L’ambassadrice de en France, Nataša Marić, a signé, dans L’Opinion, une tribune très poignante sur la tragédie des Serbes de Krajina qui a été occultée par les lors des guerres des Balkans des années 1990. Intitulée « Le 4 août, les Croates jubilent mais les Serbes pleurent », l’article de la diplomate serbe rappelle le martyre des Serbes chassés de leurs foyers de la région autonome de Krajina en Croatie.

En effet, le 4 août 1995, l’armée croate, aidée de conseillers militaires américains, attaque la Krajina et la quasi-totalité des 250.000 Serbes qui y vivent. Le nombre de civils morts est estimé par des ONG indépendantes entre 600 et 1.000. Pour ces crimes, le Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie (TPIY) inculpe trois généraux croates : Ante Gotovina, Ivan Čermak et Mladen Markač. Malgré les preuves manifestes de nettoyage ethnique de l’opération Oluja (« Tempête »), le TPIY acquitte les trois généraux croates. C’est normal, à l’époque, les méchants étaient forcément serbes. Comme le dit La Fontaine : « Selon que vous serez puissant ou misérable les jugements de cour vous rendront blanc ou noir. » Il est, hélas, logique qu’un tribunal financé essentiellement par des pays membres de l’OTAN et leurs alliés ne soit absolument pas neutre. C’est pour cela que les Serbes se battent encore aujourd’hui pour que justice soit faite.

Les Serbes habitent la Krajina depuis le XVIe siècle quand ils y ont été invités par l’Empire habsbourgeois qui contrôlait la région. Les Serbes forment pour les Habsbourgeois une vojna krajina (frontière militaire) pour défendre l’Empire contre les avancées ottomanes. Pendant des siècles, les Serbes y ont défendu la chrétienté contre l’islam conquérant. Durant la Seconde Guerre mondiale, les Serbes n’ont pas été récompensés de leur bravoure, plus de 500.000 Serbes et Roms ont été exterminés par les Croates oustachis alliés des nazis. De nombreux soldats croates qui ont persécuté les Serbes en Krajina se réclamaient du mouvement oustachi. Bruxelles et Washington ont fermé les yeux.

Serbes et Croates sont deux peuples voisins, deux peuples chrétiens et européens qui partagent la même langue et dont les cultures sont très proches. Les deux peuples ont une histoire commune douloureuse et ont commis des crimes entre eux mais ils doivent apprendre à vivre en paix. Pour autant, cette réconciliation sera impossible tant que les pays atlantistes fermeront les yeux sur les crimes croates et ne condamneront pas la glorification avec faste de la campagne de nettoyage ethnique d’Oluja. Les alliés célèbrent la victoire de la Deuxième Guerre mondiale mais nous ne fêtons pas les horreurs commises par notre camp à Dresde ou Hiroshima. Le même discernement doit s’appliquer aux Croates. On n’obtiendra jamais la paix si, le même jour et pour le même événement, un peuple est en deuil et l’autre est en liesse. Il en va du bon sens et de la paix dans les Balkans.

 

 

 

 

 

8 août 2021

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

4.6 10 votes
Votre avis ?
55 Commentaire(s)
le plus populaire
le plus récent le plus ancien
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires