« Censure et silence médiatique sur la question migratoire » et « Changements démographiques », voilà les thèmes qui seront abordés, ce vendredi, à Ceuta, lors du congrès du groupe European Conservatives and Reformists au Parlement européen. Malgré l’importance de la question migratoire, l’événement n’accueillera que le groupe ECR qui entretient pourtant des liens avec les eurodéputés RN et autres membres du groupe Identité et Démocratie.

Depuis les dernières vagues de migrants déferlant aux de Ceuta (enclave espagnole en territoire marocain) pour rejoindre la pointe ibérique du continent européen en mai 2021 (plus de 10.000 entrées de migrants via le passage de Tarajal), nous n’avions plus d’actualité brûlante sur ces territoires disputés entre les deux royaumes. Cela, jusqu’au 24 juin dernier, où plus de 2.000 migrants ont tenté de pénétrer clandestinement Melilla, seule commune, avec Ceuta, ayant une frontière terrestre avec le Maroc et attachée de fait au continent africain. Ce 1er novembre, la BBC révélait que la mort de plus 24 de ces migrants serait directement imputable aux deux autorités, à la fois le Maroc et l’Espagne.

 

La tension monte à nouveau d’un cran lorsqu’en septembre, le Maroc affirme n’avoir « aucune frontière terrestre avec l’Espagne », allant jusqu’à qualifier Ceuta et Melilla de « présides occupés » et revendiquant ces territoires.

Aussi, pour dénoncer cette attitude belliqueuse de la part du Maroc, et pour sensibiliser à « l’inaction de l’UE pour défendre nos frontières », le groupe ECR se rendra sur place pour tenir un colloque à l’initiative, notamment, d’eurodéputés de Vox. « Frontera Sur » est un projet qui vise à porter le débat sur les et la situation incontrôlable à Ceuta.

Introduit par Santiago Abascal Conde, président de Vox, le congrès verra défiler des think tanks, des journalistes, des policiers, écrivains… jusqu’au lanceur d’alerte français Damien Rieu. Seul participant français, le militant identitaire interviendra sur le meurtre de la petite Lola et la politique française concernant les frontières.

« C’est un événement du groupe ECR, mais cela n’a jamais été fermé aux députés d’autres groupes, c’est un rassemblement qui ouvrira le débat sur plusieurs perspectives pour donner des points de vue différents aux Européens », réagit auprès de BV Rocío De Meer, députée Vox au Parlement espagnol et membre du comité exécutif du parti. « Plusieurs membres du groupe ID ont été invités, au même titre que des membres de Vox ou du gouvernement hongrois, mais ils ont refusé de participer pour des raisons d’agenda », affirme la députée.

Une information confirmée par le député européen Jean-Lin Lacapelle, membre de la délégation RN auprès du groupe ID : « Nous y serions allés volontiers, mais vous comprendrez qu’avec le congrès du RN samedi, c’est impossible pour nous. » L’ambition est noble et la cause est juste pour l’eurodéputé qui témoigne des liens forts entre les deux groupes. « Nous votons souvent ensemble, notamment sur ces questions d’immigration, moins sur les sujets économiques et sociaux », affirme-t-il par ailleurs.

L’occasion était belle, en effet : des députés de toutes les droites européennes auraient pu se retrouver aux abords de la frontière de Ceuta pour dénoncer la vague irrépressible de migrants à nos frontières. Un rassemblement qui aurait pu sensibiliser l’opinion européenne. « Après les réunions de Varsovie et de Madrid, auxquelles Marine Le Pen s’est rendue pour rencontrer Matteo Salvini, les élus de Vox et le Premier ministre polonais, gageons que nous serons le premier grand groupe d’opposition lors de la prochaine mandature. »

L’eurodéputé proche de conclut enfin : « Quand il s’agira de se réunir, on le fera bien sûr. » Si ce n’est pas pour cette fois, gageons qu’à l’avenir, et notamment avec l’accélération des crises migratoires, toutes les droites européennes sauront se retrouver.

5214 vues

3 novembre 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement !

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

17 commentaires

  1. Rendons au Maroc Ceuta et Melilla, têtes de pont de multiples trafics (hommes, tabacs, drogues). L’Espagne trouvera une consolation en récupérant cet autre appendice colonial qui s’appelle Gibraltar…

    1. Ça c’est pas demain la veille. Essayez de faire lâcher son os au bouledogue britannique…

  2. Chacun chez soi ; fermeture hermétique des frontières de l’hexagone. gardons notre argent pour nous au lieu de le distribuer dans le puits sans fond de l’ue pro migrants

  3. La France est définitivement envahie. Le gouvernement Macron a islamise le pays en répartissant les envahisseurs dans toutes les régions. Seule une guerre civile pourra sauver le pays. En Afrique du Nord les français ont été dépouillés et jetés sans ménagement hors de trois départements qu’ils avaient créés. La population berbère (les vrais habitants de cette région) était amie, à preuve les milliers de harkis contraints eux aussi de quitter leur pays ; ceux qui sont restés ont été persécutés et une centaine de milliers assassines.

  4. Il est évident que l’Espagne devrait abandonner ces enclaves en les rendant au Maroc . C’est vital pour les frontières européennes. Je comprends la détresse que ce serait pour les Espagnols vivant dans ces enclaves mais il faut savoir trancher quitte à y mettre le prix

  5. On attend Quoi pour électrifier les barbelés à Ceuta et Melilla ? Pour instaurer des patrouilles en mer pour repousser les migrants ? .. c’est bien beau de débattre à longueur de temps, mais AGIR, c’est pour Quand ???

    1. Voyons, vous n’y êtes pas, car AGIR, c’est un gros mot pour tous ces « élus » dévoreurs de subsides.

  6. La commission Européenne veut la disparition des états, aussi il n’y a que deux solutions, celle préconisée par les Patriotes ( Asselineau, Filippot, …) qui est de sortir de cette Union (Frexit) ou celle que souhaite Eric Zemmour qui est de rester dans l’Europe mais de reprendre notre souveraineté en ne payant plus notre cotisation à ce machin qui nous étouffe. Maintenant, il appartiendra aux Français de bien voter aux prochaines élections Européennes pour que la majorité change au sein de cette Commission et permette enfin d’être une vraie force d’opposition au courant actuel.

    1. Vous semblez avoir mal lu les institutions européennes. Décalque de la république française, l’Europe de Bruxelles ne laisse qu’un os à ronger aux eurodéputés. L’ordre du jour est toujours déterminé par la Commission qui, dans sa mansuétude, peut accorder un certain droit d’amendements au Parlement.

  7. « Nous y serions allés volontiers, mais vous comprendrez qu’avec le congrès du RN samedi, c’est impossible pour nous. » dixit le député RN Jean-Lin Lacapelle. Ben voyons …

    1. Le congrès RN est si important que çà pour empêcher quelques personnes de participer à ce congrès identitaire qui en va de l’avenir de la france et de l’europe .

  8. Il serait grand temps que les EGO se rangent au placard et que les droites européennes se regroupent sinon avec une europe Macro Leyen on va crever.

    1. A qui le dites-vous ( pour les ego ) ! Si certains avaient été plus conscients de leur vocation à faire le bien public, compte-tenu du pouvoir qu’ils avaient en main, au lieu de satisfaire en priorité leur gamelle perso, nous ne serions pas ainsi, tous ,sur le point de crever la bouche ouverte dans l’indignité ..

  9. On se demande ce que l’Espagne a à gagner en conservant ces enclaves en Afrique du Nord. Elles constituent des portes d’accès à l’Europe sans avoir à traverser la Méditerranée.

    1. Allez donc les visiter. Vous pourrez constater l’importance des investissements locaux, contrastant avec le désert du Maroc limitrophe. Et les Espagnols n’ont aucune envie de se comporter comme les Français en Algérie, donnant aux locaux un pays florissant pour qu’ils le transforment rapidement en ruine.

Les commentaires sont fermés.

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter