12 juillet 2021. L'air grave, annonce dans un énième discours télévisé le renforcement des contraintes sanitaires : « En complément de la vaccination, nous allons devoir mettre en place de nouvelles mesures pour freiner le virus. » Les Français de plus de douze ans devront désormais présenter un passe pour accéder aux lieux de culture et de loisirs dès le 21 juillet. Et pour mieux « emmerder les Français », il ajoutait : « Le s'appliquera dans les cafés, les restaurants, les centres commerciaux, ainsi que dans les hôpitaux, les maisons de retraite, les établissements médico-sociaux mais aussi dans les avions, trains et cars pour les longs trajets. » C’est ainsi que le Président allait instaurer un système de surveillance des uns sur les autres, créer un climat de suspicion et des citoyens de seconde zone. Une mesure inique déjà dénoncée maintes fois dans ces colonnes puisque le passe n’indiquait pas si la personne pouvait être positive et que la vaccination n’empêchait pas la contamination. Le 26 aout 2021, Martin Blachier lâchait cette petite bombe : « Vacciner les gens pour protéger les autres, c’est fini... »

Une situation qui vient d’être définitivement abrogée par le Parlement. Après son adoption par les députés à 184 voix contre 149, le 25 juillet, les sénateurs ont approuvé le lendemain, à 209 voix contre 30 - et 104 abstentions - la « fin des régimes d'exception » contre le Covid-19. Ainsi, à partir du 1er août, confinements, couvre-feux, obligations du port du masque, passes sanitaires ne seront plus qu’un lointain et mauvais souvenir. Finies les attestations de déplacement, finies les familles interdites de se retrouver par des dressées à l'intérieur de notre pays, finis les papis et mamies à la cuisine et autres sorties aberrantes du gouvernement.

Le texte prévoit cependant la possibilité d’un test obligatoire aux frontières (sauf pour les migrants ?). Pour autant, les sénateurs n’ont retenu que le test de dépistage négatif comme document valide plus l’obligation d’un certificat de vaccination ou de guérison. L’Assemblée nationale n’étant plus une simple chambre d’enregistrement de la Macronie, des députés RN, LR et NUPES avaient également retoqué le projet du gouvernement d’exiger un passe aux plutôt qu’un simple test. L’article 2 avait donc été remanié en ce sens.

Si la réintégration des soignants suspendus n’est toujours pas à l’ordre du jour, le texte voté mardi impose au gouvernement de mettre fin à l’obligation vaccinale des soignants dès que la Haute Autorité de santé y sera favorable. Le sénateur centriste Philippe Bonnecarrère regrette que le nouveau texte ne comporte « plus aucune référence à la vaccination, ce qui est une manière d’adresser une forme de contre-message à nos concitoyens »(HuffPost avec AFP, 26 juillet). Enfin, ce texte prolonge les outils de suivi de l’épidémie, Contact Covid et SI-DEP, respectivement jusqu’au 31 janvier et 30 juin prochains.

7605 vues

27 juillet 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.