Dans quelques heures, 2020 ne sera plus qu’un mauvais souvenir. Ou pas…

Eh oui, chers amis ! Si vous croyez avoir vécu l’enfer, la guerre, les privations, le rationnement de PQ, le et la mise aux abris, dites-vous que ce n’était peut-être qu’un galop d’essai pour un avenir encore plus sombre.

C’est l’OMS qui nous le dit en manière de bons vœux : « Il est urgent de se préparer à pire » car l’actuelle pandémie n’est qu’une « sonnette d’alarme ».

Lundi dernier, Michael Ryan, responsable des situations d’urgence à l’OMS, a annoncé l’Apocalypse lors de la dernière conférence de presse de l’année : « Cette pandémie a été très sévère. Elle s’est répandue à travers très rapidement et elle a touché chaque recoin de la planète, mais ce n’est pas nécessairement la pire. » « It’s not the big one », a dit Jack, pardon, Michael Ryan. Certes le SARS-CoV2 « se transmet très facilement et tue des gens », mais il faut bien se rendre compte que « son taux de mortalité est relativement bas par rapport à d’autres maladies émergentes ». Conclusion : il faut « nous préparer à l’avenir à quelque chose qui sera peut-être encore pire ».

Voilà voilà. Si, donc, vous pensiez pouvoir sortir pépé et mémé de la baignoire où ils marinent depuis pour trinquer avec eux à la nouvelle année, oubliez ! Laissez le champagne au frais et commencez à poser du scotch et du papier alu autour des portes et fenêtres : la nous guette par les interstices, les conduits de cheminée et l’haleine fétide du voisin de palier.

Enfin, si vous pensez être rassurés par les propos de nos autorités vaccinales, détrompez-vous. C’est le conseiller Bruce Aylward, autre ponte de l’OMS, qui l’assure : si l’industrie pharmaceutique a réalisé d’incroyables exploits en nous offrant des en moins de temps qu’il n’en faut pour monter une crème au beurre, cela ne signifie pas pour autant qu’on soit préparé à ce qui nous attend. Comme les humains à la porte des laboratoires, les virus font la queue pour mieux nous sauter dessus. Au suivant ! Les futures pandémies attendent et le Covid-19 et ses 1.700.000 morts dans le monde (dernier comptage officiel) jouent petit bras.

Il faut, maintenant, se préparer aux choses sérieuses. La guerre des mondes va commencer et « il va falloir plus d’ambition », a conclu le directeur général de l’OMS Tedros Adhanom Ghebreyesus.

Je traduis : concrètement, si vous n’avez pas les moyens de vous tricoter dès maintenant une combinaison spatiale ou de vous acheter une bulle stérile et les équipements y afférents, je vous conseille de courir vous suicider toutes affaires cessantes.

Bonne année quand même !

30 décembre 2020

Partager

À lire aussi

Au cimetière de Romorantin dorment les Autolib’, allégorie de notre moderne déconfiture…

Encore un « projet d’avenir » mal pensé, mal géré, une folie des grandeurs si française qu…