Editoriaux - Société - 1 février 2019

Grand débat du CESE : inutilité, mascarade ou dissimulation ? Vous avez le choix

Le 15 décembre dernier, le CESE lança une consultation des citoyens sur le mouvement des gilets jaunes, comme il a coutume de le faire, dans l’indifférence générale. Entend-on parler, par exemple, de celle en cours concernant “Les jeunes et l’avenir du travail” ? Non point, mais passons. Enfin… ne passons pas tout à fait ; car si ses consultations lambda recueillent les contributions et les avis de quelques centaines de personnes, celle dont nous traitons ici fut commentée par 31.000 citoyens. Excusez du peu ! Elle recueillit plus de 261.000 votes et près de 9.000 contributions.

Ainsi, cette phase, que turent bien évidemment les médias – laisser la parole au peuple est toujours dangereux -, se termina le 5 janvier dernier. Il advint qu’émergèrent en tête, et de loin, les propositions anti-PMA pour tous et celles de l’Institut pour la justice.

Nous comptions cependant ici près de 150 propositions relatives à l’immigration, dont 99 % des votes furent en faveur de mesures visant à la restreindre. Devons-nous voir en cela raison pour laquelle le CESE ne publie pas ses chiffres ?

Une fois la consultation close, devait suivre jusqu’au 15 janvier l’étape d’analyse et synthèse des contributions, et le résultat devait en être publié. Le site du CESE indique toujours qu’“une synthèse cartographique et les données de participation seront publiées sur cette page. Elle permettra de dresser un panorama de la diversité des avis exprimés et de mesurer les attentes les plus fortes sur chaque problématique soulevée.”

Passe encore que cette date de la mi-janvier ait été dépassée et que la publication de cette synthèse ait été reportée au 24 janvier 23 h 59. On est précis, au Conseil économique, social et environnemental… au moins sur l’heure. Mais nous voici au 31 janvier, soit plus de deux semaines après la date initialement prévue. Sept jours après la date revue. Et toujours rien à l’horizon !

Cette fois – prudence ? -, le CESE ne communique pas de nouvelle date. Le site indique pourtant que la phase d’analyse et synthèse est forclose, mais… non ! On ne voit rien venir. Ne nous en communiquerait-on pas les résultats ?

Nous savons tous que la synthèse est un art bien délicat, et sans doute nous annoncera-t-on que les informaticiens de cette peu vénérable institution sont fort maladroits ou qu’il en faudrait embaucher. Mais l’on reste un peu sur sa faim.

Il serait (il eût été ?) non dénué d’intérêt de consulter les résultats de cette enquête – payée à nos frais – et d’en informer médias, élus et gouvernants. Il serait, par exemple, intéressant d’observer si les revendications liées à l’immigration sont réduites aux zones où le RN est majoritaire ou si là est une attente partagée partout en France. Qui ne voit l’origine très “souchienne” des gilets jaunes, et ne la cache d’un voile pudique ?

On attend… À moins que le CESE n’ait déjà engagé la phase suivante : à leurs yeux, elle doit (devait ?) être une étape de réflexion, laquelle est indiquée “en cours” sur le site de ce Conseil. Serait-ce qu’après avoir su remplir les poubelles de 700.000 pétitions papier de LMPT, ils aient usé de la fonction delete sur les ordinateurs ?

Il convient maintenant de publier vite tout cela ! Sinon, démonstration de l’inutilité de vos conseils serait faite. Qui a dit “renforcée” ?

À lire aussi

Les hommes et la nouvelle masculinité : un sondage révélateur

Sociologues, psychiatres, mouvements féministes, Marlène Schiappa… Où êtes-vous ? …