Si les problèmes d’insécurité sont connus des Bordelais depuis plusieurs années, le début de l’été a vu bondir le nombre d’agressions et de blessés.

Une violence qui touche tous les quartiers

Bordeaux deviendrait-elle la future Chicago ? Depuis le mois de juin, la capitale girondine connaît une flambée de violence inédite dans les différents quartiers de la ville. Agressions au couteau ou au taser, agressions sexuelles, rodéos, passages à tabac, vols à l’arraché ou encore cambriolages, aucune zone de la métropole ne semble, désormais, épargnée.

Selon nos confères de Valeurs actuelles, 48 faits d’agressions ont été avérés à ce jour, à Bordeaux, et pas moins de 65 sur l’ensemble de la métropole, en l’espace de huit semaines. Des statistiques impressionnantes qui contrastent avec l’image d’un centre-ville apaisé, entre le miroir d’eau et la place des Quinconces. Car ce n’est désormais plus seulement dans les quartiers « à problème » (Saint-, Saint-Jean, Grand Parc, Aubiers) que la délinquance sévit.

Quatre décès constatés

Selon l’hebdomadaire, cette vague inédite de violence « semble démarrer le 3 juin ». Au total, 47 personnes ont été blessées, dont 26 par arme blanche, « a minima », précise-t-il. Quatre personnes ont également été retrouvées mortes dans Bordeaux, sur la même période, l’une « vraisemblablement assassinée par un sans-abri » et une autre lors d’un rodéo urbain.
Les auteurs de ces faits ont pour la plupart été identifiés. Il s’agit de « mineurs non accompagnés » ou de jeunes majeurs multirécidivistes en situation irrégulière. Ils seraient, pour la plupart, originaires du Maghreb et vivraient dans des squats où drogues et alcool circulent sans modération.

24 juillet 2020

À lire aussi

Adolf Hitler, militant anti-apartheid, élu en Namibie

À Ompundja, dans le nord de la Namibie, les électeurs ont voté pour Adolf Hitler, du parti…