On sait à quoi pense Dati quand elle se coiffe le matin

DATI

Faudrait vous entendre entre vous, les copains, hein ! Mardi soir, conférence de presse marathon du Président. Le cas Dati est abordé par un journaliste effronté. « Vous voulez que je vous fasse une confidence ? », dit, en gros, le Président. Allez-y, on est preneur. Eh bien, dans son entretien d’embauche (ou plutôt de débauchage), il n’a pas été question de Paris. On imagine alors qu’on a dû parler culture. Peut-être même, en propos introductif, en guise de palabre avant d’entrer dans le dur, a-t-on parlé de littérature, des derniers bouquins qu’on a aimés, de la dernière expo visitée. Bref, histoire, aussi, de tester au passage les capacités de la pressentie à rejoindre la start-up et à tenir accessoirement le poste qu’occupa autrefois Malraux, jadis Jack Lang et, naguère… Roselyne Bachelot qui, elle, avait tout de même à son actif d’être sociétaire des Grosses Têtes. Mais de Paris ? Du tout. Pourquoi aurait-on parlé de Paris ? Sans blague ! Et en plus, ils nous prennent pour des imbéciles.

Une courte nuit là-dessus, une douche, un bon petit dej' et c’est reparti. Dès potron-minet, Rachida Dati, qui a eu le temps de récupérer de sa folle soirée élyséenne, d’autant qu’il semblerait qu’elle a un peu dormi durant la conférence du patron, de bon matin, donc, le tout pimpant ministre de la Culture débarque à la matinale de RTL. Et là, cash comme elle sait l’être, « nature, peinture », elle déclare : « J’ai un objectif, c’est Paris. » C’est clair, c’est net. Pas une semaine qu’elle a été nommée à un important et prestigieux poste ministériel, et elle annonce tout de go son objectif personnel. Donc, ministre, c’est quoi ? C’est en attendant de, histoire de changer un peu de boulot ? Les crottes de chiens du VIIe arrondissement et les galettes des rois au CCAS avec le troisième âge, ça va bien cinq minutes, mais faudrait voir à grandir, à densifier le CV. On notera le « mon ». Il y a peu encore, la dame n’avait de cesse, lorsqu’elle parlait de sa famille politique, de dire : « nous les LR ci », « nous les LR ça ». Ça, c’était avant. Peut plus faire ça, maintenant, et elle n’a pas, pour l'heure, adhéré à Renaissance. Un délai de viduité ou de décence, peut-être.

L’aveu, qui, en fait, n’en est pas un (ça se voit comme Sarkozy lorsqu'il se rasait le matin), vient un peu casser la baraque de Macron qui, la veille, tentait de nous faire prendre des vessies pour des lanternes. En tout cas, dans ce petit épisode du grand feuilleton de l'hiver « Remaniement au Macronistan », on notera la performance de la toute nouvelle porte-parole du gouvernement, Prisca Thevenot. Du talent, beaucoup de talent. Autant Véran était filandreux et pâteux à la fois, autant Mme Thevenot est très prometteuse dans ce nouveau job, qui n’est sans doute qu’une étape. On la sent capable de défendre un point de vue et son contraire avec assurance et le sourire en prime. « Une femme qui revendique sa liberté dans un monde qui en a plus que besoin », c’est ainsi qu’elle a justifié les propos de Dati sur RTL. Vu comme ça, on n’a plus rien à dire. Avec le recul, on se demande même pourquoi Rachida Dati n’a pas rejoint plus tôt la Macronie.

Georges Michel
Georges Michel
Editorialiste à BV, colonel (ER)

Vos commentaires

24 commentaires

  1. « Avec le recul, on se demande même pourquoi Rachida Dati n’a pas rejoint plus tôt la Macronie. » Mais parce que Dati n’a pas attendu Macron pour commencer à exister politiquement et parce c’est une personnalité qui ne se manipule pas comme la majorité des traînes-patins et autres illustres inconnus dont le président adore s’entourer. Macron se sert de Dati autant qu’elle se sert de lui. Ils n’ont probablement aucune considération l’un pour l’autre mais chacun espère tirer un bénéfice personnel de cette alliance qui ressemble à celle de la carpe et du lapin.

  2. Voir le portrait de Dati sur le Canard Enchainé , ses liens avec les pays musulmans en particulier l’Azerbaïdjan , sa présence minimaliste quand elle était au parlement européen , ses conseils tarifés 900 000 euros à Carlos Ghosn qui lui valent une mise en examen pour corruption passive , sa demande au Qatar (refusée) d’une somme de 400 000 euros pour une association qu’elle venait de créer , avec création d’une société au Luxembourg.

  3. De toutes façons, elle se fout de tout… elle dormira aussi à l’Opéra, en ne payant pas la place… Elle attend Paris, Paris, Paris…! Pourquoi pas Montauban ???

  4. Après ça, comment voulez vous que les gens croient encore à quelque chose ?
    Vous voulez de l’abstention ? Vous en aurez !
    Remplaçons vite la Marseillaise par l’Opportuniste de J. Dutronc !

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois