Editoriaux - Société - 24 janvier 2019

La famille : grande oubliée du Président dans sa lettre aux Français

Réaction d'un père de famille

Monsieur le Président,

Votre « lettre aux Français » est bien longue… et pourtant, à aucun moment vous ne nommez le mot « famille » ! Vous me permettrez, alors, de vous témoigner toute mon indignation.

Car la famille est bien actrice dans chacun des quatre grands domaines que vous présentez, elle en est même souvent l’actrice principale. La classe moyenne de la société et sa partie la plus pauvre se composent presque totalement de familles.
Elle est composée de consommateurs, elle est un agent économique incontournable.

Depuis quelques jours, nous savons, sur le plan de la natalité, que le nombre d’enfants par femme est passé de 2 à moins de 1,88 en quatre ans, alors que le désir d’enfant demeure stable, à 2,3 environ. Cette baisse concerne toutes les catégories sociales. Il existe donc bien, dans notre pays, un signe de difficultés pour les familles.

Il faut bien prendre conscience que ce phénomène de démographie devient de plus en plus grave (la solidarité intergénérationnelle joue un rôle majeur dans les retraites, l’assurance maladie, les activités professionnelles des parents…). Seule une politique familiale forte peut entraver ce déclin, vieux de plusieurs décennies.

Et l’histoire du monde et des civilisations nous apprend que c’est la démographie d’une nation qui la rend puissante et riche. Arrêtons donc de tuer des innocents à naître et « en même temps », dans quelques mois, de faire naître des enfants orphelins de père dès leur naissance !

Mais réduire la crise actuelle de la France à un ensemble économique et financier ne semble pas tout à fait exact. La famille française a perdu ses repères spirituels ; elle est à la recherche de ses racines chrétiennes qui ont donné à notre pays, durant sa belle histoire, tant de joie et d’espérance.

Aussi l’État, au nom d’un vrai laïcisme qui libérerait les consciences, ne doit pas entraver cette aspiration vers le Bien, le Beau et la Vérité, ni favoriser une autre religion totalement étrangère à notre histoire avec ses propres règles parfois sanglantes…

La famille est bien le ciment de notre société ! Monsieur le Président, votre mission est bien de rechercher le « bien commun » et durable de tous les Français.

« Quand la famille va, tout va. »

À lire aussi

Éoliennes : l’affaire du siècle ?

Amoureux des vieilles pierres, de nos paysages si divers et si majestueux, en un mot amour…