Il est loin, le temps où les évêques étaient à deux doigts de réhabiliter les processions des rogations, non pas pour faire tomber la pluie mais pour « faire barrage » à l’. Souvenons-nous, il y a bientôt vingt ans : au lendemain du terrible et quasi apocalyptique 21 avril, l’évêque de Saint-Denis, Mgr de Berranger, clamait son « non possumus », réhabilitant par la même occasion le latin. Pour lui, « un catholique clairvoyant » ne pouvait pas soutenir Le Pen, « héritier d’une tradition antichrétienne ». De son côté, le président de la Conférence des évêques de France de l’époque, Mgr Ricard, archevêque de , usait de la langue de buis en appelant les chrétiens à « discerner les valeurs fondamentales de la démocratie ». Si vous voyez ce que je veux dire…

En 2017, bis repetita : l’ accédait au second tour. Là, on avait changé de cantique. Moins militant, dirons-nous. Au point qu’Isabelle de Gaulmyn, de La Croix, regrettait « le relatif silence des responsables » [de l’] face à la présence de Marine Le Pen au second tour. Elle constatait à regret qu’il n’y avait plus « cette volonté de barrage explicite au vote extrême comme cela avait été le cas en 2002 ». Comme quoi, la nostalgie n’est pas qu’une maladie d’extrême droite !

Et en 2022 ? Le 18 janvier dernier, à l’occasion de la présentation de la lettre du conseil permanent de la Conférence des évêques de France, « L’espérance ne déçoit pas », Mgr de Moulins-Beaufort, archevêque de Reims et président de ladite conférence, déclarait que « les catholiques n’ont pas besoin de tuteur pour leur dire pour qui voter ». Les enfants du bon Dieu seraient donc, enfin, de grands garçons et de grandes filles ! Néanmoins…

Néanmoins, l’évêque du Havre, Mgr Jean-Luc Brunin, vient de publier, dans La Croix, une tribune titrée « Le message du Christ ne laisse pas sans ressources face au défi de l’extrême droite ». Nous y revoilà. « Une courageuse prise de position de Mgr Brunin », tweete l’incontournable Isabelle de Gaulmyn. Courageuse ? Effectivement, si l’on considère que les temps ont changé depuis 2002, que le vote catholique n’est pas conditionné par les sermons en chaire (faudrait-il encore avoir le courage d’y monter), que chez les jeunes - clercs et laïcs -, on ne pense peut-être pas tout à fait comme l'ancienne génération qui envoya tout valdinguer, poussée par le grand souffle du Concile, et qui arrive aujourd'hui en bout de course, que, malgré tout, les églises ont continué de se vider, que, etc.

Soyons objectif : ce n’est pas la première prise de position « courageuse » de Mgr Brunin. En 2014, lorsque le gouvernement Valls décida de moduler les allocations familiales, celui qui était déjà évêque du Havre avait déclaré, toujours dans La Croix, que le gouvernement avait franchi « une ligne rouge ». C’était effectivement courageux. Ce qui ne l’empêcha pas, deux ans plus tard, d’accepter la rosette de la Légion d’honneur du même pouvoir socialiste.

Or, donc, dans cette tribune « courageuse », que dit le prélat ? Que « des études signalent que les thèses de l’ trouvent écho non seulement parmi les populations mal insérées socialement mais aussi celles qui, mieux intégrées, éprouvent un sentiment de déclassement […] Nous comprenons la séduction opérée par des discours politiques laissant croire que la diversité peut être résorbée par la seule action volontariste qui recourrait à des méthodes autoritaires, stigmatisantes et répressives [...] » On comprend immédiatement, à travers les termes employés (« séduction »), de quel côté penche la crosse de l’épiscope. Au fond, ceux qui votent « extrême droite » sont des victimes, de pauvres gens, des manipulés, des nostalgiques, que sais-je encore.

Et puis « les thèses de l’extrême droite » : c’est-à-dire ? Expression qui veut tout et rien dire mais qui a surtout la vertu de diaboliser. Au fait, si l’on parlait des « thèses de l’extrême centre », celles qui sont passées depuis longtemps au stade de l’application industrielle dans notre pays. Et l’on n’a pas tout vu, si venait à être réélu et écoutait les suggestions de ces jeunes troupes : GPA, euthanasie, légalisation du cannabis, etc. On imagine que, face à tout ça, « le message du Christ ne laisse pas sans ressources »...

15239 vues

10 février 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • Les liens sont interdits.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement !

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

127 commentaires

  1. Et l’on s’étonne qu’il n’y ait plus que 5 à 6% de catholiques pratiquants… Tragique dérive d’un Clergé qui s’affaisse devant les eugénistes, les transhumanistes et autres « progressistes » qui ne sont en réalité que des « transgressistes », négationnistes de la dignité humaine.

  2. Lisez bien: que veut au juste, dire le colonel ?? droite- gauche- droite de droite ou de gauche?
    Parlons clairement!

  3. Apparemment, Mgr Jean-Luc Brunin est plus préoccupé par l’extrême droite que par les prêtres pédophiles. En cela, il est parfaitement en phase avec ce Pape François qui donne envi de fuir l’église plutôt que de s’y réfugier.

  4. Le résultat est simple. Comme près de la moitié des Français semble adopter les thèses honnies et que la moitié du reste est soit laïque, soit musulmane, il ne reste au clergé qu’à s’efforce de plaire au dernier quart. Sauf schisme ou…., les Eglises continueront à se vider pour, prochaine étape, se transformer en Mosquées.

  5. Ces messieurs, de l’église catholique apostolique et romaine, feraient mieux d’annoncer la bonne nouvelle du Royaume de Dieu qui commence en Jésus, par Jésus et pour Jésus notre Dieu Sauveur, royaume qui est à venir et qui n’est pas de ce monde, que de s’occuper de ce royaume d’ici bas. Cette attitude est honteuse au regard même de la liberté de penser de chaque citoyen, fut-il catholique romain !!!!

  6. La hierarchie de l’Église est aussi déconnectée de la réalité quotidienne des français que nos élites politico mondialiste. Le wokism a fait son entrée dans notre Église qui cherche a être pardonnée d’encore exister. Faut pas se demander les raisons pour lesquelles les chrétiens ne sont plus au rendez-vous.

  7. Excellent article non dénué d’humour !Merci mon Colonel !
    Il est à noter que face aux agressions qui proviennent d’une religion que je ne nommerais pas ; agressions quotidienne perpétré par certains de ces adeptes les plus radicaux ,notre « Évêque » ne s’exprime guère .C’est qu’il a le sens des priorités le radis noir,en effet « L’extrême Droite » est vraiment le seul danger pour la FRANCE …

Les commentaires sont fermés.