Les 35 citoyens tirés au sort chargés de suivre la campagne de vaccination sont-ils destinés à remplacer l’Assemblée nationale ?

Réaction d’Emmanuelle Ménard, qui se plaint que la ville de Béziers ne soit toujours pas pourvue de vaccin pour ses EHPAD. Après le fiasco des masques et des tests, le fiasco des vaccins ?

 

35 citoyens français seront tirés au sort pour contrôler et proposer des idées au gouvernement dans la gestion de la mise en place de la vaccination des Français contre le Covid-19. Cette décision fait évidemment hurler de gauche à droite. Finalement, on réinvente une espèce d’Assemblée nationale parallèle.

 

C’est la nouvelle marotte de ce gouvernement. Dès qu’on ne sait plus quoi faire, on fait un tirage au sort. D’abord, cela me fait hurler de rire, puis me fait pleurer parce que c’est n’importe quoi. Ce n’est pourtant pas le 1er avril… Cela doit être une fois de plus le concept de poudre de perlimpinpin de monsieur Macron. Je ne sais plus quoi penser de tout cela tellement c’est absolument ridicule et désolant.

 

 

 

Ce pays est gouverné en ce moment par un Conseil scientifique et de défense. L’Assemblée nationale sert de chambre d’enregistrement pour reprendre des critiques qu’on leur fait souvent. On se passe en quelque sorte de vos services…

Cela n’a surtout ni queue ni tête. On ne sait pas très bien à quoi vont servir ces 35 citoyens qui doivent être tirés au sort d’ici le 10 janvier. Apparemment, ils doivent être un parfait reflet de la société française entre ceux qui sont contre le vaccin et ceux qui sont pour. C’est une espèce de chambre de participation citoyenne qui est peut-être là pour pallier une Assemblée nationale qui ne serait pas suffisamment aux ordres de Monsieur Macron. Je ne comprends pas.

L’Assemblée nationale est en ce moment le petit doigt sur la couture du pantalon et obéit dès que monsieur Macron dit quelque chose. Je ne comprends pas pourquoi on continue à essayer de faire semblant. J’imagine que c’est probablement pour rassurer désespérément les Français. Ces derniers sont sceptiques à l’égard de cette campagne de vaccination. Il y a de quoi être sceptique lorsqu’on voit comment tout cela est mené.

 

 

 

Au début, le débat était orienté sur le fait d’être ou non vacciné. Maintenant, les pros vaccin et anti vaccin sont tous d’accord pour se demander où sont passés ces vaccins. Le débat change d’un jour à l’autre, mais en réalité le débat d’aujourd’hui s’est réglé tout seul.

 

Ce matin, nous avons appelé le préfet de l’Hérault parce qu’on s’étonnait de ne pas avoir de vaccins à Béziers. Pour l’instant, à Béziers personne n’a été vacciné. Les premières vaccinations auront lieu demain matin à l’hôpital. Dans les maisons de retraite municipales, les vaccins seront disponibles à partir du 20 janvier. On peut se demander pourquoi cela prend autant de temps, alors que les services de vaccination de la ville ont tous les moyens matériels et humains. C’est un vrai problème. Je ne sais plus quoi penser de ce gouvernement. Nous avons eu le fiasco des masques, des tests et maintenant nous avons le fiasco des vaccins. C’est quand même un problème de santé publique. Si ce n’était pas si important, on pourrait en rire et trouver que c’est un gag. Aujourd’hui, cela ne relève plus du gag, mais de l’incompétence crasse et notoire.

 

 

 

Cette idée des 35 personnes, est-ce la démagogie ou une forme de populisme un peu dévoyée ?

 

Pour moi, le populisme n’est pas forcément un gros mot. En revanche, c’est complètement démagogique et surtout ridicule. Cela n’a aucun sens !

5 janvier 2021

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.