Le manifestant qui a amputé la statue de Louis XVI à Louisville savait-il ce qu’il faisait ? Certainement pas.

Il n’a jamais entendu parler de ce roi, pas plus, d’ailleurs, que la plupart des Américains. Ce peuple narcissique, idéologique et dominateur a tout fait pour que personne, dans le monde, n’apprenne que les États-Unis doivent leur indépendance à l’intervention militaire française outre-Atlantique décidée par Louis XVI. Il n’est, d’ailleurs, pas anodin qu’ils n’appellent pas cette période, comme nous le faisons, « guerre d’indépendance » mais « révolution », pour faire croire que c’est le peuple seulement qui a chassé les Anglais de son sol.

L’Amérique n’a jamais eu besoin de personne, elle seule peut prendre la pose du sauveur. Un mythe fondateur perpétué partout dans le monde, y compris en République française dans la bouche de M. de Villepin, en 2003, quand il remerciait ce pays pour son débarquement libérateur de 1944, sans même connaître lui-même l’intervention française sous louis XVI. C’est que, ici comme là-bas, nous sommes une république : on entretient le mythe de La Fayette, qui n’a exercé aucun commandement durant la guerre, alors que les véritables chefs de guerre étaient le général de Rochambeau et l’amiral de Grasse.

Donc, n’en veuillons pas à l’émeutier, laissons cet incident, qui sera d’ailleurs vite réparé, pour ce qu’il est : le saccage d’une statue parmi d’autres par un ignorant, citoyen d’un pays ignorant, trônant sur un monde ignorant.

À lire aussi

Mélenchon veut faire disparaître Saint Louis : ce n’est qu’un début !

On peut dire que la Mélenchonie est, en miniature, ce que fera la République dans un aveni…