Audio - Editoriaux - Politique - 26 avril 2018

Ce sont des gens qui avancent masqués sur Twitter, derrière des pseudonymes : peu de courage !

Romain Espino, porte-parole du mouvement identitaire, a fait l’objet, après l’opération du week-end dernier dans le Briançonnais, d’une campagne de cyber-harcèlement personnelle – avec des menaces directes sur son emploi – particulièrement violente. Il réagit au micro de Boulevard Voltaire.

En qualité de porte-parole de Génération Identitaire, vous avez été très médiatisé dans l’opération « Defend Europe ». Vous avez été notamment victime d’une campagne assez intense de cyber harcèlement. Comment vit-on ce genre d’évènements ?

Je le vis un peu comme une victoire politique sur les idées et thèmes que nous défendions dans le Briançonnais ce week-end et que nous continuons à défendre cette semaine.
Notre but était de montrer aux pouvoirs publics qu’il était possible de reprendre le contrôle des frontières. Nous l’avons prouvé. Nos opposants politiques n’ont aucun argument pour nous empêcher d’agir. Nous avions raison et nous avons le soutien de la population. Le gouvernement également a estimé que nous avions raison, puisqu’il a renforcé les contrôles sur place.
Le seul argument et la seule arme qu’il reste à nos opposants, c’est de m’attaquer moi personnellement. C’est donc une victoire de nos idées et une victoire politique. C’est très positif.

On a vu sortir sur les réseaux sociaux votre fiche Linkedin avec votre photo au col de l’Échelle. Y a-t-il une menace directe sur votre emploi ?

Oui, certainement. On parle d’une grosse entreprise qui se doit aussi de maîtriser son image. J’attends les suites. Pour le moment, je n’ai pas été inquiété, mais j’attends la suite.
Je rappelle qu’ils m’attaquent personnellement, parce que nous avons gagné une victoire politique.
Ce sont des gens qui avancent masqués derrière des pseudonymes twitter. On ne sait pas bien qui ils sont, mais on sait qu’il y a peu de courage derrière cela.
Ce qui compte pour moi, c’est surtout d’avoir ce soutien de la part de la population du Briançonnais. Elle nous soutient pour que nous puissions continuer à les défendre et à agir pour eux. Cela renforce ma détermination dans l’engagement.

Des militants de Génération Identitaire sont encore présents dans le Briançonnais pour sensibiliser la population.
Que font-ils encore là-bas concrètement ?

Nous avons déployé des équipes de surveillance mobile qui vont d’une part contrôler les autres cols pour identifier d’éventuels passages de migrants clandestins et d’autre part effectuer un réel travail d’enquête. Ils vont relever de l’information auprès de la population, surveiller les zones de passage connues, surveiller éventuellement les associations pro-migrants clandestins pour identifier d’où viennent ces migrants et qui les aide. Tout cela afin d’enrayer le système.

À lire aussi

Romain Espino : « Génération identitaire est un aiguillon politique, nous avons vocation à défendre les nôtres »

Imprimer ou envoyer par courriel cet articleRomain Espino, porte parole de Génération iden…