Livre : Les gilets jaunes… l’insurrection civique, de Jean-Michel Vernochet

Les racines de la colère

Cliquez pour acheter

Comment en est-on arrivé là ? Dans son dernier livre, Jean-Michel Vernochet analyse les raisons qui ont amené la France dite profonde à occuper des ronds-points et descendre dans la rue tous les samedis. Les diverses destructions du pays, la propagande médiatique, l’arrogance du pouvoir : l’auteur passe en revue les aberrations de ces cinq dernières décennies. À la lecture de l’ouvrage, le gilet jaune apprendra, entre autres vilenies, qu’il est victime d’une violence sans précédent depuis 1948, date à laquelle un ministre socialiste avait fait tirer sur les mineurs en grève et ordonné des arrestations en masse (6 morts, 3.000 arrestations, 1.500 emprisonnements).

Le tour d’horizon est vaste et saupoudré d’une pointe d’ironie qui voit Emmanuel Macron qualifié de « président qui confond le perron de l’Élysée avec un char de la Gay Pride ». De Trump à Soros en passant par Salvini via Viktor Orbán, l’auteur emmène son lecteur pour un slalom politico-sociologique au cours duquel se dessine implicitement la réponse à l’entêtante question du « comment on est arrivé là ».

À l’issue de son inventaire, Jean-Michel Vernochet douche à l’eau froide le RIC du gilet jaune par ce constat : « Même si le gouvernement finissait par céder sur le RIC, il ne pourrait en aucun cas le mettre en œuvre – une impossibilité structurelle – car cela reviendrait à mettre à bas tout l’édifice construit autour de l’Union « soviétique » européenne, vestibule de la gouvernance mondiale. ». Assez de demi-mesures, rustines et pansements divers, ce ne sont pas moins de 23 propositions radicales que l’écrivain révolutionnaire suggère pour remettre la France à l’endroit. Un programme en forme de nettoyage de printemps à méditer durant les samedis ensoleillés des mois à venir…

Glissées sous le gilet après lecture, les 180 pages du bouquin constituent, par ailleurs, un rempart efficace contre les tirs de Flash-Ball®. Astucieux, non ?

À lire aussi

« Je baise la France » : Benoît Hamon relativise et Nick Conrad s’enlise

Nick Conrad et Brassens dans la même marmite. Touiller pendant cinq minutes, laisser repos…