Vous avez sûrement entendu parler des BRICS, dans les années 2000. C'était très à la mode. On parlait des cinq dragons avant la crise asiatique des années 90. C'est le même principe : tenter de donner un nom à un phénomène. Sauf que, dans ce cas précis, lesdits BRICS (initiales de Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud) ont fait de cet acronyme une organisation tout ce qu'il y a d'officiel.

La situation économique de 2022 est loin d'être aussi uniforme que l'association de ces pays pouvait le laisser présager : la Chine va devenir la première puissance mondiale, la Russie est, comme toujours, obligée à une impériale du fait d'une géographie titanesque, le Brésil est un pays violent et paupérisé, l' est à la croisée des chemins, entre hyper-modernité (dont l'arme nucléaire) et système médiéval renforcé d'une démographie étouffante et mal maîtrisée. Quant à l'Afrique du Sud, elle a effectué une chute spectaculaire, minée par la corruption, la haine ethnique, la et la pauvreté.

Peu importe, au fond, puisque ce qui est important, pour ces pays comme à l'échelle du monde, c'est que l'organisation des BRICS fasse contrepoids à l'hégémonie occidentale, celle d'institutions créées par les Occidentaux et pour leurs intérêts, qui sont confondus, depuis 1945, avec ceux des États-Unis. Il y a, dans le même genre, la CEI, l'Organisation de coopération de Shanghai, comme il y eut autrefois le Komintern, l'URSS ou la conférence de Bandung.

C'est probablement le raisonnement de l'Algérie, qui vient de demander officiellement son adhésion aux BRICS. Qu'espère le régime d'Alger, miné par la corruption et le désœuvrement de sa jeunesse ? Peut-être la reconnaissance de ses richesses énergétiques, qui sont le seul argument qu'elle peut avancer, avec sa position géographique stratégique, pour justifier une adhésion qui ne va pas de soi ?

Il y a bien peut-être une autre raison : en agissant de la sorte, l'Algérie ne rejoint pas tant un club non aligné qu'elle tourne le dos aux fariboles européennes, et notamment françaises, sur la prétendue fraternité méditerranéenne. La n'a plus besoin qu'on lui mette des gifles, elle s'en charge elle-même.

6228 vues

9 novembre 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement !

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

31 commentaires

  1. Tant mieux, c’est très bien ! Nous n’avons rien à faire de ce pays qui nous hait et que Macron aime. Les choses sont enfin claires, à la France de traiter l’Algérie comme un pays lambda et de dénoncer toutes les exceptions de droit français dont elle bénéficie. C’est grotesque

  2. Cela flatte les dirigeants ,mais ces nouveaux esclaves chinois rejoindront la France en ce plaignant et pleunichant .Pôvres de nous!

  3. « La France n’a plus besoin qu’on lui mette des gifles, elle s’en charge elle-même. » Car c’est tellement bon!

  4. Si cela pouvait encourager les algériens à émigrer vers les pays du BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud) ça nous soulagerait un peu…..Nous avons appris il y a qq semaines qu’en Algérie dés les petites classes ils apprenaient l’anglais et non le français……Espérons que cela leur fasse du profit, car la langue française quand j’entends autour de moi des algériens parler entre eux, eh bien ils parlent arabes….

  5. l’Algérie n’a pas vraiment conscience de ce qu’elle est, s’en est risible.
    Les BRICS sont des forces importantes à l’échelle du monde ou de leur région, l’Algérie n’est rien de tout ça, c’est même le maillon faible de l’Afrique du Nord.
    Alors les BRICS s’intéresse à elle, oui, mais comme néocolonie et pas comme partenaire.
    Connaissant la Chine, qui est le leader des BRICS, l’Algérie ne va pas tarder à regretter le temps béni des colonies… Françaises.

  6. Les BRICS ? Il s’agit tout d’abord d’une réunion de pays voulant créer une monnaie commune pour faire front au dollar américain et à ses prérogatives commerciales et judiciaires .
    Une opposition au dollar peut être une bonne chose !

  7. On les comprend. Quel intérêt à danser avec un cadavre. L’avenir est à l’est. Qui parle de destin pour la France ? Le pays des lettres et des lois n’est plus qu’un grand vide grenier mal fréquenté.

  8. La France à toujours un siècle de retard en matière de politique étrangère. Quand la France va-t-elle reprendre en main son destin ?

    1. La France, c’est les Français. Ils ont reconduit Macron. Le destin de la France ne lui appartient donc plus…

  9. Sérieusement, peut on lui donner tord. Personnellement je suis tenté de lui donner raison, enfin d’abord l’Algérie n’est pas en Europe tout comme la Turquie, de plus ce pays n’a aucune comptabilité avec l’union Européen, à observer que même la langue pratiqué est plus de très loin le Français. Non l’Algérie à de moins en moins de rapports avec quelque pays de l’Europe.

  10. C’est nous qui aurions dû lui tourner le dos dès juillet 1962, ce qu’on n’a pas fait et qu’on regrettera longtemps.

  11. l’Algérie fait ce que la France aurait dû faire il y a des décennies, lui tourner le dos au lieu d’aller faire des courbettes aux différentes autorités algériennes. Pour le pétrole , la lèche est devenue obligatoire chez les politicouards. Ce pays a toujours fait ce qu’il voulait, pas la France qui se soumet à tout va.

  12. Le problème n’est pas l’Algérie, le problème c’est notre soumission à l’UE, à l’Otan et pour synthétiser aux USA. La France continuera à tomber si elle reste dans cet occident endetté jusqu’au cou, décadent et en voie de tiers-mondisation. Mais le peuple français ne réagira que quand il aura faim tellement il est domestiqué par le confort et la bienpensance, sans parler de sa faiblesse (cf la trouille irraisonnée de la population face au covid et la soumission à l’injection). Il est déjà trop tard.

    1. Le problème de la France, c’est la médiocrité de ceux qu’elle se donne pour chefs. Corruption et atteintes aux intérêts de la nation viennent compléter ce triste constat…

  13. Une humiliation de plus dés le retour de Mme Borne précédée par notre président – mais qu’à cela ne tienne, Macron trouvera bien un moyen supplémentaire pour se coucher devant les exigences algériennes.

  14. Au passage on peut signaler que l’armée algérienne a participé il y a 2 mois aux manoevres conjointes avec l’armée Russe.

  15. Mme Borne a bien fait d’aller visiter l’Algérie avec sa quinzaine de ministres. Beau résultat. Good Job!

  16. Ces BRICS me semblent un vrai bric-à-brac, une cacophonie de pays très différents. Je disais cela du bric-à-brac de l’UE, mais il me semble que les BRICS sont pire alliance !
    Oui la France se donne elle-même des gifles, mais je le dirais avec plus de nuance car la France n’est pas responsable des gifles, mais son président, oui.

  17. C’est à nous de tourner le dos à ce pays ,il faut que ce pays prouve que tous ceux qui touchent des retraites
    qu’ils soient en vie à l’ambassade de France .
    La majorité son des morts vivants .

    1. Ce que vous dites est vieux comme le monde et personne n’a jamais eu le courage de le faire. Cela étant faites le tri du personnel des services sociaux de France et vous verrez d’ou vient la majorité de ce personnel qui oeuvre pour leurs familles. Ce n’est pas plus compliqué. Allez dans ces services il y a de quoi être surpris.

  18. Excellente idée et la France va leur fournir la main d’oeuvre pour bâtir cette union en leur renvoyant ceux venus illégalement , les délinquants pour vider les prisons .De plus plus de subventions à ce pays .Que d’économies en perspective pour nous .

    1. Je pense exactement comme vous. Vu comme ça, ce serait plutôt une bonne nouvelle, cette affaire de Bricks.

    2. j’allais dire  » bonne nouvelle » !! enfin il n’y aura plus à prendre des pincettes pour leurs ré expédier leurs ressortissants
      violents, et sans doute commencerons nous enfin à vider nos prisons et par là même en effet faire quelques économies !
      Qu’ils prennent enfin leur destin en main et pas à nos dépends !

Les commentaires sont fermés.

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter