Le tribunal administratif de Lille a rejeté, lundi 12 février, les trois recours en référé-suspension déposés, début janvier, par l'association qui gère le lycée privé musulman Averroès de Lille, les représentants du personnel et l'association des parents d'élèves. La rupture du contrat d'association qui liait l'État au lycée, prise par le préfet du Nord en raison d’enseignements jugés « contraires aux valeurs de la République », a donc été validée.

Dans son jugement, le tribunal estime que l'association Averroès « a manqué à deux titres à ses obligations » : il a refusé un contrôle de son CDI (centre de documentation et d'information) à deux reprises, en particulier en s'opposant sans motif à un contrôle inopiné qui devait avoir lieu le 27 juin 2022. En outre, le tribunal rappelle que « les cours d'éthique musulmane dispensés au lycée reposaient essentiellement sur une version des commentaires des "Quarante hadiths de l'imam An-Nawawi" qui comporte des appréciations contraires aux valeurs de la République » sur l'égalité hommes-femmes, la peine de mort ou encore la supériorité des lois divines.

Lors de l'audience du 24 janvier dernier, l'avocat du lycée avait dénoncé « un détournement de pouvoir manifeste », « une mesure de police administrative qui vise davantage l'identité de l'établissement et ce qu'il porte ».

1516 vues

12 février 2024 à 19:59

Les commentaires sont fermés sur cette publication.