​Environ 1.500 personnes s’étaient regroupées à Redon (Ille-et-Vilaine), vendredi 18 juin 2021, pour participer à une rave party. Des centaines de gendarmes étaient déployés sur place pour empêcher l’installation de système son car l’événement avait été interdit par la préfecture d’Ille-et-Vilaine. De violentes échauffourées ont duré toute la nuit et on déplore plusieurs blessés, relate Ouest-.

Sept heures d’affrontement

Alors que les fêtards voulaient occuper l’hippodrome de Redon, plusieurs centaines de gendarmes étaient sur place pour empêcher toute installation de système son. Vers minuit, les affrontements ont éclaté entre les forces de l’ordre et le public et ont duré toute la nuit. Selon la gendarmerie, six personnes auraient été interpellées, et du matériel aurait été saisi. Cinq personnes sont en garde à vue, le samedi 19 juin.

Les heurts de la nuit ont été « d’une extrême », explique le préfet d’Ille-et-Vilaine, Emmanuel Berthier, qui évoque « près de sept heures » d’affrontements, à coups de cocktails Molotov, boules de pétanque et divers projectiles, contre gaz lacrymogènes et grenades de désencerclement utilisés par les gendarmes.

 

« Ils n’étaient pas là pour faire la fête, ils étaient là pour en découdre »

Le bilan est lourd : cinq gendarmes blessés, dont deux hospitalisés, et deux blessés, dont un qui a perdu sa main. Une enquête a été ouverte pour déterminer les circonstances exactes de l’accident.

Malgré l’important dispositif de gendarmerie, les fêtards ont finalement installé leur sono et ont lancé la musique techno. Vers 12 heures, les autorités locales attendaient encore les consignes du ministère de l’Intérieur au sujet de l’évacuation des lieux. « Ils n’étaient pas là pour faire la fête, ils étaient là pour en découdre », a déclaré le maire de Redon Pascal Duchêne.

Cinq personnes ont été placées en garde à vue et trois enquêtes ont été lancées.

19 juin 2021

Les commentaires sont fermés sur cette publication.