« Coéducation », « auto-éducation »… Le pédagogisme qui a ruiné l’école française aurait-il fait des ravages là aussi ? Il est vrai que l’Église, depuis les années 60 du siècle dernier, n’a cessé de vouloir courir après la modernité : il eût été surprenant que le scoutisme échappât au mouvement.

Les mouvements scouts sortent chaque année leur calendrier qu’ils proposent à la vente. Sur le site latoilescoute.net, on retrouve ceux des années passées dont les slogans de couverture disent l’air du temps. Ainsi en 1940, l’accent est mis sur « la nécessité de refaire une forte et unie » ; en 1962, la phrase titre est « Fidèle à ma patrie, je servirai ». En 1970, on lit que « le développement ne se réduit pas à la simple croissance économique. Pour être authentique, il doit être intégral, c’est-à-dire promouvoir tout homme et tout l’homme. »

Et en 2023 ? En 2023, le scout de France sera scoute

Vert et écoféministe, le calendrier 2023 des Scouts et Guides de France ne sait plus où donner du slogan. La nouvelle religion a remplacé l’ancienne et les maîtresses à penser s’appellent maintenant Greta Thunberg, Angela Davis ou Malala Yousafzai. Le dogme du réchauffement climatique à la place du dogme marial, le militantisme communiste comme bréviaire et les ravages du patriarcat pakistanais en ligne de mire...

Les slogans offerts à la méditation des louveteaux et des louvettes sont gentils tout plein et nul ne saurait être contre cette belle machine à fabriquer du consensus écoféministe : « Nous devons dire aux filles que leurs voix sont importantes », « Vous ne pouvez pas laisser des empreintes durables si vous marchez sur la pointe des pieds », « Je suis convaincu de l’urgence d’offrir des espaces aux femmes dans la vie de l’Église », « Chaque individu compte, chaque individu a un rôle à jouer, chaque individu a un impact », « Nous plantons les graines de la paix, maintenant et pour le futur », etc.

C’est comme cela que les Scouts et Guides de France vont devenir de parfaits petit.e.s agent.e.s du wokisme et de la mondialisation heureuse.

En 1907, Lord Robert Stephenson Smyth Baden-Powell of Gilwell - « BP » pour les intimes - a fondé le scoutisme avec pour objectif de « former des citoyens heureux, utiles, actifs et artisans de paix ». Pour lui, les cinq clés du bonheur scout se déclinent ainsi : santé, sens du concret, personnalité, service, sens de Dieu. Des valeurs reprises en France par le père Sevin et qu'on peine à reconnaitre dans leurs héritiers.

24348 vues

12 septembre 2022

Partager

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

35 commentaires

  1. Étant moi-même scout depuis 7 ans dans un groupe qui restait assez traditionnel, je vois d’année en année les dérivés progressistes depuis son entrée aux SGDF j’en suis fort inquiet.
    Cette année, je deviens chef et je vais tenter de transmettre les valeurs traditionnelles qui me sont chères à mes jeunes. Je suis conscient que mon travail ne sera pas suffisant mais je me dis que si chacun essaye de contribuer à son échelle au combat culturel, nous entreverons de meilleurs jours pour la France et l’occident.
    Merci pour cet article qui témoigne de la réalité que j’observe en tant que scout et dont si peux de personne dans mon groupe semble inquiet!

  2. Lamentable de céder aux girouettes de là bien pensante. Un ancien, très ancien scout de France

  3. Quand j’étais ado, dans les années 1940-50, j’étais Scout. Dans ma chambre étaient affichées les versions Anglaise et Française du « If » de Rudyard Kipling, cadeaux de mon grand-père Anglais. Je lisais des passages du « Livre-de-la-Jungle » en Anglais à mes patrouilleurs. J’avais les badges de navigateur, secouriste, interprète,….. Je connaissais le Morse et le
    Sémaphore. Après chaque campement, je faisais tout pour ne laisser aucune trace de notre passage. Dans la forêt, j’observais la nature et les animaux sauvages pour les protéger. Nos héros étaient Antoine de Saint-Exupery et Guy de Larigaudie. Et bien sûr, j’aidais les vieilles dames à traverser la rue en portant leur sac-à-provisions !

  4. Et ce pape qui détruit toute différence entre Christianisme et Islam… il n’y est pour rien dans cette décadence honteuse?!

  5. Rien d’étonnant que le scoutisme reflète la dérive suicidaire de l’église catholique depuis Vatican II.

  6.  » Il est vrai que l’Église, depuis les années 60 du siècle dernier, n’a cessé de vouloir courir après la modernité ». Il est vrai que l’Église, depuis les années 60 du siècle dernier, n’a cessé de vouloir courir après la modernité… franc-maçonne, ceci expliquant cela.

  7. Cela fait déjà bien longtemps que les Scouts de France sont en totale déréliction, ce n’est pas une nouveauté !
    Ne jetez pas le bébé avec l’eau du bain : les scouts d’Europe, les Scouts Unitaires de France, les Europa Scouts, les Scouts Godefroy de Bouillon et d’autres encore maintiennent les traditions et l’esprit du scoutisme traditionnel créé par « BP ».

  8. Article médiocre et sans intérêt. J’entame ma 18 ème année aux Sgdf (9 en tant que jeune et 9 en tant que chef) donc je pense bien plus informé que l’auteur qui n’a rien de plus qu’un calendrier, un tweet et de vagues clichés complotistes pour source son article. Tout d’abord il y a une confusion de l’auteur entre scouts et guides de France et scouts de France. La photo utilisée n’est même pas du bon mouvement.
    En effet le calendrier sgdf reflète l’air du temps, et à en croire l’article c’est une mauvaise chose.. Je voudrais donc dire que non, ce n’est pas une mauvaise chose d’évoluer avec son temps. Les jeunes d’aujourd’hui ne vivent pas dans le même monde que les jeunes d’hier. Le scoutisme d’aujourd’hui doit prendre en compte l’état du monde actuel pour éduquer des jeunes capables d’agir dans le monde de demain. Nous éduquons une jeunesse optimiste qui a l’envie et les capacités de faire bouger les choses, tout le contraire du sous entendu dangereux et régressiste de votre article. Baden Powell serait fier de voir que son scoutisme sait évoluer et s’adapter, car c’est en effet la recette pour former des citoyens heureux, utiles, actifs et artisants de paix. Chaque association de scoutisme à ses spécificité, si vous cherchez quelque chose de très traditionnel il ne faudra sûrement pas se tourner vers les sgdf. Mais il en faut pour tous les goûts et les sgdf ont un projet pédagogique (que vous n’avez certainement pas lu) très intéressant sur de nombreux points et qui n’a rien à envier aux autres associations de scoutisme. Ceci dit, si vous ne pensez pas que la voix des filles est importante vous devriez cesser d’écrire vos articles, et même les suf seraient d’accord sur ce point.
    Bonne journée

  9. Rien de nouveau sous le soleil… Depuis la funeste année 68, les scouts ne France ne sont plus des scouts mais une grande colonie de vacances, transmettant le modernisme dans l’Eglise et la société.
    Les seuls à être scouts dans toute la noblesse du terme ? Les scouts d’europe et les groupes inépendants (particuliérement en Vendée).

  10. Merci à Marie Delarue de nous alerter.
    Mais les « scouts et guides de France » sont une déviation malheureuse du scoutisme, débutée en 1963-64. Le VRAI scoutisme est représenté par « les scouts d’Europe » et « les scouts unitaires de France », heureusement toujours très actifs.

Les commentaires sont fermés.

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter