La métaconnaissance (littéralement « connaissance sur la connaissance ») désigne la connaissance que le sujet a de ses propres connaissances ainsi que le contrôle qu'il exerce sur son propre système cognitif. C’est exactement la problématique que rencontre Wikipédia

Je recherchais, pour les besoins d’un argumentaire sur les mines et les forages, la date de création de la première machine à vapeur industrielle : il s’agissait, alors, de répondre aux besoins cruciaux du pompage dans les mines (je supposais pouvoir disposer au moins d’un document sérieux indiqué au rayon « références » en fin d’article). Je consulte donc un site dédié sur l’historique de la machine à vapeur : https://fr.wikipedia.org/wiki/Machine_à_vapeur.

On y trouve des tas de choses plutôt bien documentées, ce qui me conduit à un autre article intitulé : « Histoire de la machine à vapeur ». Là, je vous laisse seuls juges de ce que j’ai trouvé dans le premier paragraphe intitulé « Précurseurs » : « Le premier moteur à vapeur rudimentaire connu et la première turbine à vapeur à réaction, l'éolienne, sont décrits par un mathématicien et ingénieur nommé Héron d'Alexandrie (Héron), dans l'Égypte romaine du Ier siècle, dans son manuscrit Spiritalia seu Pneumatica. La vapeur éjectée tangentiellement par des buses faisait tourner une boule pivotante. Son efficacité thermique était faible. Cela suggère que la conversion de la pression de la vapeur en mouvement mécanique était connue en Égypte romaine au Ier siècle. »

« Héron a également conçu une machine qui utilisait l'air chauffé dans un feu d'autel pour déplacer une quantité d'eau d'un récipient fermé. Le poids de l'eau permettait de tirer une corde cachée pour actionner les portes du temple. Certains historiens ont confondu les deux inventions pour affirmer, à tort, que l'éolienne était capable de faire un travail utile. »

C’est ainsi que l’on découvre que le rédacteur « wikipédien » ne connaît absolument rien d’Héron d’Alexandrie, connu pourtant encore de tous les élèves de terminale au moins :

- pour sa célèbre formule de calcul de la surface du triangle ne faisant intervenir que les longueurs des côtés et, donc, le périmètre ;

- en physique par sa découverte et mise en évidence du principe de réaction du gaz (vapeur d’eau) sur l’air atmosphérique, démontré par sa maquette expérimentale : l’éolipile.

Le scribe « wikipédiste » a baptisé cet appareil « éolienne » : il a donc rédigé - ou recopié sans le comprendre - un texte initial, niant par cette appellation inepte toute l’importance fondamentale de la découverte !

Car il s’agit d’un dispositif original, tout à fait inconnu jusqu’alors, qui crée un jet gazeux (d’où le nom éoli- pile : « générateur de vent ») mettant en évidence la force de réaction du gaz sous pression sur l’air ambiant… N’importe quel élève de lycée comprendrait cela !

Mais le pire est à venir… Dix lignes plus bas, dans le même article, on lit en effet :

« En 1605, la mathématicienne française Florence Rivault a écrit dans son traité sur l'artillerie qu'elle avait découvert que l'eau, si elle était confinée dans une bombe et chauffée, ferait exploser les obus. »

N’ayant pas la science infuse d’un « wikipédiste », je me suis précipité à la recherche d’une mathématicienne de ce nom, qui m’était totalement inconnue… Je n’ai pas trouvé de page Wikipédia en français : en fait, Florence Rivault n’a jamais existé !

Mais il existe bien, dans des pages en anglais, une page « Florence Rivault » qui explique la confusion entre le prénom féminin Florence et le nom Fleurance, que l’on retrouve dans le patronyme Rivault de Fleurance. Il s’agit de David Rivault de Flurence (1571–1616). Il sera gentilhomme de la chambre d’Henri IV et précepteur en mathématiques du jeune Louis XIII. Sa découverte de la force explosible de la vapeur d’eau est avérée.

En fait, on est fondé à croire que le scribe ne sait pas lire l’anglais. L’article en anglais renvoie, d’ailleurs, à une page Wikipédia en français qui, elle, existe bien : https://fr.wikipedia.org/wiki/David_Rivault_de_Fleurence.

Non, David Rivault n’était pas un transgenre ! Et il n’y a jamais eu, historiquement, de « Florence Rivault »!

Laissons les « wikipédistes » continuer à se ridiculiser…

9331 vues

08 octobre 2023 à 12:15

Partager

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

21 commentaires

  1. Le problème dans cet article, c’est que certes, il dit vrai, mais que son auteur lui-même commet une faute en écrivant « problématique au lieu de problème » !..
    De nos jours, dès que quelqu’un sort un mot qu’il trouve joli, tout le monde lui emboîte le pas.
    C’est ainsi que l’on entend TOUS les jours , PARTOUT et SANS cesse, y compris chez les « journalistes » TV :
    Problématique au lieu de problème …
    Thématique au lieu de thème …
    Au final au lieu de « in fine, à l’arrivée », voire « à la fin » … « pour clore ou « en dernier lieu ou ressort » etc …
    Perdurer « dans le temps » au lieu de perdurer … (car si l’on perdure, ce ne peut être que dans le temps)
    Perdurer au lieu de durer …
    Paroxysmique alors que l’on doit dire ou écrire paroxyntique …
    Au jour d’aujourd’hui au lieu de aujourd’hui (qui est un barbarisme absolu) tout simplement …
    S’empirer au lieu de « empirer » … « la crise empire et NON s’empire » …
    Alors actuel au lieu de « À l’heure actuelle » …
    Et hélas, la liste est encore longue, surtout si l’on ajoute les fautes d »orthographe … les tics de langage … le datisme … le janotisme et autres « impropriétés » de langage et NON les impropretés …

    1. Oui, il est remarquable qu’il n’y a plus de problème, mais que des problématiques. On accorde le mot espèce qui est féminin avec le nom qui suit, ainsi vous entendez « un espèce de chien ». On emploie le verbe avérer à la place du verbe révéler. Le pire est quand on entend « cela s’est avéré faux », et comme vous l’écrivez la liste est longue.

  2. Depuis la fameuse bio caviardée de Branco le gauchiste j’évite ce site bien souvent idéologue et fausse

Les commentaires sont fermés.