Emmanuel recevra, ce lundi 25 juillet, et Gérald Darmanin. Curieux casting pour un apéro, à l'évidence, mais vous vous doutez bien que ces trois-là ne se voient pas pour boire des Suze Tonic en refaisant le monde. Ce qui les réunit, nous apprend franceinfo, c'est une inquiétude partagée autour d'un rapport alarmiste de la Cour des comptes. Figurez-vous qu'apparemment, toutes les conditions de ne seraient pas réunies pour un déroulement optimal des Jeux olympiques de 2024.

On se pince pour y croire. Après quelques inquiétudes sur l'installation de certaines emprises en Seine-Saint-Denis, voici que les magistrats de la Cour des comptes, décidément bien tristounets face à cette belle manifestation festive et solidaire, dont le retentissement sera mondial, pointent quelques faiblesses. Trois fois rien, bien sûr, « un incident, une bêtise », comme chantait l'orchestre de Ray Ventura : parmi tant d'autres, l'acceptation des jeux par la population, les problèmes de cybersécurité, les risques terroristes, la capacité d'accueil des hôpitaux...

On peut parler de la cérémonie d'ouverture, parce qu'elle est symbolique du macronisme et de ce que l'on pourrait appeler l'« hidalgisme », si le nom n'évoquait pas un mélange de hernie et de crampe. Cette cérémonie doit se dérouler sur la Seine, avec une flotte et tout le toutim. 200 bateaux sur le fleuve, 600.000 spectateurs, une ouverture libre au public : quand on n'est pas capable de sécuriser un stade de 80.000 places, on ne la ramène pas. D'autant que l'excuse des supporters anglais a déjà servi. Le rapport préconise d'alléger la flotte, mais aussi de procéder à des simulations en amont (ce que le vulgum pecus appelle des répétitions, mais apparemment, il faut travailler rue Cambon pour y penser) et - tenez-vous bien - d'alléger le reste du programme pour alléger la contrainte qui pèse sur les forces de sécurité. Il fallait y songer.

On peut aussi parler du relais de la flamme, long de 12.000 kilomètres, qui pourrait être confié à la gendarmerie, déjà habituée à la sécurisation du Tour de France - ou encore de la menace d'attaques cyber... Dans aucun de ces sujets l'organisation des Jeux olympiques n'est prête. Sur tous ces sujets, avec un mélange d'amateurisme et de folie des grandeurs qui commence à être bien connu de nos lecteurs, le gouvernement comme la semblent dépassés. On passe sur la criminalité endémique, sur les risques terroristes, sur les zones coupe-gorge, déjà identifiées par les délégations étrangères...

Les ambitions d'Olympie avec les moyens de Johannesbourg : c'est ça, la France, et pas n'importe laquelle, celle d'Emmanuel Macron. Il y a bien longtemps que la « lumière grecque », dorée, hiératique et paisible qu'aima Jacqueline de Romilly et que l'on trouve parfois dans ce qui reste de la Provence ne luit plus sur notre pays ni sur nos Jeux olympiques. Bon courage aux spectateurs qui viendront assister à nos cérémonies et seront logés dans nos hôtels. Qu'ils prennent garde au « syndrome de Paris », ce mal mystérieux qui plonge chaque année dans une profonde les touristes japonais qui venaient voir un décor sorti de Candy et sont tombés sur Ken le Survivant...

11977 vues

24 juillet 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter