Editoriaux - Politique - 28 novembre 2019

Municipales : Marlène Schiappa candidate sans ville fixe

pourrait se présenter aux municipales. Le conditionnel ne fait aucun doute : elle pourrait. Mais là n’est pas la question. Non. Le casse-tête réside dans le choix de la ville.

Au micro de France Inter, l’égalitariste homme-femme fait part de son indécision : « C’est pas acté, il y a beaucoup d’endroits en France très intéressants. » Le gouffre de Padirac, les grottes de Lascaux, les calanques de Cassis… S’y présenter, pourquoi pas ? Mais il y a aussi Le Mans, où elle est conseillère municipale. La Corse, d’où elle est originaire. Et puis Paris. Paris où elle réside, où elle est née, où elle a vu grandir Jack Lang. Bref on ne sait que choisir. Glace au chocolat ou à la vanille ? Avec ou sans chantilly ? Déjà petite, des cas de conscience se posaient.

Comme l’écrit avec humour Le Point, « Marlène Schiappa a déjà enfilé le parachute, mais elle ne sait pas où sauter. » Pour l’instant, l’avion fait des ronds dans le ciel français. Sur le pas de la porte, cheveux au vent, la passagère s’interroge. C’est beau, une ville, la nuit. Le pilote qui s’impatiente lui suggère les municipales de 2026. Le temps de peser le pour et le contre de chaque commune ou d’organiser un vaste tirage au sort avec tickets à gratter. Concernant 2020, la parachutiste a jusqu’au 27 février pour « acter », ou même « se décider », dans le cas où elle aurait repris l’utilisation de verbes courants.

L’option corse déclenche un enthousiasme modéré parmi les instances macroniennes locales. Une certaine Laetitia Maroccu, chargée des relations entre élus LREM insulaires, serait enchantée de l’arrivée de cette candidate à la compétence incomparable : « Je trouve qu’elle fait un excellent travail en tant que secrétaire d’État… » Une femme irremplaçable ! Un joyau ! Donc : « Il serait bien qu’elle puisse terminer normalement son mandat. » Il reste tant à faire. Ce serait du gâchis.

« Je doute que ce soit dans des petites villes. Dans ce cas-là, ce serait où ? Bastia ou Ajaccio ? » Et se reposerait le problème épineux du choix de la ville. Retour à la case départ. Remonter dans l’avion, faire des ronds dans le ciel, les émanations de gaz carbonique…

Mais au fait, pendant que Mme Maroccu y pense : « Les élections municipales sont à part. Il faut vraiment bien connaître la ville et ses particularités. Je pense que c’est quelque chose d’important pour les électeurs. » Mauvais point. Marlène a lu tous les dépliants touristiques des villes qu’elle convoite, et puis le maire de Bonifacio lui ouvre tout grand ses bras : « Elle serait la bienvenue sur ma liste. »

Annonce de la décision le 27 février, lors d’une grande cérémonie chapeautée par Mme de Fontenay. « Après délibération du jury, Marlène Schiappa a décidé de se présenter… » Roulement de tambour… « À Béziers ! » Waouh. Enfin un peu de rock and roll dans cette élection.

À lire aussi

Jeudi 20 heures : une allocution pour ne rien dire

La date du second tour de l'élection municipale plutôt que les possibles avancées vers un …