre les Serbes. C’est pourquoi la stratégie américaine a voulu le confondre avec le nationalisme arabe, irakien ou syrien, ou avec le chiisme iranien, qui, eux, sont de véritables gêneurs car ils s’opposent à la mainmise américaine sur un certain nombre de ressources énergétiques notamment. Partis combattre Ben Laden, les USA sont tombés sur le dos de Saddam Hussein, dans un glissement que la France avait eu le courage de dénoncer en 2003. Objectivement, l’ n’est pas l’ennemi de Washington qui conserve d’excellentes et fructueuses relations avec les États qui s’en réclament, de l’Arabie wahhabite à la Turquie d’Erdoğan, le Frère musulman. Les troupes américaines quittent l’Afghanistan qui retombera aux mains des talibans. Les Français vont quitter le Sahel. 90 soldats français sont morts en Afghanistan, 50 au … tandis que nombre d’Afghans et de Maliens s’installent en France. L’absurdité suicidaire des politiques menées atteint des sommets.

Alors, il faut se rendre à l’évidence. La Russie n’est pas plus notre ennemie que les Anglo-Saxons ne sont nos amis. Il faut relire le récit du colonel Jacques Hogard, L’Europe est morte à Pristina, ou celui du général Tauzin, Rwanda, pour comprendre que les Anglo-Saxons mènent une politique conforme à leurs intérêts, où les motivations idéologiques ou religieuses sont moins importantes que les objectifs stratégiques, politiques ou économiques, qui assurent l’accroissement de leur influence ou de leur pouvoir, ou affaiblissent ceux de leurs rivaux. En Afrique centrale, il s’agissait d’évincer les Français des anciennes colonies belges francophones et notamment du très riche nord-est du Congo-Kinshasa. Des protestants anglophones comme Museveni et Kagame en ont été les instruments. Dans l’ex-Yougoslavie, le but était de poursuivre l’émiettement de l’Europe et le recul de l’influence russe, slave et orthodoxe, et non plus marxiste. Cette fois, ce sont les musulmans qui ont fait l’affaire, et les Allemands et leurs vieux alliés croates y ont contribué.

La France serait-elle le seul État à croire vraiment aux prétextes idéologiques, à la croisade démocratique, pour imposer le pluralisme et les droits de l’homme à des cultures qui y sont rétives ? L’enlisement malien et la volonté d’en sortir sonnent le glas de cette illusion.

19 juin 2021

Partager
BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

5 4 votes
Votre avis ?
8 Commentaire(s)
le plus populaire
le plus récent le plus ancien
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires