Audio - Editoriaux - Entretiens - Politique - 1 février 2019

Robert Ménard : “À Béziers, je suis ravi que la vidéosurveillance dérange les libertés des petites racailles”

Après avoir doublé les effectifs et armé sa police municipale, Robert Ménard double les caméras de surveillance.

Au micro de Boulevard Voltaire, il défend son choix politique, largement soutenu par les Biterrois, et expose les chiffres, en baisse, de la délinquance dans sa ville.


«Mauvaise nouvelle pour les racailles» : c’est le titre du dernier journal de Béziers.
Pouvez-vous nous expliquer ce choix éditorial que certains ont jugé provocant ?

C’est simple. Chaque fois que je vais dans un quartier de ma ville, les gens me demandent des caméras de surveillance.
Les caméras de surveillance dissuadent les petits dealers et les petites crapules de rester dans les quartiers. Ça nous donne aussi les moyens de les arrêter puisque nous pouvons ainsi identifier les auteurs de tel ou tel fait. C’est donc la réponse nécessaire pour obtenir à une meilleure sécurité dans la ville.
J’ai doublé les effectifs et armé la police municipale. Elle travaille 24h/24h et 7j/7. Maintenant, il faut doubler les caméras de surveillance. C’est une évidence ! Ensuite, je vous rappelle que ces caméras de surveillance ne sont pas seulement utiles à la police municipale, mais elles servent aussi à la police nationale et à la gendarmerie.


Guilhem Richaud, du Midi Libre, dit comprendre le message, mais regrette qu’on assimile sweat à capuche et racailles. Avez-vous une réponse à lui faire ?

Cette moraline à quatre sous de Midi libre… Ils sont tombés sur la tête. Croyez-vous que les Biterrois sont souvent agressés par des hommes en costume cravate ?
Cela ne fait pas l’ombre d’un doute…ceux qui agressent les gens ne sont pas en sweat à capuche, ils sont cravatés…
Comment peut-on dire une bêtise pareille ? La presse se ridiculise elle-même.
Je vous donne deux chiffres pour illustrer la politique de la ville de Béziers. La délinquance à Béziers a baissé de 14 % cette année. Je vous invite à aller voir dans d’autres villes en France si c’est le cas.
En 2014, lorsque je suis arrivé à la mairie, la police avait fait 93 interpellations dans l’année. En 2018, la police a fait 1770 interpellations. C’est la seule chose qui m’intéresse et qui intéresse les Biterrois.

L’utilisation de ces caméras a-t-elle pour vous une réelle efficacité ?

Elles participent à faire baisser la criminalité. Elles aident la police municipale, la police nationale et la gendarmerie. Elles chassent un certain nombre de gens des quartiers.
Que ce soit attentatoire aux libertés des voyous, j’en suis ravi. Les honnêtes gens s’en contrefichent. Si cela permet d’emmerder le type qui est en train de vendre du hasch sur le trottoir, alors très bien. Je suis pour gêner les libertés des petites crapules et en l’occurrence des petites racailles.

À lire aussi

Robert Ménard : « On ne peut nier la réalité de l’immigration massive, il y a des zones d’apartheid dans certains quartiers »

Imprimer ou envoyer par courriel cet articleLa Cour de cassation a rejeté, le mardi 4 juin…