À moins de 50 jours de l’élection présidentielle, un humoriste a décidé de rejoindre le Parti animaliste. Le sniper Laurent Baffie a annoncé, ce mercredi 23 février, au Parisien, qu’il serait candidat aux élections législatives des 12 et 19 juin prochains. Il avait déjà hésité à s’engager, lors des élections européennes de 2019, mais ses engagements à la l’en avaient empêché. Cette fois, c’est décidé, Laurent Baffie sera candidat dans la 3e circonscription de Paris, actuellement tenue par le macroniste Stanislas Guerini. « Je veux mettre ma notoriété au service du Parti animaliste et lui donner une meilleure visibilité », explique dans un communiqué l’homme de télévision.

L’actuelle candidate du Parti animaliste pour la présidentielle, Hélène Thouy, détaille au HuffPost : « Il y a des chanteurs, des comédiens, des écrivains, des philosophes mais aussi des vétérinaires ou des profs. On veut montrer que la cause animale concerne des gens de tous les horizons. » Cela fait quelques années, maintenant, que la cause animale a trouvé un écho dans le milieu des stars. Brigitte Bardot, bien sûr, qui est une des militantes de la première heure, mais pas seulement. En 2019, la fille de Johnny Hallyday, Laura Smet, signait une tribune intitulée « Plus d’une cinquantaine de personnalités […] condamnent les violences envers les animaux et appellent à voter pour le Parti animaliste ».

Les défenseurs des animaux peuvent également compter sur un soutien de poids sur Internet. Celui du youtubeur Rémi Gaillard, qui n’hésite pas à interpeller le président de la République directement sur Twitter. « Bonjour Emmanuel Macron. Vos amis les chasseurs ont tué une randonneuse de 25 aujourd'hui. Le drame s'est produit dans le Cantal sur la commune de Cassaniouze. Est-ce qu'on doit vraiment se déguiser en sanglier le week-end pour ne pas se faire tuer ? » écrit-il sur le réseau social après l’accident de chasse survenu samedi dernier.

Julien Courbet, un des animateurs vedettes de RTL, apparaît, fin octobre 2021, dans une vidéo publiée sur le compte du Parti animaliste. « J’ai vu passer plein de Présidents. Est-ce que la vie a vraiment changé sous Chirac, sous Hollande, sous Sarkozy, etc. ? J’ai l’impression que c’est toujours un petit peu pareil. Là, il y a la possibilité d’avoir justement quelque chose de concret », détaille-t-il, avant de préciser : « Je vais regarder un petit peu tout et je choisirai, mais pour cela, il faut que j’aie le choix et si les gens n’ont pas les signatures et qu’ils ne peuvent pas venir en parler, on n’aura pas le choix. » Comme Julien Courbet, Laurent Baffie tient un discours de lassitude vis-à-vis de la politique « politicienne » : « Je suis passionné par la zoologie, bien plus que par la politique. Le bestiaire politique m’intéresse moins, il y a beaucoup de blaireaux, de loups, de chacals, ce n’est pas très diversifié », confiait-il, en 2019, au Parisien.

Si, en apparence, la sociologie du vote animaliste s’apparente à une classe sociale plutôt bourgeoise, une étude de la fondation Jean-Jaurès relativise ces données. « La liste du Parti animaliste enregistre globalement ses meilleurs scores dans le quart nord-est du pays. Les points d’appui principaux se situent dans la grande périphérie francilienne où ils dessinent de manière assez régulière à bonne distance de la capitale. » L’étude rapporte une information très intéressante sur l’incompatibilité du vote EELV et animaliste. « Les zones de force de EELV sont situées dans le cœur des grandes métropoles, dans l’Ouest et en Rhône-Alpes. Ils correspondent la plupart du temps à des espaces où les animalistes sont particulièrement à la peine, alors qu’inversement là où ces derniers existent électoralement, EELV ne performe pas », indiquent les auteurs de l’enquête. Mais il faut manier ces conjectures avec prudence, car elles reposent sur un score très faible de 2,2 % aux élections européennes de 2019.

Malgré la forte médiatisation du courant animaliste, il demeure très minoritaire au sein de la politique française. Hélène Thouy est créditée de 0,5 % d’intentions de vote, selon le sondage Elabe pour BFM TV et L’Express, publié le 23 février, et n’a recueilli que 89 parrainages à ce jour.

3506 vues

24 février 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

46 commentaires

  1. Dès qu’il est question de reconnaître l’animal en tant qu’être sensible, il est désolant de constater que je sujet suscite les pires railleries et incompréhensions… Ce n’est pas parce que l’on défend l’animal que l’on aime moins son prochain ! Si le respect s’exerce envers ceux qui n’ont pas la parole pour se défendre, a fortiori la considération va à ceux qui en sont dignes. Mais le mépris exprimé envers ceux qui défendent la cause animale ne m’incite pas à respecter leurs auteurs.

  2. C’est quoi la prochaine étape ? Un chien président ? Chez LR, ils sont en avance, ils ont déjà un chien qui a sa carte du parti et qui vote.

  3. il est vrai que tous ces bobos vivent pour la plupart dans les grandes villes en gagnant assez facilement leur argent ;ils veulent interdire la chasse le dimanche ,ils oublient que la plupart des chasseurs sont des ruraux qui bossent toute la semaine et qu’ils ne peuvent chasser que le dimanche car le jeudi (2°possibilité de chasser) ils travaillent.

  4. Le veganisme est une hérésie, on ne peut pas forcer un omnivore et encore moins un carnivore à devenir végétalien ou herbivore. Quant aux antispécistes, ils devraient donc accepter de se faire manger par des fauves.

  5. Je n’ai que mépris pour ces adeptes de la décadence, qui ont des sympathies particulières. En effet :
    – ils ne veulent pas qu’on maltraite les animaux (seulement ceux dont on voit les yeux) mais sont les premiers à les faire castrer (eux disent stériliser,langage faux-cul)
    – ils ne s’aperçoivent pas qu’ils sont manipulés par les vendeurs de pseudo-viande « canada dry », qui a la couleur, l’aspect et le goût de la viande mais n’en est pas) qu’ils nous vendront 3 fois plus cher.

  6. « Je veux mettre ma notoriété au service du Parti animaliste et lui donner une meilleure visibilité », Bouffi de prétention, ça lui sert de cerveau. Par pure charité, souhaitons lui que tous les rats de Paris votent pour lui.

    1. -« L’enfant qui sait se pencher sur l’animal souffrant saura un jour tendre la main à son frère ».
      Docteur Albert Schweiter

      -« La cruauté envers les animaux est la violation d’un devoir de l’homme envers lui même ». 
      Emmanuel Kant

      -« On n’a pas deux coeurs, un pour les animaux et un pour les humains. On a un coeur ou on n’en a pas ».
      Alphonse de Lamartine

      « La question n’est pas : Peuvent-ils raisonner ? ni : Peuvent-ils parler ? mais : Peuvent-ils souffrir ? »
      Jeremy Bentham

  7. Paris toujours aussi loin de la France, pour eux nous sommes des bouseux infréquentables.
    Je en dirais pas par pure politesse, ce je pense d’eux.

Les commentaires sont fermés.