[Point de vue] Origine des vagues de chaleur : l’emballement médiatique ne fait pas de détail

canicule

La multiplication des vagues de chaleur qui ont touché une partie de l'Europe cet été a conduit les médias à chercher un lien avec le réchauffement climatique, l'idée étant toujours de nourrir l'alarmisme nécessaire pour faire passer les difficiles mesures qui nous attendent dans les mois qui viennent. Ils ont été aidés en cela par une étude parue début juillet dans la revue scientifique Nature. BFM TV s'en est fait l'écho en ces termes : « La multiplication de la fréquence de ces phénomènes serait due, selon les scientifiques, au réchauffement climatique, ayant provoqué une augmentation des températures autour de l'océan Arctique, du côté de la Sibérie, de l'Alaska et du Canada. »

La publication en question reprend le discours bien connu du réchauffement climatique anthropique qu'elle relie à la création de ce que les auteurs appellent un double jet-stream. Cette situation de double jet provoquerait des anticyclones de blocage et des remontées d'air chaud. Les auteurs avouent cependant qu'« il existe peu de preuves de changements dans la fréquence et l’intensité du blocage estival européen dans le cadre d’un réchauffement climatique » et que leur théorie ne permet d'expliquer que 35 % des épisodes de chaleur sur l'Europe occidentale et 30 % pour l'ensemble de l'Europe. Cela est bien peu, vous l'avouerez, et mériterait des études plus approfondies avant publication. Ils expliquent aussi que les relations causales exactes entre double jet et blocage sont difficiles à interpréter, que les doubles jets peuvent être à la fois une cause ou une conséquence du blocage. Mais peu importe, le lien entre réchauffement anthropique et vague de chaleur est vaguement établi et cela suffit pour faire le buzz.

Or, il existe d'autres explications à ces vagues de chaleur décrites dans une littérature assez abondante sur le sujet, passée sous silence par les médias. Un article paru dans la revue Nature Reviews Earth & Environment en 2021 montre que l'Europe centrale a vécu des sécheresses plus longues et sévères durant les minima solaires de Spörer (1420 – 1570) et de Dalton (1790 - 1820) que celles qui ont été observées durant le XXIe siècle. Il montre aussi que les sécheresses récentes (2003, 2015 et 2018) sont dans la gamme de la variabilité naturelle et qu'elles ne sont pas sans précédent pour le dernier millénaire.

Une autre publication parue dans la revue International Journal of Climatology en 2021, montre un lien entre la circulation océanique en Atlantique, représentée par l’indice appelé AMO (oscillation atlantique multidécennale), et la durée d'ensoleillement annuelle dans la ville de Potsdam. Cette ville a été choisie car elle possède un historique de température fiable remontant à 1893. Les auteurs de la publication établissent une corrélation parfaite entre l’indice AMO et la durée d’ensoleillement annuelle dans cette ville. Ils établissent la même corrélation pour l’ensemble des stations météo allemandes, mais pour la période 1951-2020. L’AMO présente des cycles de 20 à 40 ans où la température de surface de l’Atlantique Nord varie de 0,5 °C entre les extrema. Son influence sur l’évolution des températures en Europe est bien connue et bien documentée scientifiquement.

Il n'en demeure pas moins que les blocages en lien avec les méandres du jet-stream ont pour conséquences que, quand il fait chaud sur une partie du monde, il fait froid ailleurs. Ainsi, le cumul de glace au Groenland est largement au-dessus de la moyenne de la période 1981-2010. En août 2022 l'étendue des glaces arctiques est supérieure à celle des cinq années précédentes. De même, l'Europe de l'Est et la Sibérie ont enregistré des anomalies de température de -5 à -15 °C. Si juillet a été un mois chaud, l’anomalie globale de température n’est que de 0,36 °C.

Marc Le Menn
Marc Le Menn
Ingénieur en physique-instrumentation, docteur en électronique, auteur de nombreuses publications scientifiques, travaille dans un établissement public dédié aux sciences de la mer

Vos commentaires

53 commentaires

  1. On se voit en démiurges, capables d’influencer le climat par un comportement approprié (transition écologique) ou inapproprié (diesel, moteurs thermiques). La réalité, c’est que nous sommes encore d’une ignorance totale sur les mécanismes d’albedo, d’effet de serre, de jetstreams et de courants marins. Même si les glaciologues du GIEC ont quelques connaissances sur les corrélations avec le gaz carbonique, leur science est trop partielle et à sens unique (du fait du changement de phase qui informe mal sur les phénomènes de réchauffement). Il faut affiner les études. Nous en avons tous les moyens avec les satellites, mais le système d’équations est mal conditionné par la disparité des coordonnées spatiales. On est loin encore de pouvoir décrire l’intégralité des phénomènes thermiques, dynamiques et hygrométriques. Les scientifiques avouent leur ignorance, mais les ignorants écolos parlent en maîtres et prédisent l’apocalypse pour demain..

  2. Comme je l’ai déjà dit antérieurement, la planète terre subit des périodes de réchauffement et de glaciation. Rien à voir avec l’activité humaine et les émissions de gaz à « effet de serre ». C’est le soleil qui chauffe la planète. Lire le livre d’Yves Roucaute (L’Obscurantisme Vert) il explique tout et d’une manière humoristique, un régal. Les petits bonhommes verts font notre malheur.

  3. excellent article qui rappelle la prudence comme nécessité scientifique . Le réchauffement climatique est une réalité, le facteur entropique très difficile à cerner. Marc Le Menn rappelle fort justement l’historique des vagues de chaleur et le grand nombre de paramètres qui peuvent influer sur la température du globe: l’activité solaire ( on en parle peu) la production de poussières d’origine humaine ou volcanique qui entoure la planète, le jetstream et j’en oublie. Le principal mérite de cet article est de nous mettre en garde contre les certitudes péremptoires. Oui, l’approche scientifique, c’est d’abord douter ce qui est moins rassurant et pas simple lorsque les politiques interpellent les chercheurs quant à la conduite à tenir. .

  4. Tous ces pseudo scientifiques que l’on voit s’exprimer à longueur de journée sur les causes du réchauffement climatique, ne savent pas prédire le temps qu’il fera la semaine prochaine, voire dans les prochaines 48h.
    Par contre, ils sont certains que le niveau des océans va augmenter de plus en
    plus et que la température moyenne va augmenter de 2 à 3 degrés d’ici 2050 si on fait rien.
    Avec leurs petites mains, ils pensent pouvoir influer sur les cycles de notre soleil.
    Quand on voit la somme des inepties qui sont déversées sur les chaînes d’info en continu, on peut se demander si c’est par incompétence ou malhonnêteté.
    J’ai tendance à penser :les 2 mon capitaine

  5. Merci pour ces explications compréhensibles par tout Français détenant son « Certificat d’études ». Elles ont l’accent de la vérité réelle contrairement au blabla officiel noyé dans un écologisme de papier!

    • Beaucoup de Français n’ont pas le certificat d’études primaires et sont incapables de l’obtenir, alors ..

  6. Faut-il le répéter toujours et toujours : Le réchauffement climatique est un phénomène naturel et d’ailleurs l’article y répond déjà en partie . La terre bascule sur son axe vertical (déclinaison magnétique) et c’est donc une évidence que la ligne imaginaire de l’équateur change de place créant de fait des zones de température changeantes .
    Le dérèglement climatique est bien réel ; ses causes aussi Déforestation, pollution et j’en passe .
    Si on peu agir sur l’un, l’autre est naturel depuis plusieurs milliers d’années .

  7. Eh oui, en été il fait chaud et en hiver il fait froid . Grande découverte. On nous enfume avec le ´´réchauffement climatique‘’ Cela permet de masquer toutes les déficiences de ce gouvernement et de dépenser un pognon de dingue pour financer des projets totalement inutiles, des associations bidons et des ministères, secrétaires d’état tout aussi bidons.

    • c’est la triste verite, mais il faut laisser au peuple ,croire ce qu »on lui inculque depuis des années

  8. Mettre en exergue le réchauffement climatique et ses menaces permet d’occulter nombre de problèmes réels et quotidiens

  9. Dénoncer le réchauffement climatique, pour certains, il existe certainement un autre but inavoué que celui de sauver la planète. Et si notre terre devenait une planète inhabitable, elle cesserait de tourner autour du soleil pour disparaitre à jamais ? et ce à cause de l’humanité.

  10. Les climatosceptiques et les anti-vax font le malheur des jounaux de droite, et de certains partis du même bord. Et le succès de Macron. On ne peut pas s’opposer aux connaissances scientifiques. Vouloir expliquer les vagues de chaleur comme un hasard ou uniquement en fonction des trajectoires des jet-stream, sans tenir compte du changement anthropique du climat terrestre, est une entreprise mensongère, qui n’a pas sa place dans un jounal sérieux.

    • Qui diffuse des théories mensongères qui arrangent bien les politicards et les multinationales qui y voient une sources de profits inépuisable ???

    • Ce qui n’a pas sa place dans un journal sérieux c’est le fait généralisé aujourd’hui de nier systématiquement tout avis contraire à la doxa officielle qui veut qu’on va tous mourir. Oui nous allons tous mourir un jour, c’est dans notre nature. En attendant je suis climatoréaliste, le climat n’a jamais été réglé, il est normal qu’il change. J’ai tous mes vaccins, grippe comprise mais je suis très réticente sur la « vaccination ? » contre la covid et ses conséquences désastreuses qu’on veut ignorer. Et j’ajouterai que je me pose beaucoup de questions sur les causes et les conséquences de la guerre en Ukraine… mais pour autant je privilégie l’écologie dans ma vie de tous les jours, économie d’énergie, achats, tri des déchets… et je reste prudente. La solution n’est pas dans la négation des avis contraire mais dans le questionnement permanent et dans la recherche de solutions, le cerveau humain est une memerveille faisons confiance à nos chercheurs et laissons les travailler en paix.

    • On aimerait connaitre vos compétences à faire de telle affirmations? Vous êtes-vous déjà colletés à ces modèles d’atmosphère ou météorologiques ? Je suis directeur de recherches honoraire au CNRS, ancien directeur d’un laboratoire d’énergies nouvelles, et j’aimerais avoir vos certitudes.

    • Vous êtes bien formaté par les médias on dirait. Lisez un peu le livre d’Yves Roucaute ( L’obscurantisme vert), il y a toutes les références scientifiques pour voir les choses sous un autre angle.

  11. En 2003 la canicule « a tué » 13000 personnes âgées (plutôt abandonnées dans la solitude par leurs proches). Cette année où la température a été sans commune mesure avec celle de 2003, combien de morts ? Monsieur Le Menn, ne comptait pas sur BFMTV ou d’autres chaînes publiques pour publier votre excellent article ainsi que ceux des trublions climatosceptiques délaissée hélas par les médias aux ordres des ecologistes.

  12. Qui se souvient de l’ouvrage de Pauwels et Bergier, « le matin des magiciens » ? Ce bouquin, paru il y a environ un demi-siècle, s’efforçait de faire le tour des sciences parallèles, plus ou moins occultes. Dans le chapitre traitant de l’astrologie, les auteurs évoquaient les ères zodiacales, périodes s’étalant sur quelque 2000 ans, et plus spécialement les époques de transitions entre deux de ces ères, époques couvrant un siècle ou un siècle et demi. Ces périodes là seraient extrêmement troubles, entraînant des catastrophes de tout genre, guerres, révolutions, famines, épidémies, catastrophes naturelles, bouleversements climatiques…
    Notons que nous sommes en plein dans une de ces périodes, puisque nous sortons de l’ère zodiacale des Poissons pour entrer dans celle du Verseau, Aquarius, comme on le chantait dans la revue musicale Hair. Bien, nous constatons le retour des guerres sur le continent européen, celui des épidémies, les catastrophes naturelles se succèdent un peu partout dans le monde, quand au climat…
    Pour ma part, j’ai tendance à penser que cette théorie n’est pas plus farfelue que les prédictions du GIEC ou les élucubrations de Greta, ou de Sandrine Rousseau !

  13. L’important vanta tout c’est de faire peur voir La stratégie du choc ….
    Il faut se rapprocher des climats réalistes …

  14. Pour avoir lu un peu, beaucoup, je ne pense pas une seconde à ce qui est annoncé sur le changement de climat. Mais compte tenu de la peur orchestrée pour tout dans ce pays, il sera très difficile de faire entendre raison à une partie de nos compatriotes. C’est cyclique uniquement.

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois