Editoriaux - Médias - Société - Télévision - 7 août 2019

GPA : quand les séries télé se font « prescripteurs de tendances »

On a tort de prendre les séries de haut, surtout quand elles nous sont offertes en feuilleton quotidien : elles disent, en réalité, mieux que n’importe quoi ce qu’il convient de penser et d’être. Ce sont non seulement les miroirs du politiquement correct, mais il est clair qu’on leur assigne un rôle social plus important encore : celui de « prescripteur de tendances ».

La chose est souvent insidieuse. Parfois, en revanche, les ficelles sont si grosses que le peuple s’en émeut… et saisit le CSA, le Conseil supérieur de l’audiovisuel, comme juge de paix. Ce qui ne manque pas de sel quand on sait que c’est le CSA lui-même qui, sous prétexte de ne discriminer personne, impose des « grilles » en matière de scénario.

C’est ainsi que Plus belle la vie, le feuilleton qui cartonne sur France 3 depuis 2004, est, ces derniers jours, au cœur d’une polémique dont on ne doute pas un instant que, comme les précédentes, elle ait été provoquée à dessein.

Pourtant, qui oserait douter de la vertu de cet interminable feuilleton ? Il n’est que d’écouter les paroles des génériques successifs pour en saisir toute la portée existentielle :

« On n’est vraiment rien sans elle
Qu’on soit noir ou blanc
Si on tend la main pour elle
La vie est tellement plus belle »

« C’est légendaire
Quand demain devient le présent
C’est un transfert
De nowhere à droit devant »

« Que ton espoir soit sans limites
Donne un sens à ton histoire
Offre-toi ce que tu mérites
Pour prendre un nouveau départ »

Etc.

Bref, une philosophie qui n’est pas sans rappeler celle de l’ami Ricoré, celui qui « vient toujours au bon moment », ou encore l’injonction d’une eau minérale bien connue : « Réveille le volcan qui est en toi. »

Mais dans leur hâte à vouloir nous éduquer dans la doxa du moment, les scénaristes sont parfois trop zélés. C’est ce qui s’est produit avec l’épisode 3847 de Plus belle la vie, le 23 juillet dernier. Je vous le confesse, je ne l’ai pas vu ; pas plus, d’ailleurs, que les 3846 précédents. Je n’en connais que les remous et ce fut, à l’évidence, un épisode à vagues…

Voilà donc l’intrigue de ce jour funeste rapportée par la presse : « Cet épisode met en scène l’avocate célibataire Céline qui raconte avoir eu recours à une mère porteuse rencontrée en Angleterre et à un donneur de sperme anonyme. Son confident Vincent lui rappelle que la pratique est illégale en France avant d’en discuter avec une médecin plutôt favorable à la GPA » (Valeurs actuelles). Oui, parce qu’il faut savoir que la « mission » de Plus belle la vie (c’est comme ça qu’on dit) est de « traiter de sujets d’actualité ». Sauf qu’il ne faut pas confondre traiter un sujet et faire du militantisme.

Or, Plus belle la vie a déjà été épinglé pour avoir fait la promotion du mariage pour tous ou semblé encourager la consommation de drogue ; laissons même de côté la quotidienne propagande LGBT dans la mesure où toutes les fictions, désormais, se doivent d’afficher un couple homosexuel, un héros transgenre et des personnalités positives issues de la diversité : c’est inscrit dans leur cahier des charges.

Mais cette fois, comme dit plus haut, les scénaristes ont fait du zèle et les associations féministes, rassemblées dans la Coalition internationale pour l’abolition de la maternité de substitution (CIAMS) se sont émues de ce qui apparaît comme « un parti pris très grave » pour la GPA. « Que le scénario prévoie une pirouette pour esquiver, in fine, le dénouement de ce cas de recours à la GPA, qui se révélera être une escroquerie, n’exonère pas la production de la série de sa responsabilité quant à la mise en avant médiatique d’un acte répréhensible », a écrit le collectif à la direction de Plus belle la vie. Les associations demandent également que soit rappelée, « de façon explicite, l’interdiction de la GPA ».

Les Chinois, dit-on, avaient inventé le supplice de la goutte d’eau. Les feuilletons télé en ont repris le principe : un petit matraquage quotidien.

À lire aussi

Procès : les animaux malades de la bêtise humaine, cette autre peste…

Bref, à en croire la rumeur, on n’a jamais tant aimé les animaux qu’aujourd’hui ! Et pourt…