Editoriaux - Histoire - 15 juillet 2019

Le « Bastille Day », une dénomination impropre du 14 Juillet

À l’occasion du 14 Juillet, des « Bastille Day » ont fleuri en France, mais aussi dans le monde entier. Or, cette dénomination « commerciale » mais aussi étatique, puisque le ministère des Affaires étrangères s’est fendu d’un « Happy Bastille Day », est impropre.

Rappelons que la loi du député Benjamin Raspail, promulgué le 6 juillet 1880, instaura la fête nationale en précisant « la République adopte le 14 juillet comme jour de fête nationale annuelle » sans se prononcer sur l’événement commémoré. Si la prise de la Bastille fut jugée trop sanglante (près de 100 morts), la Fête de la Fédération du 14 juillet 1790 qui rassembla républicains et royalistes, avant une longue période sanglante, fit un consensus parmi les parlementaires. Ainsi le rapporteur du projet éclairait le choix du législateur :

« À ceux de nos collègues que des souvenirs tragiques feraient hésiter, rappelons que le 14 juillet 1789, ce 14 juillet qui vit prendre la Bastille, fut suivi d’un autre 14 juillet, celui de 1790… qui n’a coûté ni une goutte de sang ni une larme. Cette journée de la Grande Fédération, nous espérons qu’aucun de vous ne refusera de se joindre à nous pour la renouveler et la perpétuer, comme le symbole de l’union fraternelle de toutes les parties de la France et de tous les citoyens français dans la liberté et l’égalité. Le 14 juillet 1790 est le plus beau jour de l’Histoire de France, et peut-être de toute l’Histoire. C’est en ce jour qu’a été enfin accomplie l’unité nationale, préparée par les efforts de tant de générations et de tant de grands hommes, auxquels la postérité garde un souvenir reconnaissant. Fédération, ce jour-là, a signifié unité volontaire. »

Maybe a « Federation Day » next year?