Dimanche dernier, au petit matin, , aide-soignante, a été assassinée par 23 coups de couteau dans le quartier de Bellevue, à . Bien connue de ses voisins, son meurtre a suscité l’émoi des habitants de ce quartier sensible, mais aussi, soit-dit en passant… la récupération politique. Ainsi le maire de Stains Azzedine Taïbie est-il allé un peu vite en besogne en tweetant, plus rapide que son ombre : « Une pensée émue à Nadia Hassade, 47 ans, mère de 4 enfants et qui portait le voile, poignardée en pleine rue tôt le matin, alors qu’elle se rendait à son travail. Un crime odieux et islamophobe. Le procureur n’exclut pas la motivation raciale ou religieuse, et silence des médias ! » Une motivation très rapidement démentie par les faits.


Mais revenons au quartier Bellevue. Dès la nouvelle du meurtre connue, le lieu du crime est devenu le théâtre d’une agitation indescriptible, à tel point que quasiment toutes les forces de police ont dû rappliquer, au moins pour sécuriser la scène de crime. Entre 80 et 100 personnes, toutes amies de la victime ou membres de sa famille – la victime avait onze frères et sœurs -, ont mené une enquête parallèle pour retrouver le meurtrier qui s’avère être, non pas un odieux raciste, mais un Indo-Pakistanais, Venkatesh Chanemougame. Une enquête menée tambour battant à la barbe de la police et de ce fameux État de droit dont ils ont bien compris qu’il était le cache-misère de l’impuissance de l’État, du laxisme judiciaire et de la faiblesse de la réponse pénale à l’ensauvagement de la France. Alors, à la barbarie régnante ils répondent par des actes qui dévoilent, à la face de tous les Français, la faillite de l’État.

Comment « cette justice parallèle » a-t-elle pu trouver le meurtrier présumé en moins de 24 heures ? Ouest-France décrit ainsi la scène : « C’est l’histoire de tout un quartier qui, face à l’horreur, fait bloc. Des dizaines de proches de cette grande famille de onze frères et sœurs se sont mobilisés pour mener leur propre enquête, quitte à prendre la police et son cadre juridique de vitesse. Leurs investigations et la récupération d’images de vidéosurveillance d’une entreprise les ont conduits jusqu’au domicile de ce suspect. Comment ? Sur la vidéo, ils ont repéré un véhicule avec un enjoliveur cassé, retrouvé garé dans une rue voisine. Et ils ont frappé chez lui avant d’appeler la police. » Loin de cette description quelque peu partielle, et partiale, Le Point raconte que le suspect a été retrouvé par « les justiciers » en s’affranchissant de toutes les règles. Ils ont récupéré « sous la menace » des images de vidéosurveillance d’une entreprise et d’un groupe scolaire du quartier. On imagine la scène : voir faire irruption dans ses bureaux une bande de plusieurs dizaines d’hommes déterminés et affranchis de toute règle commune doit inciter à obtempérer et donner les fichiers vidéo, et fissa. Ils ont ainsi repéré la voiture du meurtrier et sont passés le cueillir chez lui. Après l’avoir interrogé et tabassé, ils ont appelé les policiers.

Mercredi, le procureur de la république Renaud Gaudeul regrettait cette enquête parallèle qui fragilise l’officielle : « Je comprends l'émotion et la colère, mais je ne peux pas cautionner les méthodes utilisées qui ont considérablement entravé les investigations. […] Je ne peux pas cautionner l'intrusion et la fouille du domicile, ni les interrogatoires en dehors de tout cadre légal », a-t-il poursuivi.

On ne répétera jamais assez comment l’arrivée massive d’immigrés aux « codes culturels » étrangers et non-occidentaux a profondément bouleversé toute la structure et l’organisation de la société française, tandis que l’insécurité, l’ensauvagement et, on l’a vu avec ce meurtre et celui de Lola, la barbarie gangrènent cette même société. Face à cela, ces réactions hors de tout cadre juridique, ces réflexes d’autodéfense, révèlent ces immenses fractures françaises, mais aussi la défiance profonde de tous envers nos institutions, envers un État qui n’est plus capable d’assurer sa mission première : la sécurité et donc la liberté de nos concitoyens.

À la suite de cela, et aussi parce que la métropole nantaise dirigée par Johanna Rolland refuse de payer en heures supplémentaires les policiers qui faisaient les rondes de nuit, la population de ce quartier s’organise en milice privée : « J’ai posté un message sur Snapchat et c’est allé très vite. [...] Nous ne sommes pas une milice. Nous ne sommes pas armés, n’utilisons pas la violence. Nous sommes des citoyens. Nous proposons aux femmes d’être là pour les accompagner. […] Nous sommes dans une démarche de prévention. […] Nous sommes obligés d’aller de l’avant. Il y a trop d’insécurité, les gens en ont marre », explique, dans les colonnes de Ouest-France, celui qui est à l’initiative de cette milice.

Toujours selon Ouest-France, Pascal Bolo (PS), en charge de la sécurité, n’a pas voulu réagir. Et le procureur marche sur des œufs : « Je comprends l’idée, pour ce qui concerne certains groupes, à vouloir s’investir sur la question de la sécurité, a poursuivi le procureur nantais, les initiatives doivent entrer dans un cadre légal de participation citoyenne. Il faut que ça reste dans un cadre légal. Il existe aussi la réserve civile opérationnelle qui permet aux citoyens de s’investir au côté des forces de l’ordre. »

En réalité, face au chaos, à l’ensauvagement, dans une France fracturée, les derniers garde-fous civiques sont en train de sauter.

Pendant ce temps, figé par l’impuissance, le gouvernement réprouve avec une piteuse et indécente grandiloquence l’indignation pourtant bien mesurée des Français face à la barbarie qui vient, qui est déjà là.

9913 vues

20 octobre 2022

Partager

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • Les liens sont interdits.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement !

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

19 commentaires

  1. La « milice privée » comme le claironnent les incapables, c’est un acquis de la République lorsque la patrie est en danger. « Aux armes citoyens…. » c’est clair « qu’un « sang impur abreuve nos sillons » n’est pas équivoque. L’armée de conscription c’est aussi cela, guerre, invasion, remplacement etc…beaucoup de Français ont compris mais n’osent pas. Conclusion : maintien de l’ordre public ou peuple en armes, il faut choisir et rapidement.

  2. Il est en effet étrange de constater que la gestion du cas des Identitaires (sanctions financières et dissolution !) a été quelque peu différente de celle de ces « justiciers » poursuivant pourtant le même objectif (rendre justice) même si les motivations communautaires sont assurément différentes… On ne peut que s’insurger contre ce « deux poids deux mesures » qui démontre la vile soumission de notre piteuse justice.

  3. Ces populations étrangères ont leurs codes et s’assoient copieusement sur nos lois , elles ont bien pigé la faiblesse du pouvoir et vu que tout leur est pardonné ethniquement parlant , elles auraient bien tord de se priver , il est à parier que la justice ne trouvera rien à redire sur la violation de domicile , l’arrestation arbitraire , les preuves de vidéo arrachées à une entreprise . Nous sommes dans un état de droit qu’il dise et eux , ils appliquent le leur . Faîtes la même chose vous verrez … !!!!

  4. Quand on pense à ce buraliste de Lavaur qui fut condamné pour avoir blessé un de ses cambrioleurs alors que sa boutique avait été visitée plusieurs fois parce qu’il n’avait pas à user de la force, action réservée aux forces de l’ordre; à cet agriculteur qui fut condamné pour avoir percuté avec son tracteur la voiture d’un adepte des rodéos sur son champ; et combien d’autres exemples, là, rien sur la condamnation de cette police parallèle. Ceci souligne une fois de plus la faiblesse de ce gouvernement et l’abandon de son rôle pour assurer la sécurité des biens et des personnes. La France ressemble de plus en plus au Far-West où le citoyen d’origine n’a aucun droit.

  5. En toute impunité on voit des milices islamistes remplacer la police nationale … en attendant que des tribunaux islamiques remplacent les tribunaux de la République et appliquent la charia.
    On peut se demander comment sera instruite cette affaire. Des vidéos privées de surveillances extorquées sous la menace, un suspect traqué et arrêté de façon arbitraire. Quand on connait la maniaquerie de la justice en matière de procédure et le talent des avocats pour aller dénicher le plus infime vice de procédure, fut-il invisible même au microscope, je serait surpris (mais rien n’est impossible quand se trouvent impliqués dans une affaire des individus avec de tels profils) que l’instruction se passe normalement.
    Mais au point où nous en sommes en ce qui fut la France, il est fort possible que tout cela passe sous les radars de la bien-pensance de du syndicat de la magistrature.
    On voit par ailleurs désormais des crimes qualifiés « d’islamophobes » perpétrés par des étrangers d’autres communautés. Bizarrement le même crime commis sur une française non musulmane n’aurait bénéficié d’aucun qualificatif et n’aurait probablement pas causé un tel rassemblement dans les populations locales assez peu enclines à s’émouvoir du meurtre d’une femme étrangère à leur communauté. L’import de communautés étrangères de plus en plus nombreuses implique l’import de conflits de plus en plus nombreux et de plus en plus violents. Il est à craindre que si rien n’est fait notre pays se transforme peu à peu en pays du tiers monde où la brutalité et la sauvagerie entre communautés sont la règle .

  6. « Ils » peuvent tout s’autoriser, absolument tout. Maintenant, ils remplacent la police. Bientôt, la Justice de rue. En toute impunité.

  7. En plus de l’incapacité de l’état à accomplir sa mission, malgré son coût exorbitant, il faut constater que ces gens d’importation le remplace avantageusement. En revanche, il faut déplorer que ce ne soit pas des Français de souche qui prennent cette initiative.

  8. Heureusement que c’étaient « des gens du quartier  »
    Imaginez le tollé médiatique si c’étaient des « gaulois »

  9. Bonjour
    Et dans le même temps il y a ceux qui croient ce qu’ils voient et ceux qui ne voient que ce qu’ils croient

  10. Bravo messieurs les enquêteurs d’un jour. Vous serez peut-être poursuivis. Pourtant il devait être très tentant de livrer à la justice la dépouille du meurtrier. Que d’economies En perspective. Une prochaine fois, qui sait ?

  11. Les milices privées sont pour le moment la seule solution pour assurer une certaine sécurité dans certains quartiers.

    1. Oui, mais attention; pas n’importe quelle milice privée. Il faut que ses composants soient d’origine exotique. Imaginez un instant que ces agissements aient été perpétrés par des partisans du RN ou de Reconquête. Quel scandale! Dupont Moretti s’en étoufferait de rage dans sa barbe et Darmanin hurlerait au fascisme. Rappelez-vous comment furent traités les membres de Génération identitaire désireux d’empêcher l’intrusion de migrants par les frontières italienne et espagnole.Association vite dissoute par le sus-nommé Darmanin.

  12. ce qui ne devrait pas arriver , arrive, sans sécurité les français vont faire justice eux même !!! les français vont surveiller leur rue, leur village, et tout ça va mal finir , et ce sera la faute de ce gouvernement d’incapables, qui aime mieux envoyer des milliards en Ukraine et souffler sur le feu pour nous amener la guerre , que de protéger son peuple !! et c’est la qu’est l’INDECENCE !!

  13. Dans ces quartiers, il y avait déjà des voyous, des gros bras pour protéger leurs points de deal, maintenant ils ont aussi des forces judiciaires , probablement une police discrète de l’habillement féminin, à quand le drapeau du califat dans la loge du gardien ?

  14. Et un acte de barbarie de plus, mais la on précise que la femme portait un voile , de quoi alimenter un acte islamophobe, je n ai rien vu de similaire pour la pauvre Lola ou l on pourrait annoncer un acte francophobe, malheureusement certain en profite pour faire de la récupération ,on remarque cependant la solidarité musulmane qui se mobilise pour venger la victime alors que nous nous cherchons à les excuser

    1.  » malheureusement certain en profite pour faire de la récupération  » J’imagine que vous évoquez les clowns tristes qui sont aux postes de commande?

Les commentaires sont fermés.

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter