À quelque semaines du couronnement – qui aura lieu le 6 mai prochain -, les esprits s’échauffent quant à la place que réservera le nouveau roi aux religions, et notamment à l’islam, lors de la cérémonie. D’après des confidences recueillies le week-end dernier, le Daily Mail révèle l’existence d’une querelle entre Buckingham Palace et l’Église anglicane à ce sujet. Charles III, qui aime à se définir comme « défenseur de toutes les fois » au mépris de l’étiquette, plaiderait en faveur d’une célébration « inclusive » et de la participation active des non-chrétiens. Une suggestion inconcevable pour le clergé, tenant du droit canonique et des traditions. Mais le monarque pourra sans nul doute compter sur le soutien de Lord Harries de Pentregarth, évêque à la retraite, qui suggérait, en 2014, de lire le Coran lors du prochain couronnement.

Au-delà de la Couronne, c’est tout un pays qui subit la progression de l'islam. Sur les réseaux sociaux, nombreux sont les internautes britanniques à se demander si le Royaume-Uni n’est pas en passe de devenir un État islamique. Magasins de vêtements islamiques, femmes intégralement voilées dans les rues de Birmingham, ségrégation genrée dans les restaurants halal… les signes d’un islamisme conquérant ne cessent de se multiplier, outre-Manche.

Appel du muezzin dans les rues anglaises

Depuis quelques semaines, nos voisins britanniques semblent vivre à l’heure du ramadan. Outre les illuminations spéciales de Londres, les joueurs de la Premier League (équivalent de la Ligue 1 française) ont ainsi obtenu l’autorisation de rompre le jeûne sur les terrains de football pendant leurs matchs. Plus récemment, au 10 Downing Street, demeure du Premier ministre, et sous les dorures de Lancaster House, à quelques pas de Buckingham Palace, résonnait un chant islamique. Réunis en présence du chef de file des Conservateurs et de membres du gouvernement, des dignitaires et entrepreneurs musulmans étaient invités à rompre le jeûne en ces lieux symboliques. Même scène en Écosse, où le nouveau Premier ministre, musulman de confession, est fier de partager une photographie de sa famille accomplissant une prière rituelle dans leur nouvelle demeure. À cela s’ajoute enfin l’autorisation donnée à la mosquée de Blackburn de diffuser son appel à la prière dans les rues de la ville, au grand dam de certains riverains.

Mais il n’y a pas qu’en période de ramadan que l’islam s’impose outre-Manche. Comme le note Ed Husain dans son livre Among the Mosques (« Au milieu des mosquées »), une véritable société parallèle musulmane se met actuellement en place au Royaume-Uni. En plus des mosquées et des écoles privées qui y sont rattachées, les musulmans disposent également de leurs propres tribunaux islamiques qui appliquent la charia. Si elles ne sont pas officiellement reconnues, ces cours de justice, entre 30 et 85 selon les estimations, restent tolérées. À cette justice parallèle viennent se greffer les mariages islamiques. Bien que non reconnues, ces unions prospèrent – plus de 100.000 - et laissent souvent les femmes en grande difficulté en cas de divorce ou de polygamie.

Toutes ces manifestations sont le signe visible d’un islam en pleine expansion. Le dernier recensement, réalisé en 2021, montre ainsi une nette augmentation (+44 %) du nombre d’Anglais et de Gallois se déclarant musulmans. On compte 3,9 millions de musulmans, soit 6,5 % de la population. Un chiffre qui monte jusqu’à 30, voire 40 % dans certaines villes comme Birmingham et Tower Hamlets. Conséquence directe : Mohammed, et ses dérivés, arrivent en tête des prénoms les plus donnés à la naissance, loin devant les traditionnels Oliver, Harry et George.

Dès les années 1960, Enoch Powell, membre des Conservateurs, conscient des risques du modèle multiculturel, avertissait dans son désormais célèbre discours « Des fleuves de sang », des risques de laisser prospérer l’immigration. Un avertissement que ne semblent pas prendre au sérieux les membres actuels du gouvernement britannique qui, alors que l’islamisme gagne du terrain, souhaitent toujours faire de Londres la première place de la finance islamique.

10197 vues

12 avril 2023 à 19:33

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

45 commentaires

  1. Rappelez-vous, ce n’est pas très ancien et ça en dit long sur les coutumes de cette religion « un imam a refusé de serrer la main de la princesse de Galles »….. De toute évidence, c’est l’imam qui a commis un « crime de lèse-majesté » comme cela se disait autrefois. En conséquence, le nouveau Roi Charles III devrait savoir ce qui lui reste à faire bien qu’il aime à se définir comme « défenseur de toutes les fois » au mépris de l’étiquette, mais dans le cas présent, il ne devrait inviter aucun représentant de cette religion pour son Couronnement, sinon cela serait un aveu de grande faiblesse et un très mauvais présage pour son Royaume.

  2. Nous avons comme eux le même problème et la même inquiétude quand à l’avenir de l’U.E. C’est surtout la place que prend l’Islam qui inquiète les peuples si aucun de nos dirigeants n’a le courage et le caractère bien trempé pour chasser ces envahisseurs. Nous avons tous compris que le but de ces derniers n’est pas de partager notre existence mais de nous IMPOSER la LEUR : conversion à l’Islam ou expulsion de nos terres.

  3. Au Royaume-Uni moins de musulmans dans la population qu’en France , 7,5 % en France et 4,6% au R-U d’après le Pew Research Center janvier 2011.
    Mais le modèle multiculturel leur a donné beaucoup plus de pouvoirs .
    Des maires musulmans dans plusieurs grandes villes , dont Londres.
    Un premier Ministre musulman en Ecosse qui affirme clairement vouloir installer la charia.
    Des quartiers de grandes villes ou l’on indique , à partir d’ici la charia s’applique.
    Un lord musulman chargé d’organiser le pélerinage à La Mecque.
    Des tribunaux de première instance qui appliquent la charia en mat!ère civile.
    Les vêtements religieux musulmans partout dans les rues et les commerces.
    D’ou l’attrait des immigrés pour le Royaume-Uni.
    Et il faut ajouter que depuis toujours les Britanniques font passer les affaires et le commerce avant la politique , et le monde musulman dispose de milliards de dollars avec les pays pétroliers du Moyen-Orient, ils achètent et ils investissent en Occident , et ils financent le terrorisme islamiste.

  4. Tout comme les Français, gaulois, les Anglais ne sont plus ce peuple si fier et guerrier !!!
    C’est bien dommage pour nos si beaux pays…d’antan. Et surtout pour leurs peuples respectifs qui ont si longtemps lutté pour ne pas changer d’identité.
    Quel Malheur.

  5. Le Commonwealth a habitué les Britanniques à la cohabitation de diverses religions. Les tribunaux islamistes existent depuis de nombreuses années.

    1. ils pensent que la monarchie arrive à lier tout cela , mais cela va-t-il durer ? , la monarchie elle aussi va devoir se soumettre aux musulmans , religion conquérante depuis l’origine , religion globalisante qui est aussi un mode l’organisation politique totalitaire (la théocratie) et une lois suprême (la charia) , au R.U. comme en France on ne voit que la religion et on refuse de voir le parti politique totalitaire qui va avec.

    2. Quelle est la situation des chrétiens dans ces pays du Commonwealth ?
      Il ne me semble pas que des représentants de religions autres que chrétiennes participaient au couronnement de la Reine Elisabeth II, c’est bien le primat de l’Eglise Anglicane qui donna l’onction et qui couronna la jeune souveraine ,le Commonwealth existait déjà en ce débuts des années cinquante .

Les commentaires sont fermés.