Annie Bazerolle, maire de Veuvey-sur-Ouche (Bourgogne-Franche-Comté), a lancé il y a quelques jours un appel peu commun. Celle qui se décrit comme une « catholique pratiquante » a partagé son désarroi face à la « déchristianisation » de son village dans le journal catholique : « Voilà notre souhait : notre église est sous le vocable de Notre-Dame de l’Assomption et, depuis de nombreuses années, le 15 août, le village est en fête. Une journée de fête se prépare mais… pas de messe, alors, quel est le sens véritable de la fête patronale ? Connaîtriez-vous un prêtre qui accepterait d’être parmi nous ? Nous pourrions lui offrir quelques jours de vacances dans notre belle région. »

Contactée par , Annie Bazerolle ne cache pas la tristesse que lui cause ce recul de la religion catholique. « Il y a vingt ans, il y avait une abbaye à La Bussière-sur-Ouche, à quatre kilomètres de notre village, où se déroulaient des retraites, des messes, etc. Mais il y a une dizaine d’années, l’évêché a eu besoin d’argent et a vendu l’abbaye qui est, depuis, devenue un hôtel de luxe. Ce fut une première déchirure pour nous. » Dans le même temps, les prêtres affectés aux villages des environs prennent leur retraite, les vocations se raréfient et le prêtre d’Arnay-le-Duc, à 25 km de Veuvey-sur-Ouche, devient le curé des quarante clochers alentour. « Nous avons une petite école pour les enfants du village, aucun d’entre eux ne vient au catéchisme », se désole le maire.

Désintégration du maillage paroissial

Si inextricable que soit la situation, il n’est pas question pour Annie Bazerolle de laisser les choses se détériorer sans réagir. Cette fête du 15 août, c’est tout un symbole. « Quand il y avait une messe le 15 août, les gens qui n’étaient pas pratiquants réguliers venaient quand même, même s’ils ne revenaient pas le dimanche. C’était important pour eux, ça avait du sens. Dans l’esprit du village, ça existe toujours. » Au-delà, donc, de l’aspect religieux de la fête, la célébration du 15 août comporte un important aspect fédérateur. Et même si les catholiques pratiquants ne représentent plus qu’une poignée, dans ce village, le maire rapporte que certains s’interrogent devant l’absence de messe, des habitants lui ayant même demandé si la religion chrétienne existait toujours.

La désolation du maire fait écho à ces mots de l’abbé Pierre Amar, qui publiait une tribune dans Le Figaro, le 13 octobre 2020 : « On y expérimente une étrange impression de vide. L’âme de nos villages s’éteint et même les non-croyants déplorent qu’il n’y ait plus de curé. Pourtant, la réalité est évidente : la se paganise. » Ce n’est donc pas seulement l’absence d’une fête conviviale, d’un apéritif fédérateur partagé entre les villageois, que déplore Annie Bazerolle, c’est la possibilité d’apporter un « témoignage » qu’elle voit s’en aller, c’est cette inéluctable « désintégration du maillage paroissial », selon les mots du père Amar, et, en conséquence, la désintégration de tout l’esprit d’un village.

Pour l’heure, aucun prêtre ne s’est manifesté pour venir soutenir la paroisse de Veuvey-sur-Ouche. Le maire ne baisse pas les bras et la fête sera de toutes façons célébrée avec faste, avec « des cloches qui sonneront à toute volée ». L’espoir renaît grâce à ces courageux de France !

2914 vues

28 juin 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

27 commentaires

  1. Enfin , François et Emmanuel ont un point commun : celui d’avoir « salopé  » et déshonoré le titre et la fonction qu’ils occupent et qu’on le veuille ou non , pas d’éducation , pas de discipline , pas de sanction , tout au gré du vent selon ce qui les arrange d’où les refus d’optempérer et pour la route et tout le reste , L’Homme va d’ici peu vivre comme les animaux dits sauvages et rapidement disparaître comme les animaux préhistoriques .

  2. depuis 1981 : il ne faut plus de contrainte , plus de discipline , plus d’éducation a ne pas confondre avec l’enseignement qui a sombré dans l’ignorance et la médiocrité ….Il est donc inutile de remercier les politiques qui veulent seulement être  » peinards  » ou le clergé qui rejoint ce même camp ,sans oublier François qui met encore de l’huile sur le feu avec les progressistes et ceux qui seraient moins enthousiastes au vide spirituel voir un peu plus « tradis » ,même loin de l’intégrisme .

  3. Environ 4.000 vieux prêtres en activité, 120 ordinations par an, et 45.000 Eglises…
    Combien sont dans ce cas ?
    Viendra le temps où toutes les Eglises tomberont en ruine, la France avec !

  4. Seul le côté festif et férié, de ces célébrations religieuses, semble dorénavant intéresser les Français. Peut-être serait-il intéressant de ne plus considérer ces journées comme fériées sauf pour ceux se rendant à un office religieux…une source de productivité gratuite pour l’état.

  5. Avec le pape actuel nous revenons aux années 70,mais en cinquante ans l’Eglise s’est effondrée , voici les merveilleux résultats de Vatican II !

  6. Dan ma paroisse, un seul lieu de culte pour 21 clochers… jusqu’au dernier moment le dimanche, nous ne savons pas qui le diocèse envoie pour célébrer la messe, et nous sommes (mal) préparés à une ou plusieurs célébrations sans prêtres pour cet été, car ils ont bien le droit de prendre un peu de vacances, eux aussi…

  7. Comme c’est triste de voir LA Tradition s’effondrer . Avant , avant cette lamentable inversion des valeurs , les Églises étaient au Centre des villes et villages de France  » fille ainée de l’ Église « .
    Alors que faire ? Exactement le choix ce cette maire courageuse : le faire savoir en direct sans passer par les voies officielles . « Aides-toi et le CIEL t’aidera  » .

  8. Et « en même temps » les jeunes en mal de spiritualité se tourne vers l’islam qui n’a pas peur de faire du prosélytisme.

  9. Pourquoi l’église Catholique a t’elle ainsi organisé son suicide ???
    Tristesse.

  10. Les mosquées, elles ne se raréfient pas au contraire, elles obtiennent toutes les aides et les soutiens, elles sont pleines à craquer et les immams sont légions – pauvre France.

      1. Non ! l’éloignement ; le manque de prêtres et d’infos ( les messes annoncées au dernier moment ) ; les problèmes de transport d’une commune à l’autre ( des éventuels paroissiens , pas du curé ) . les églises fermées ; le mauvais accueil de la part des  » groupies » initiés qui restent en circuit fermé, etc…

  11. La seule solution d’avenir est de rendre l’église à ses citoyens-fidèles : groupes de prière et diacres. Et de revenir (comme à l’origine) : 1) à la possibilité pour les prêtres d’être mariés (avec une femme) 2) l’élection des évêques.

    1. Non, non ! Le mariage des prêtres dénaturerait complètement leur mission ! Former les jeunes hommes (et femmes ) à la spiritualité ,l’éthique et la morale (y compris et surtout les futurs toubibs…) au plus tôt : Donc, laisser du temps libre aux enfants en dehors du sport et des  » activités artistiques », donner des espaces dans les communes à la rencontre .Oui pour l’élection des évêques par leurs fréres prêtres et consacrés

      1. Ce n’est qu’au XI e siècle que (seuls) les catholiques romains ont interdit mariage et concubinage des prêtres ; vous trouvez que l’hypocrisie de la ‘bonne du curé » et l’horrible pédophilie c’est mieux ? Dac pour l’élection des évêques comme aux origines jusqu’au au XIVe siècle

  12. J ai envoyé l’ article a un homme d église que je connais
    En espérant qu’ il puisse apporter une réponse favorable

  13. Belle initiative.
    Je ne suis pas croyante, mais j’ai quand même été choquée lorsqu’une jeune femme m’a dit, alors que nous parlions de la Pentecôte, que ce qui compte, c’est le lundi, car on ne travaille pas.

    1. Raison pour laquelle je suggère que toutes les fêtes religieuses ne soient plus chômées payées. Il suffit pour les croyants de transférer les célébrations le Samedi ou le Dimanche.

  14. Madame le Conte vous le dites et l’écrivez, combien il est triste et préoccupant de voir et de vivre la déchristianisation de notre société, désormais la question qui se pose aux chrétiens de France et d’Europe: comment vont-ils éviter de devenir minoritaires sur la terre de leurs ancêtres ? Le Pape Léon XIII l’a écrit; A qui veut régénérer une société en décadence l’on prescrit avec raison de la ramener à ses origines ! Les origines de Notre France et de l’Europe sont chrétiennes forcément.

    1. Il y a des croyants et des non croyants depuis la nuit des temps. Et pour ne rien arranger les croyants ne croient pas en les mêmes choses. Laisser la liberté de culte semble élémentaire mais elle doit être limitée à la sphère privée. Les monuments et manifestations religieux sont sous la sauvegarde des fidèles, sauf pour les plus prestigieux, ou la main mise de l’état au titre de monument célébrations historique est envisageable. C’est ma base de réflexion qui reste discutable bien entendu.

  15. A part les traditionalistes, l’Eglise de Vatican II ne fabrique quasiment plus de prêtres, aussi quelle imbécilité du Pape de repousser la prise de Robe des séminariste de Monseigneur Rey évêque de Toulon, soit disant trop proche de la Tradition, qui aux yeux du Pape actuel, est un pêché impardonnable, comme quoi les ânes se trouvent partout.

  16. Vous me voyez attristé par cette situation Le pape refuse l’ordination de 10 prêtres, il envoie une commission en Alsace. Il n’aime pas la France et il le fait savoir. Heureusement que nous avons encore une jeunesse qui ose braver les intempéries pour le pèlerinage de Chartres qui œuvre tous les jours en silence et qui prenne le relais des plus anciens. Honneur à cette frange de catholiques qui n’ont pas peur de garder l’enseignement du Christ de toujours Où est la France fille aînée de l’Eglise

    1. pour Strasbourg, à suivre .A priori , nous ne savons rien pour l’instant sur les « éclats » entre l’ex aumônier aux Armées et le commissaire général Bourrier.

    2. Le pape ? quel pape ? les catholiques n’en ont plus depuis l’arrivée de l’homme qui vit à Rome actuellement et fait une politique mondialiste et sataniste.

  17. Triste constat ! La transmission ne se faisant plus, des jeunes , en quête de sens, vont se réfugier vers une autre religion : l’Islam !
    Le christianisme , religion de l’enseignement de la foi (le Christ n’a pas arrêté d’enseigner) , Islam religion de la soumission sans séparation du spirituel et le temporel (on ne leur demande pas de réfléchir, de penser mais de respecter à la lettre les sourates )

  18. « La France se paganise » écrivez vous.
    A qui la faute ? Chaque catholique doit en prendre sa part mais l’église de France en est sans doute la principale responsable depuis les réformes de Vatican 2.

Les commentaires sont fermés.

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter