Ainsi M. Griveaux, sans doute préoccupé par le soulèvement de la périphérique qui s’annonce pour le 17 novembre, a souhaité, jeudi matin, sur , que le “pays légal” rende enfin visite au “pays réel” ! Maurras, qui est l’auteur de cette célèbre distinction, aurait souri de s’en voir contester la par un ministre à la défaillante au profit — allez savoir pourquoi ! — de Marc Bloch, auteur lui-même d’une citation sur le sacre de et la fête de la Fédération que nous faisons d’ailleurs volontiers nôtre !

Mais le maître de l’Action française se serait surtout réjoui de constater, à cette occasion, la persistance du rayonnement des analyses qu’il avait posées au début du XXe siècle. Éric Zemmour rappelait, mercredi, dans une conférence à l’ISSEP, l’école de sciences politiques récemment créée à par Marion Maréchal, que de Gaulle et la Ve devaient à Maurras, d’une part, l’idée de restauration de la durée et de l’autorité au sommet de l’État, contre les faiblesses du régime parlementaire et, d’autre part, la ligne générale de leur politique étrangère, celle d’une grande puissance moyenne cherchant à fédérer les non-alignés pour résister aux grands blocs antagonistes.

Il aurait pu ajouter que la troisième leçon, celle de la distinction du “pays réel” et du “pays légal”, justement, aurait elle aussi mérité d’être entendue ! Maurras, à travers elle, apparaît en effet comme un précurseur, non seulement de l’idée de décentralisation (ce qui est bien connu), mais aussi du populisme en ce sens qu’il a perçu et décrit avant tout le monde le divorce du peuple et des élites illégitimes qui trahissent la nation au profit des idéologies ou d’une fausse conception de l’universel. Un portrait-robot qui correspond assez bien à M. Griveaux et à ses semblables… la boucle est bouclée !

16 novembre 2018

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.