Françoise Hardy a pris « le large » et un morceau de France avec elle…

Françoise Hardy
©JordanFlorentin

Françoise Hardy a pris le large. Celle qui nous disait pourtant que, demain, « tout irait bien », celle qui incarnait la nostalgie, la passion amoureuse, le désir, qui a aimé son Thomas toute sa vie, a été emportée des suites d’une longue maladie, ce mardi, à l’âge de 80 ans. Son fils, Thomas Dutronc, a annoncé la triste nouvelle sur les réseaux sociaux, ce mardi, avec un message court et poignant : « Maman est partie. »

L’idole des sixties, icône intemporelle des yéyés

Élevée par sa mère et sa grand-mère seules, Françoise Hardy, qui est née en pleine Seconde Guerre mondiale, le 17 janvier 1944, n’a pas eu une enfance des plus radieuses : père absent, moqueries sur son physique, timidité excessive, tous les prémices de la mélancolie qui l’accompagnera toute sa vie durant. Des handicaps qui ne l’empêcheront pourtant pas d’apprendre la guitare en autodidacte, de suivre des cours de chant au Conservatoire et de décrocher un premier contrat musical, dès l’âge de 17 ans, avec un premier succès chantonné par tous les étudiants des sixties : Tous les garçons et les filles, vendu alors à plus de 2 millions d’exemplaires.

Un look, une plume, une mâchoire carrée, une frange copiée par les jeunes filles : Françoise Hardy, à l’instar de Birkin et Bardot, deviendra une des plus grandes références de la mode et de la musique françaises. Vint alors la rencontre avec Jacques Dutronc en 1967, qui deviendra le père de son fils Thomas en 1973, année qui verra éclore la chanson qui aura sans doutes embrassé le plus le cœur des Français : Message personnel.

« La mélancolie, c’est le bonheur d’être triste », signait Victor Hugo, sans savoir qu’il écrivait, avec un siècle d’avance, le portrait de Françoise Hardy. Très discrète, peu présente sur scène, mystérieuse et hors du temps, consacrée à l’écriture de ses textes, c’est la séparation avec Dutronc en 1988 (sans, pour autant, jamais divorcer) qui rendra encore plus déchirantes les poésies de Françoise Hardy tout au long de sa carrière, jusqu’à son dernier album Personne d’autre, paru en 2018.

La maladie, son dernier combat

Solitaire cultivant sa mélancolie, écrivain pour elle-même et par elle-même, « L’amie de la rose » n’avait pour autant aucun tabou politique, notamment lorsqu’elle évoquait les « intolérances de la gauche » et une France « débarrassée des perturbateurs étrangers ». Pas davantage de tabou sur sa vie privée, et notamment la vieillesse, la maladie et ses cancers. « Je n’ai pas peur de mourir mais de souffrir », déclarait Françoise Hardy, en 2019, alors atteinte d’un cancer du pharynx, successifs à de multiples lymphomes déclarés, dont un premier en 2004.

Devenue sourde, suite à de nombreuses radiothérapies, l’auteur-compositeur, à l’hypocondrie connue, avait dès 2016 raconté crûment les revers de la maladie dans un livre difficile : Un cadeau du ciel… Avant de livrer une bataille politique, la première de sa vie, pour l’euthanasie et le « droit à mourir dignement » dès 2021. « Je suis à fond pour l'euthanasie » livrait-elle, au Point, confessant « vouloir partir bientôt et de façon rapide », sûre qu’une majorité de Français y serait favorable. La question, quoiqu’il en soit, n’est plus d’actualité depuis la dissolution de l’Assemblée nationale décrétée par le président de la République, Emmanuel Macron, au soir des élections européennes. Puis, l’amour n’est-il pas plus fort que la mort ?

Dans le classement des 200 meilleurs chanteurs de tous les temps du magazine américain Rolling Stone, en 2023, Françoise Hardy était la seule Française. Comment lui dire adieu ?

Jordan Florentin
Jordan Florentin
Journaliste à BV

Vos commentaires

14 commentaires

  1. Quelle merveille. Merci France ! Que Dieu vous garde en son paradis et nous permette de vous y retrouver.

  2. Mâchoire carrée ? AH ! Passons…
    Une superbe artiste, et de droite, ce qui est assez rare dans cette population.

  3. Ma très cher Françoise je te souhaite plein de chose maintenant ou tu sois et continu à chanter.

  4. Elle était ma voisine quand j’habitais chez mes grand-parents, 24, rue d’Aumale. Je croisais souvent cette ado un peu paumée sous le porche d’entrée, devant la loge du concierge.

  5. Exactement ça un morceau de la France parti avec Françoise Hardy , un morceau de nous même en somme

  6. Très belles chansons …un joli livre de mémoires.
    Une femme charmante que son âme repose en paix.

  7. Une grande dame , une artiste nous a quitté , paix à son âme et condoléances à ses proches . La beauté , le charme , la discrétion et le talent chose rare aujourd’hui .

  8. Du chagrin et beaucoup de nostalgie pour ma génération qui a vécu cette insouciance des années 60 , avec ces belles voix de la chanson française, ces mélodies langoureuses; et puis cette personne au style un peu androgyne , mais d’une beauté naturelle , pas besoin de paillettes ou d’artifices , et encore moins de déshabillés provocants voire vulgaires.

  9. Ses chansons étaient tendres et mélancoliques .Mais Françoise Hardy était très exigente quant à la qualité de ses enregsitrements . Elle occupe une place particulière parmis les chanteuses que j’ai apprécié dans ma vie. Je pense beaucoup à son fils Thomas et Jacques Dutronc dont la personnalité contrastait beaucoup avec celle de Françoise, ce qui paradoxalement faisait d’eux un couple particulièrement sympathique. Je me rappelle du sourire bienveillant qu’elle nous adressa à ma femme et moi alors qu’elle s’appretait à prendre le taxi, un soir à Montparnasse .C’était dans les années 70 . Plus tard J’ai eu l’occasion de boire aussi une bière avec son Dutronc de mari dans un endroit un peu particulier . Ils ont été comme un couple d’ amis qui nous ont accompagné de leurs chansons toute notre vie .

  10. Ma jeunesse , mes rêves , elle m’a fait un peu oublier l’Algérie , qu’il a fallu quitter lamentablement à cette même période ! Est-ce un bien de ressasser tout ça ? Mes jeunes années perdues , par un « Je vous ai compris » ……..comme macron qui entend notre souffrance ! Allez Gabrielle , ne baissez pas la garde !!!!

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois