Décidément, tout fout le camp. Rome n’est plus dans Rome et la Fête de L’Humanité n’est même plus à La Courneuve. Pire encore : au traditionnel de la classe ouvrière du siècle dernier – avant qu’il ne passe chez Jean-Marie Le Pen –, la Fête de L'Huma a substitué une forme de table ouverte aux ennemis de toujours, gauchistes, écologistes et autres militants de causes sociétales bien éloignées des préoccupations historiques du prolétariat.

Le trotskiste (tendance lambertiste) Jean-Luc Mélenchon s’y trouvait un peu en terrain conquis. Quelle ironie de l’histoire que cette revanche du petit Léon (Trotski) contre le grand Joseph (Staline)… D’ailleurs, à en juger des images diffusées, on se demandait un peu qui invitait qui : Fabien Roussel conviant le rustaud Jean-Luc Mélenchon, pas très loin d’uriner sur le tapis du salon, ou le second s’invitant chez le premier sans y avoir été tout à fait convié, confondant rideaux et rince-doigts.

Au cœur des débats : la polémique lancée par un Fabien Roussel manifestement bien décidé à faire entendre sa propre musique au sein de la NUPES, relative à la « gauche du travail » contre celle « des allocations et des minima sociaux ». Et le patron de La France insoumise de faire remarquer : « Les grandes entreprises ont touché 140 millions d’euros durant la crise sanitaire. L’assistanat, c’est eux » ; ce qui n’est fondamentalement pas faux non plus.

Mais la gauche et la gauche de la gauche étant ce qu’elles sont, il y a bien sûr polémique dans la polémique, grâce (ou à cause) du lutin François Ruffin, député LFI de la Somme, qui vient de publier un essai où il explique que la gauche doit d’urgence reconquérir le vote populaire perdu. Certes, Ruffin prend à cette occasion ses distances avec Roussel : « Opposer la France qui bosse à la France des allocs, ce ne sont pas mes mots. » Il n’empêche que cela est un peu, voire beaucoup, le fond de sa pensée, l’auteur n’hésitant pas à comparer l’ancienne présidente du Rassemblement national à une « vierge Marine qui ferait apparaître une pluie de selfies » à chacun de ses passages dans la France des oubliés…

Un autre hiérarque communiste de l’ancienne espèce, Roger Martelli, historien officiel du PCF, va, lui, droit au but : « Il y a le constat évident auquel tout le monde est confronté : le RN s’implante chez les ouvriers. Cette catégorie a le sentiment d’être méprisée. C’est une population tentée par l’idée qu’on est dans une société d’assistance. » Cité par Le Monde du 12 septembre, il y a encore le sociologue Olivier Schwartz qui, dans son texte « Vivons-nous encore dans une société de classes ? », note que pour les classes populaires existe désormais « le sentiment d’être non pas seulement soumis à une pression venant du haut, mais aussi à une pression venant du bas, venant de plus bas qu’eux ». Le constat n’est pas idiot, sauf que l’auteur néglige un facteur majeur : l’immigration. Soit le grand absent, l’éternel impensé de l’actuel logiciel de gauche ; surtout celui de l’allié écologiste.

Ainsi, après la polémique dans la polémique, il y a le meeting dans le meeting et ces dizaines de militants EELV venus apporter leur soutien aux Ouïghours, minorité chinoise de confession musulmane, à la fois tenaillée par l’islamisme et le séparatisme, avec laquelle (c’est le moins qu’on puisse prétendre) Pékin a la main un peu lourde. Bref, une manifestation anticommuniste en plein sanctuaire communiste. Ce n’est peut-être pas du temps de Georges Marchais qu’on aurait vu ça. Dans cette affaire, tout comme celle du Tibet, Jean-Luc Mélenchon a toujours fait sienne la position des autorités chinoises. Même au quinoa, un pilpoul demeure un pilpoul.

Heureusement, tout est bien qui finit bien : Fabien Roussel, malgré sa tentative de reconquête du monde ouvrier, demeure un communiste de son temps. En effet, entre deux algarades relatives à la ligne du parti, il a trouvé le temps de marier deux militants qui se sont rencontrés il y a un an à ce même inclusif. N’est-ce pas touchant ? Il en faudra sûrement un peu plus pour faire revenir le monde ouvrier au bercail électoral. Encore un effort, camarade Fabien !

3791 vues

12 septembre 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

9 commentaires

  1. Une seule solution pour François Ruffin afin qu’il puisse retrouver et reconquérir le vote populaire perdu, c’est de s’inscrire au RN.
    On espère que pour notre sympathique bon vivant Fabien Roussel, il y avait à la fête de l’huma, du saucisson et du vin rouge. Sandrine a-t-elle été invitée ? Ah, il y avait de la salade verte aussi.

  2. pourquoi ce bobo de gauche qu’est Caron ne parle t- il pas des abattages rituels de ses amis musulmans ???
    Il semble que pour Caron  » le végan  » le mouton ne soit pas un animal mais une chose faite de soja que l’on peut martyriser pour le manger !!!

  3. Ils le trouveront end énonçant la politique de l’union européenne et en appelant à en sortir.

    Les gens comprendront que c’est en grande partie à cause de l’union européenne qu’ils sont dans cette situation.

  4. « Quelle ironie de l’histoire que cette revanche du petit Léon (Trotski) contre le grand Joseph (Staline) ». C’est la revanche du nombre : Face aux communistes figés dans leurs dogmes et donc cryogénisés, les trotskistes se sont multipliés, profitant des boulevards offerts par nos dirigeants (gauche et droite confondues) pour engendrer écologie, féminisme, wokisme, islamophobie, antispécisme, j’en passe et des meilleurs. Tous ces mouvements, portés par la mode et d’apparence diverse, ont en fait le même but : la destruction de la société, du moment qu’elle est blanche et occidentale.

  5. J’ajouterai Caron et son cirque sur la corrida… qui recrute lui aussi à gauche et, pour ce faire, n’a pas les c de parler de l’abattage Halal qui torture consciemment des animaux apprivoisés alors que les taureaux de corridas sont des bêtes sauvages.
    Honte à cette malhonnêteté.

  6. L’historien « officiel » a semble t-il « tout compris » des ouvriers … Vous le soulignez en donnant cette information:
    « Roger Martelli, historien officiel du PCF, va, lui, droit au but : « Il y a le constat évident auquel tout le monde est confronté : le RN s’implante chez les ouvriers. Cette catégorie a le sentiment d’être méprisée. C’est une population tentée par l’idée qu’on est dans une société d’assistance. »
    Wahou et dans peu de temps, cet historien dira quoi d’autre: macron a créer des emplois de « grande valeur ajoutée » pour nos « forces de progrès » ? !
    Le « bouquet final » de cette « fête de l’Huma » avec un mariage plein de symbole marque effectivement « un point d’orgue » de ce « entre soi » tout à fait conforme avec les attentes d’une classe sociétale certes mais qui là aussi est autre chose que de « défendre les droits des travailleurs français » … Là aussi, le « en même temps » est déconstructeur et destructeur encore plus …
    La vie privée ne « regarde pas » la vie professionnelle ! .

  7. Et dire que le journal « l’humanité » touche encore plus de 300 millions d’euros de subventions prélevées sur nos impôts .Moi qui croyait que « l’huma » était mort avec Georges Marchais .

Les commentaires sont fermés.

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter