Audio - Editoriaux - Entretiens - 3 mai 2018

Les grands défenseurs de la liberté d’expression et de la démocratie ont de curieuses méthodes

Les comptes Facebook et Instagram de Génération identitaire ont été suspendus après une campagne massive de signalement. Génération identitaire a fait appel et étudie les procédures par voie d’avocat. C’est ce que révèle Romain Espino, son porte-parole – qui a fait lui-même l’objet d’une violente campagne de dénonciation personnelle sur les réseaux sociaux – à Boulevard Voltaire.

Les comptes Twitter et Facebook de Génération identitaire ont été suspendus suite à une campagne de signalements massive.
Avez-vous réussi à trouver une parade ?

L’ensemble de nos pages Facebook et notre compte Instagram ont été suspendus par Facebook et les entreprises qui sont derrière. Il semblerait que ce soit une campagne assez massive de signalements. Il est possible que Facebook ait décidé de répondre en bloquant nos pages. Nous avons fait appel par le biais classique que propose Facebook. Nous étudions également des procédures par voie d’avocat.
Nous avons en face de nous des grands défenseurs de la liberté d’expression et de la démocratie qui emploient des méthodes assez particulières qui consistent à museler les opposants. La liberté d’expression est un petit peu entachée. Nous continuerons bien sûr à communiquer par les canaux qui nous restent. Nous invitons l’ensemble des personnes qui nous suivent à suivre les comptes Twitter et Facebook des militants identifiés pour pouvoir continuer à être informées. Nous allons réagir en proposant de nouveaux moyens d’échange et de communication.

Vous avez fait l’objet d’une campagne sur les réseaux sociaux incitant votre employeur à vous licencier. Les rumeurs disent que votre employeur avait finalement décidé de vous virer.
Est-ce que cette rumeur est exacte ?

Pour l’instant, je suis consacré à plein temps à la mission Defend Europe dans les Alpes qui n’est pas encore achevée. Je n’ai pas été inquiété par mon employeur. Je ne doute pas que des choses sont néanmoins à l’étude. J’attends de voir ce qui va se passer dans les jours à venir.

Suite aux violences du 1er mai, le leader des Insoumis, Jean-Luc Mélenchon, a déclaré que celles-ci étaient le fait de groupuscules d’extrême droite. Comment réagissez-vous ?

Jean-Luc Mélenchon n’est pas à son coup d’essai dans la mauvaise foi. Il avait commencé à condamner notre action en dénonçant une agression de Delanoë par Azedine Berkane. Il faisait déjà le lien avec des activistes de droite. Aujourd’hui, il condamne l’action de Génération identitaire alors que ce sont ses amis et ses capteurs de gauche à Paris qui ont ravagé la ville, détruit des entreprises et sûrement mis en difficulté de pauvres gens qui voulaient juste faire tourner leurs entreprises.

À votre connaissance, aucun militant de votre association n’était présent dans les cortèges du 1er mai.

Il s’agissait de cortèges de Black Blocs et de militants d’extrême gauche. Il est difficile que nous, Génération identitaire, nous rendions à ces événements.

À lire aussi

Romain Espino : « Il s’agit d’une condamnation politique qui vise des résistants à l’invasion migratoire ! »

Imprimer ou envoyer par courriel cet articleTrès lourde condamnation pour trois des respon…