Marine Tondelier en larmes : elle veut son quart d’heure bardellien !

Capture d'écran X
Capture d'écran X

« Oui ouin ouin, moi aussi, je veux être sur la photo, j’veux qu’on parle de moi ! » Tondelier fait partie de cette génération des gauchistes va-t-en-guerre qui veulent envoyer les troupes en Ukraine et en Palestine mais se mettent à pleurnicher quand leur téléphone tombe en panne.

Marine Tondelier, donc. Après avoir ravalé ses larmes – elle était bouleversée, la pauvrette, par le méchant Bruno Le Maire qui veut bien voter pour les communistes, les Verts et le PS mais pas pour ses amis de LFI –, elle a réclamé de débattre avec Jordan Bardella. Il faut que ce soit dit : ne reculant pas devant le danger, elle veut affronter la bête immonde dans l’arène.

 

 

C’est mon tour, na !

Pour expliquer son émotion, elle l’a dit au micro de France Inter : « Je suis très émue parce que ça fait dix ans que je vis dans une ville tenue par le Rassemblement national. » Et alors ? Que se passe-t-il donc d’épouvantable à Hénin-Beaumont ? On y pratique la gégène sous le beffroi de l’hôtel de ville ? On y enchaîne les petits enfants dans les mines de charbon ? À moins qu’on n'y joue du Feydeau au théâtre municipal ?

L’affreux, pour Marine Tondelier, c’est que son maire Steeve Briois gère la ville depuis 2014. Pire encore : c’est sans doute à la satisfaction de ses administrés, puisqu’ils l’ont réélu en 2020 avec plus de 74 % des voix au premier tour. Des Beaumontois qui viennent de voter à 58,4 % pour Marine Le Pen au premier tour des législatives… Bref, sauf à imaginer qu’à Hénin-Beaumont, on conduise les électeurs aux urnes avec une mitraillette dans le dos, il semble qu’ils soient plutôt heureux de leur sort.

Qu’importe, le diable rôde. La secrétaire nationale des écolos l’a débusqué et elle veut l’affronter. Elle l’a redit dans un communiqué : « Nous nous sommes réparti les débats au sein du Nouveau Front populaire. Après Manuel Bompard et Olivier Faure [sur TF1 et France 2, NDLR], c’est à mon tour de représenter notre coalition au troisième débat. »

Mélenchon n’a que faire du consensus 

Sauf que le parrain Mélenchon mène la danse et se moque bien du consensus. Puisque le futur locataire de Matignon pour le NFP « n’a pas été désigné », il estime que, si débat il y a avec Bardella, son interlocuteur doit être « Manuel Bompard, son coordinateur, Mathilde Panot, présidente du groupe, ou Clémence Guetté, coordinatrice du programme ».

À quoi Bardella répond : « Dois-je comprendre que vous fuyez le débat ? Sortons de l'ambiguïté : vous avez rassemblé 22 % des Français sur votre nom à l'élection présidentielle, vous dites explicitement vouloir gouverner la France. C'est vous qui devez venir débattre. »

Débat ou pas, Marine Tondelier peut aller se racheter des mouchoirs pour sécher ses larmes car il n’y a bien qu’elle et les gogos qui l’entourent pour croire qu’elle/ils pèsent quelque chose dans ce jeu de dupes. Vendus à Mélenchon pour un plat de lentilles, ils n’ont plus que les petits cailloux à se mettre sous la dent. Ils pourront toujours demander au Líder Mínimo de prendre en charge leurs frais dentaires.

Marie Delarue
Marie Delarue
Journaliste à BV, artiste

Vos commentaires

22 commentaires

  1. Comme tous les gauchistes et les anciens RPR ( gauchistes dans les faits mais pas officiel) adorent la démocratie quand les urnes leurs sont favorables…..

  2. Toutes les villes dirigées par le RN ré élisent leur maire dès le premier tour, idem pour les députés. Où est donc l’erreur, et le  » drame  » pour Mme Tondelier ? (  » Quand on veut tuer son chien….on dit qu’il a la rage ». )

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois