Cliquez pour acheter

Le livre de Guillaume Bigot n’est pas seulement brillant, honnête et impitoyable. Il est surtout plein d’une grande espérance et d’un grand amour de la France.

Son propos pourrait ne pas être original, puisqu’il est le énième essayiste à dire que nous sommes en 1788. Pourtant, rarement constat classique aura été aussi solidement argumenté. La première partie de son livre concerne le présent : avec Macron en roitelet méprisant, les capitaines d’industrie en noblesse d’épée, les hauts fonctionnaires en noblesse de robe, la presse en haut clergé et le monde « cultivé » en abbés de province, le tiers état sécessionniste, sans oublier (surtout pas) le peuple qui souffre et que l’on méprise, son tableau de notre 1788 est brillantissime.

Guillaume Bigot est tout aussi à l’aise dans l’évocation de notre passé. Familier de l’Histoire de France et aussi amoureux de notre pays qu’on peut l’être, il explique ce que nous devons aux générations qui nous ont précédés et ce qui fait notre singularité.

Enfin, il se risque à une vision prospective des enjeux et esquisse le portrait de ce que pourrait être un leader qui s’adresse réellement aux aspirations du peuple de France, loin du mépris des élites autoproclamées.

Puissant, précis, drôle, cultivé, mais surtout, à nouveau, porteur d’espoir, le livre de Guillaume Bigot est à lire d’urgence.

28 novembre 2020

À lire aussi

Bagarre pour un masque : une allégorie

Cette atroce pandémie qui tue des dizaines de milliards de personnes a au moins le mérite …