Il serait idiot de prétendre que les slogans scandés lors des manifestations échappent à l’outrance, au mauvais goût, à l’amalgame douteux. C’est la règle du jeu, les manifestants ne sont pas astreints à conférer une présomption d’innocence à ceux qu’ils contestent ni à instruire à charge et à décharge tous leurs griefs de façon circonstanciée. La copie ne prétend ni au Goncourt ni au prix Nobel de littérature. C’est plutôt le règne de l’emporte-pièce, et un Bernard Blier aurait tôt fait de conclure que « c’est du brutal ! » Les récentes manifestations contre le passe sanitaire et la vaccination obligatoire n’échappent pas à cette règle, bien entendu. Eh oui, à Vannes, la tranquille, la bien élevée, ont été criés – entre autres – « Tout le monde déteste les journalistes » et « Journalistes, collabos ! »

Ouest-France, sous la plume d’Isabelle Jégouzo, a couvert la manifestation de samedi 14 août, à Vannes, dans un article digne des grandes heures de la Pravda. J’étais présent à cette manifestation et souhaite rebondir sur sa prose.

Elle titre que le passe aurait un peu moins mobilisé, indique entre 2.000 et 3.000 personnes dans le chapô et mentionne que la n’a évalué que 2.150 participants, pour 10.000 revendiqués par les manifestants. C’est bien, d’imaginer que la police puisse minorer un chiffre, bref, mentir. Cela n’apprend rien à personne, mais c’est bien. Par contre, annoncer une mobilisation moindre et rester dans un ordre de grandeur inférieur à la première manifestation du 17 juillet relève de la manifeste.

Taire que l’autre grande revendication de cette manifestation est le refus d’une vaccination obligatoire et laisser supposer que cette hostilité concerne la vaccination en général est aussi un accroc à l’obligation déontologique de reporter des faits. N’est-ce pas pour pratiquer une reductio ad antivaccinum ?

Bien sûr, il fallait, pour discréditer les manifestants, relever un peu de farfelu et de loufoque : il y a, dans la même phrase, l’évocation d’un slogan sur le vaccin 5G (que je n’ai personnellement pas entendu ou lu) et celui où serait dénoncée une dictature. Deviner le message subliminal est aisé : penser que la France est une dictature n’est pas une opinion autorisée, tant ce serait absurde. Peut-être devrait-elle lire plus souvent Boulevard Voltaire ? Elle y constaterait que cette opinion est largement partagée et étayée par un riche faisceau d’indices et de preuves concordantes.

Seul Civitas est blâmé pour avoir traité les journalistes de collabos. Pourtant, bien d’autres manifestants qui n’étaient pas sous ses bannières en ont fait de même plusieurs fois tout le long du cortège. Faut-il voir là le tropisme d’un journal catho de gauche ?

Pour alimenter la peur, il faut agiter le spectre de la contagion. Ouest-France le fait avec brio en indiquant que la plupart des manifestants n’étaient pas masqués et en pointant une augmentation de 27 points du taux d’incidence. En lisant vite, on imagine qu’il s’agit d’un pourcentage. Bien sûr, il n’est pas rappelé que ce taux d’incidence qui est passé, en Morbihan, de 123,1 à 150,6 en une semaine se calcule sur 100.000 habitants[1]. Soit une proportion de cas positifs, personnes asymptomatiques testées comprises, qui passe de 0,1231 % à 0,1506 %. Soit une incidence plus élevée de 0,0275 % en absolu. Et, bien sûr, la plupart ne sont ni malades ni menacés si, par malheur, ils présentaient des symptômes.

J’admets aisément qu’il ne soit pas gratifiant d’être assimilé à un collabo, que l’on soit journaliste ou non. Mais si certains faisaient correctement le travail, peut-être pourraient-ils éviter ce genre de désagrément ?

[1] https://www.morbihan.gouv.fr/Actualites/Actus/Le-Morbihan-face-au-Coronavirus-Covid19/Points-de-situation-sur-le-Coronavirus-dans-le-Morbihan-et-en-Bretagne/Point-de-situation-du-coronavirus-en-Bretagne-au-13-aout-2021 et https://www.morbihan.gouv.fr/Actualites/Actus/Le-Morbihan-face-au-Coronavirus-Covid19/Points-de-situation-sur-le-Coronavirus-dans-le-Morbihan-et-en-Bretagne/Point-de-situation-du-coronavirus-en-Bretagne-au-6-aout-2021

18 août 2021

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

5 11 votes
Votre avis ?
59 Commentaire(s)
le plus populaire
le plus récent le plus ancien
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires