[ENTRETIEN] Il ne m’est plus possible d’être spectateur, le pays est en état d’urgence

Alexandre Varaut

Le Rassemblement national révèle la composition de sa liste menée par Jordan Bardella au compte-gouttes, suivant une scénographie minutieusement réglée. Plusieurs noms circulent : Xavier Driencourt, ancien ambassadeur de France en Algérie, aurait été démarché mais aurait décliné la proposition. Celui du très médiatique policier Matthieu Valet - même si l’intéressé a plusieurs fois démenti par le passé - revient avec insistance. L'identité de la femme en deuxième position est pour le moment toujours inconnue. En revanche, le 17 février dernier, on apprenait le ralliement, à la troisième position, de Fabrice Leggeri, ancien patron de Frontex, et il y a quelques jours, le 6 mars, à une place non encore précisée, celui de l’avocat Alexandre Varaut, qui connaît bien le Parlement européen pour y avoir été député entre 1999 et 2004 sur la liste de Charles Pasqua et Philippe de Villiers. Son engagement d’aujourd'hui, explique-t-il à BV, lui semble en parfaite cohérence avec celui d’hier.

Gabrielle Cluzel. Maître Varaut, vous avez décidé de rejoindre la liste de Jordan Bardella aux européennes, quel a été l’élément déclencheur ?

Alexandre Varaut. Il ne m’est plus possible d’être spectateur, le pays est en état d’urgence. La submersion migratoire, l’endettement additionnel, l'éducation, la justice, l’hôpital qui s’effondre, il faut agir. Je fus, comme avocat, le défenseur des intérêts particuliers ; je vais être, désormais, celui de l’intérêt général.

G. C. Vous avez déjà été eurodéputé entre 1999 et 2004 au sein du MPF (Mouvement pour la France). À l’époque, il y avait le FN, et vous en étiez un opposant. Le RN est l’héritier du FN, vous avez changé de regard sur ce parti ?

A. V. Le RN est différent de ce que fut le FN. Je fus élu au Parlement européen sur la liste de Charles Pasqua et de Philippe de Villiers. En rejoignant le RN en 2024, j’ai le sentiment de ne pas changer de famille de pensée ; nos combats restent ceux des valeurs, du souverainisme et de la droite de conviction.

G. C. Quelle sera votre position sur la liste et quels seront vos combats prioritaires au Parlement européen, si vous êtes élu ?

A. V. Ma position sur la liste est entre les mains de Jordan Bardella. Le RN a annoncé, il y a deux jours, dans Le Figaro, que je serai dans les quinze premiers. Ainsi soit-il ! Au Parlement européen, nous nous engageons pour une Europe des populations qui respecte les droits des États-nations et à faire rentrer la Commission dans son rôle d’administration à la disposition des chefs d’État. Nous voulons lui faire renoncer à toutes velléités fédéralistes !

Gabrielle Cluzel
Gabrielle Cluzel
Directrice de la rédaction de BV, éditorialiste

Vos commentaires

21 commentaires

  1. Quel contraste entre le sérieux et la vision d’Alexandre Varaut, et les pantins désarticulés que l’on nous a servis au meeting de Renaissance, hier après-midi !

  2. Son père Jean-Marc Varaut avocat de l’Algérie française, intervenait à RADIO COURTOISIE, le lundi soir. Alexandre s’occupe aussi d’enfants handicapés. Bienvenue!

  3. Ça a le mérite d’être très clair et de bien expliquer ce que nous voulons faire…
    Il y a encore quelques pointures qui arrivent… il y aura des équipes très soudées et à haut niveau.

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois