Economie - Editoriaux - 22 septembre 2019

En avant toute, direction l’effondrement monétaire !

Suite à un manque soudain de liquidités dans le système financier, pour des raisons techniques, la Fed a dû injecter, pour la première fois en dix ans, le mardi 17 septembre dans la matinée, 53 milliards de dollars pour contenir des taux d’intérêt qui s’étaient brusquement élevés jusqu’à 10 % (« marché du repo »). Et le lendemain, la Fed a de nouveau baissé ses taux de 0,25 %, tout en envisageant de reprendre la politique non conventionnelle du « QE » (assouplissement quantitatif), ce qui correspondrait à un retour au laxisme monétaire.

Les Bourses dans le monde continuent donc de grimper en raison des politiques des banques centrales et des taux ridiculement faibles, voire négatifs car il n’y a pas d’alternative selon les marchés (TINA = « There Is No Alternative »). La seule autre option, c’est le krach immédiat des actions et des obligations, la récession, le chômage, la déflation. Alors, encore un petit moment, Monsieur le Bourreau ! Le Système ne fait que gagner du temps en prenant la voie plus longue de l’effondrement monétaire.

L’OCDE appelle à la mobilisation générale pour éviter la crise. Elle s’attend désormais, pour 2019, à une croissance mondiale « la plus faible depuis la crise financière », soit 2,9 %, c’est-à-dire la croissance de 2008, avant de plonger à 0,5 % l’année suivante. « L’exacerbation des conflits commerciaux pèse de plus en plus sur la confiance et l’investissement. » L’institution craint aussi « l’ampleur de la dette privée dont la qualité se dégrade et qui pourrait amplifier les effets de chocs éventuels ». Elle omet de préciser que le degré de confiance dans l’économie est si élevé que, malgré le paiement sous forme numérique, le nombre de billets en circulation entre 2009 et 2018 a augmenté, en zone euro, de 50 %, soit 440 milliards d’euros, pour être cachés sous forme d’espèces par les Européens dans les lieux les plus divers.

En Chine, Pékin prépare les esprits à une croissance inférieure à 6 %, avec un ralentissement inédit à 4,4 % de la production industrielle depuis 17 ans. Certains experts sont même persuadés que ces chiffres sont surévalués, en dépit des mesures de soutien de l’État chinois. Suite aux attaques de drones en Arabie saoudite, Patrick Pouyanné s’est déclaré « profondément inquiet de l’escalade », persuadé que cela « aura des conséquences ». L’étincelle mettant le feu aux poudres avec un baril à 150 dollars pourrait bien venir du Moyen-Orient…

Dans la France de Macron, qui brille par des élucubrations sur le réchauffement climatique, une immigration de 460.000 personnes par an, un taux de chômage à 8,5 % de la population active, une balance commerciale négative de 2,2 % du PIB, un déficit, une dépense publique et une dette publique de respectivement 3,2 %, 56 % et 99,6 % du PIB, la banque privée Lombard Odier, tout comme certaines banques allemandes, suisses et danoises, va taxer pour la première fois les dépôts de ses clients avec des taux d’intérêt négatifs. Cela signifie que la monnaie euro commence déjà à se déprécier, à perdre de sa valeur, à ne plus intéresser les banquiers, suite à un excès de création monétaire par les banques centrales.

La cause de tous nos maux et de nos malheurs à venir porte un seul nom : endettement gigantesque mondial tous azimuts de la plupart des agents économiques dans la plupart des pays ! Les entreprises mondiales continent d’emprunter 150 milliards de dollars par semaine. L’économiste suisse Egon von Greyerz estime l’endettement mondial à 250.000 milliards de dollars, les engagements hors bilan à 250.000 milliards et le marché bancaire des produits dérivés à 1.500.000 milliards de dollars. La triste réalité, c’est que la planète économique est à la dérive car les décideurs n’ont toujours pas tiré les leçons de la crise de 2008. Au lieu de remettre de l’ordre dans les finances, de prendre des mesures drastiques et structurelles, ils ont préféré la fuite en avant, continuant à s’endetter, pratiquant le laxisme monétaire, ce qui se terminera par la perte de confiance, un effondrement monétaire et un krach économique et boursier d’ici un an à deux ans au plus tard.

À lire aussi

L’or et les Bourses montent car la crise monétaire a déjà commencé

Les actions et les obligations s’effondreront un jour ou l’autre, tandis que l’or, lui, au…