Il n’y a pas loin du à la roche Tarpéienne. Hier, Éric Coquerel était le roi, victorieux du RN, élu à la tête de la commission des finances - ce qui, eu égard à son profil et son parcours, revient un peu à confier la présidence de la commission de la défense à un objecteur de conscience -, et voici que son trône s'effrite déjà, sous les coups de butoir de Rokhaya Diallo. Invitée par Éric Brunet, sur RTL, celle-ci jette soudain dans la conversation une « question sensible ». Elle évoque, rapportée par « plusieurs sources », le « comportement qu’il aurait avec les femmes » : « Ce sont des choses qui reviennent de manière récurrente, depuis plusieurs années, il y a avait eu un article dans Causette, qui parlait d’un député LFI sans le nommer. » Bref, conclut-elle, « en cohérence avec mes convictions féministes, je dis d’Éric Coquerel ce que je dirais de toute personne : il me semble incohérent qu’un parti promouvant des valeurs d’égalité choisisse pour cette commission une personne faisant l’objet de telles accusations ».

Les commentaires sur les réseaux sociaux s'empilent, très nombreux, depuis jeudi soir. Une féministe, Amandine Fouillard, la félicite avec un gros cœur : « Le courage de dire tout haut ce que tout le monde sait tout bas. » « Ça fait très Le Pen, cette formule », glisse un twittos. Pas sûr que la comparaison fasse plaisir à Rokhaya Diallo.

Parmi les militants LFI, certains la soutiennent, ajoutent que c'était un secret de polichinelle. D’autres, acerbes lui demandent « pour qui elle travaille », la traitent de menteuse, l'accusent de diffamation : il est vrai qu’aucune plainte n'a été déposée, rien de concret sur le plan judiciaire. Mais a devancé ce reproche : « C’était le cas de Taha Bouhafs, il n’y avait rien de judiciaire au moment où il a été auditionné, c’était juste des témoignages qui étaient parvenus aux autorités de LFI, il n’y avait pas de plaintes. D’ailleurs, je crois qu’il n’y a toujours pas de plainte. Pour autant, il a été écarté de sa candidature. »

Le Comité contre les violences sexuelles de LFI fait aussitôt un tir de barrage, assurant, quelques heures après l'émission de RTL, n’avoir jamais reçu « aucun signalement ». Le comité « déplore la mise en circulation de rumeurs ne s’appuyant sur aucun élément concret ».

On remarquera que ce qui est dénoncé à grands cris par la gauche dans la ou l’Église, le lavage du linge sale en famille, le traitement par des instances interne des « problèmes » deviennent pratique hautement vertueuse dès lors qu’il s’agit de LFI. Sandrine Rousseau rappelle que « sans témoignage direct, on ne peut pas se fonder sur la rumeur », s'attirant aussitôt des quolibets ironiques : de facétieux archivistes du Net ont exhumé une de ses déclarations récentes à propos de Damien Abad : « La présomption d’innocence n’empêche pas le principe de précaution. »

« Il ne faut pas jeter des accusations sans aucune preuve ni aucun élément sérieux », renchérit Manuel Bompard. C’est tellement peu le genre de la gauche… se fend d’ailleurs d’un tweet amer : « Bonjour, je ne pense pas avoir besoin d’en rajouter. Chacun voit bien le deux poids deux mesures. Moi, LFI, me calomnier à partir d’un dossier vide, ça n’avait pas l’air de les embarrasser. »

Quelle mouche a piqué Rokhaya Diallo ? Pourquoi tout déballer ainsi ? Sincérité soudaine ou sourde vengeance ? N’a-t-elle pas digéré, comme le suggère la journaliste Emmanuelle Ducros, l’éviction de Bouhafs ? Se venge-t-elle en torpillant Coquerel - tout zélateur de l’islamo-gauchisme qu'il est, Coquerel n’en reste pas moins un mâle blanc de plus de cinquante ans ? A-t-elle affabulé, grossi de tout petits faits, ou veut-elle faire montre, simplement, d’honnêteté en disant la vérité ?

On se souvient que dans sa charrette l’emmenant vers la guillotine, Danton criait, de loin, à Robespierre : « Ton tour viendra ! » Ainsi en est-il des luttes intersectionnelles et de #MeToo : les boomers soixante-huitards qui ont joui sans entraves, selon le slogan bien connu, devront tôt ou tard passer à la caisse. Pour certains d’entre eux, c’est d’ailleurs déjà le cas.

Quoi qu’il en soit, si les faits se précisaient, d’autres personnalités de LFI pourraient être éclaboussées par ce « Coquerelgate ». La même Amandine Fouillard interpelle Manuel Bompard : « Je me souviens pourtant que le sujet avait été évoqué lors du RV que nous avions eu en avril 2018 […] Tu es donc au courant depuis minimum cette date. Il est temps de prendre tes responsabilités. »

En attendant, Coquerel coupable ou pas, le hashtag #OnVousCroit revient comme un boomerang - justice immanente : quand le mis en cause est LFI, persiflent certains sur les réseaux sociaux, on ne vous croit plus, on veut des preuves. D’autres se demandent si Sandrine Rousseau va organiser un chahut à l’Assemblée comme elle l’a prévu pour Damien Abad. L'extrême gauche découvre brutalement que la présomption d'innocence peut avoir du bon.

Éric Coquerel promet, pour le week-end, une tribune de mise au point.

9317 vues

1 juillet 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

51 commentaires

  1. Même si cela existe malheureusement et si c’est hautement condamnable, je suis toujours gênée par l’opportunisme avec lequel ses dénonciations apparaissent au jour J

  2. heureusement qu’il ne s’agit pas d’un membre du RN, pour l’instant les loups se battent entre eux, il va y avoir de la place bientôt

  3. Alors là c’est bien fait. On va bientôt remettre en honneur la « loi des suspects  » qui permettait, pendant la Révolution, d’arrêter n’importe qui sans preuves et de l’exécuter sans avocats…

  4. On n’en sait rien. Mais, pour ces femmes, sans doute subalternes au sein de LFI, était un gros Risque !
    Elles étaient liées au Secret au risque de leur éviction.
    Attendons une Plainte !

  5. Tout ça pour rien .On va en parler quelques jours et on passera à autre chose .Les pourris se protègent entre eux .Trouver un élu intègre devient de plus en plus dur .Mais ne dit on pas « qui se ressemble s’assemble « .

  6. Ca y est ! La guerre est déclenchée. Surprenant d’ailleurs que les coups ne soient pas partis plus tôt ?
    Souhaitons seulement que le conflit soit le plus dévastateur possible, voir cette gauche putride s’effondrer serait un spectacle délectable.

  7. Bonjour Me Cluzel,
    Lecteur assidu, j’apprécierais que votre site se consacre davantage à des articles de fond plutôt que publier des ragots comme ces déclarations de Me Diallo sur RTL et dont les médias mainstream raffolent. Peu importe que ses affirmations soient vraies ou fausses. Notre pays traverse des moments graves qui appellent à réfléchir à autre chose que des affaires de moeurs ,lesquelles ne sont certes pas à négliger, mais qui ne sont pas au premier plan des préoccupations actuelles

  8. Madame Diallo sait peut-être plus qu’elle ne dit, elle connait peut-être des faits vécus ?

    1. et alors ? Peut être qu’en fouillant sa vie…Et alors ça apporterait quoi au niveau vie de la Nation ?

  9. Que ma France est devenue dégueulasse.
    Moi j’enverrai au bagne à perpétuité tout ce beau petit monde qui nous gouverne depuis 50 ans et qui se permet de nous donner des leçons de morale .

  10. Certains bruits de couloir disent aussi le grand attrait du Conducator pour ces dames. J’ai ouï parler d’une youtubeuse qui se serait éloignée de la sphère rapprochée du grand homme pour ces raisons. Pas encore de plaintes ?

Les commentaires sont fermés.

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter