[Reportage] Soirée de soutien au JDD : l’ogre Bolloré fait trembler la gauche !

JDD G Lejeune

La rédaction du Journal du dimanche (JDD) ne veut pas de Geoffroy Lejeune, nous l’aurons compris. Depuis l’annonce de leur mise en grève, le 22 juin dernier, les journalistes du JDD ont reçu d’innombrables soutiens, particulièrement venus de gauche. La soirée organisée à Paris, au Théâtre libre, par Reporters sans frontières (RSF), mardi 27 juin, en fut une parfaite démonstration. Attirant « mille personnes », cet événement était organisé en « solidarité avec la rédaction du Journal du dimanche ». RSF précisait, en amont, que ce « grand meeting » était avant tout l’occasion de « défendre l’indépendance éditoriale des médias » en partenariat avec « les associations et collectifs de journalistes Informer n’est pas un délit, Stop Bolloré, Un bout des médias, Journalisme et citoyenneté ».

À l’animation, Jean Massiet (vidéaste politique), nouveau chouchou des médias bien-pensants, qui dénonce d’emblée la « nomination honteuse de Geoffroy Lejeune ». Mais attention, à en croire Christophe Deloire, secrétaire général de RSF, « nous avons tout fait pour que ce meeting soit le plus transpartisan possible ». Transpartisan, oui, mais à gauche. À voir la liste des personnalités politiques (présentes sur scène ou non), on devine rapidement la teinture idéologique de cette grande réunion. Étaient, entre autres, présents : Marine Tondelier, secrétaire nationale d’EELV, Alexis Corbière, Clémentine Autain, Raquel Garrido et Éric Coquerel (députés LFI), David Assouline, sénateur PS, Laurent Esquenet-Goxes, député Renaissance, Bernard Cazeneuve (dont la vidéo diffusée sur écran géant a suscité l’indignation ; certainement l’ancien Premier ministre n’est-il pas assez woke), et Sophie Binet, secrétaire générale de la CGT. On retrouvait également dans le public les discrets Edwy Plenel, Bruno Jeudy mais encore Daniel Schneidermann. La couleur était annoncée : « Des personnalités médiatiques et politiques, ainsi que des intellectuels, viendront s’exprimer sur scène. Les associations et collectifs de journalistes Informer n’est pas un délit, Stop Bolloré, Un bout des médias, Journalisme et citoyenneté sont partenaires de ce meeting, organisé en solidarité avec la rédaction du JDD. » Quel programme !

 

« L’ogre » Bolloré

À cette histoire, il fallait trouver un grand méchant. Sans vilain, le héros ne peut véritablement s’accomplir. Tout trouvé ! C'est l’horrible Vincent Bolloré. Comprenez, le milliardaire breton serait un homme d’extrême droite, et qu’est-ce que l’extrême droite, selon Marine Tondelier, sinon « une porte vers le fascisme » ! Bolloré n’aura jamais autant eu les oreilles qui sifflent. Traité d'« ogre », de « monstre » mais encore de « prédateur », le milliardaire est décrit comme un homme prêt à tout pour faire triompher des « idées nauséabondes » qui mettent en danger « les valeurs de la République ». Dans une vidéo diffusée sur écran géant, l’académicien Erik Orsenna ne fait pas dans la dentelle : « Derrière l’appétit de l’ogre s’affirme son projet : Travail, Famille, Patrie. »

Qu’il est amusant de retrouver sur scène cette même gauche qui s’emploie si souvent à nier la binarité et la complémentarité des sexes mais qui ne s’empêche pas d’avoir une vision bien binaire du monde : les méchants contre les gentils. En fait, derrière sa volonté de défendre la liberté de la presse, la gauche souhaite conserver les terres qui lui sont acquises.

« Contrer l’arrivée de l’extrême droite au pouvoir »

En réalité, ce « meeting » a été une nouvelle occasion de « contrer l’arrivée de l’extrême droite au pouvoir ». Ainsi, Sophie Binet estime que l’arrivée de Geoffroy Lejeune au JDD « n’est pas seulement une affaire financière, [mais] une affaire idéologique. On le sait, il [Vincent Bolloré, NDLR] ne s’en cache pas. » Et de poursuivre : « Sa stratégie sur les médias, c’est un objectif idéologique, culturel, de préparer la prise de pouvoir de l’extrême droite. » De son côté, le sénateur PS David Assouline, ancien militant trotskiste, considère qu’« avec Bolloré, on assiste à un empire au service d’une idéologie d’extrême droite qui prône la haine raciste, qui est homophobe, qui est sexiste et qui se met en marge de toutes les valeurs de la République ». Les résistants du dimanche font front. Contre le « système Bolloré », tous les fantasmes doivent être exprimés, tous les coups permis.

De cette grand-messe anti-Bolloré, on ne retiendra finalement que le mot d’Antoine de Rivarol : « Il n'est rien de si absent que la présence d'esprit. » Cette soirée fut la preuve de plus que le journalisme, loin d’être un « contre-pouvoir », en est réduit à être le pilier de l’idéologie dominante. La présence de Geoffroy Lejeune au JDD provoque de l’urticaire à ceux-là mêmes qui osent donner des leçons de pluralisme.

Cet article a été mis à jour pour la dernière fois le 29/06/2023 à 13:58.
Julien Tellier
Julien Tellier
Journaliste stagiaire à BV

Vos commentaires

26 commentaires

  1. c’est sur que ceux qui ne partageais l’avis du propriétaire de VA, au sujet de l’éviction de Geoffroy Lejeune, on eu un peu plus de courage

  2. Heureusement qu’il y a Bolloré dans cette République, parce que sinon la Démocratie avec les Médias libres, ce serait assez coincé, voire à enfermer….Merci à Christine Kelly et ses éditorialistes, mais ce n’est pas la Majorité…

  3. « Derrière sa volonté de défendre la liberté de la presse, la gauche souhaite conserver les terres qui lui sont acquises. » Derrière sa volonté de défendre la liberté de la presse, la gauche souhaite conserver les terres qu’elle a volées par trafics d’influences mafieuses et qu’elle espère conserver par les mêmes méthodes.

  4. ce qui énerve ces petits rigolos c’est qu’avec Geoffroy lejeune, ils seraient obligé de bosser et de fouiller un peu plus leurs articles, et là bosser pour eux est une insultes, pas étonnant qu’on retrouve tous les apôtres du droit à la fainianterie, être payer et buller, c’est leur électorat gavé aux aides sociales et aux ZAD, cannabis et chansons tristes, l’avenir de la France croient-ils parce par eux, et c’est bien triste.

  5. Bravo à Monsieur Bolloré Quand au sénateur Dassouline il devrait se taire, car il oubli que ces gens d’extrême gauche soutiennent les casseurs soit disant antifascistes, qui eux détruisent sans réfléchir.

  6. J’espère que Bolloré ne va rien lâcher.(ça m’étonnerait de sa part ) et même racheter d’autres journaux afin de rééquilibrer
    L’information. Marre de tout ces holibrius d’extrême gauche qui manipulent le peuple avec leurs soi disant VALEURS
    ces gens-là rêvent de refaire 1789 !

  7. Travail , famille , patrie ? eh bien ils ne pouvaient pas mieux trouver ce dont la france a besoin , c’est exactement ça afin qu’elle retrouve ses valeurs .

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois