La France était appelée aux urnes, le week-end dernier, l’Italie aussi : des élections municipales partielles avaient lieu dans 971 communes. Certes, de grandes villes comme Rome, Milan et Naples n’entraient pas dans cette ronde d’élections : elles ont eu lieu en octobre 2021. Mais pour ce premier tour, un net avantage est donné à la droite italienne. De ces consultations locales, et alors que la grande bataille des législatives italiennes se tiendra au printemps 2023 et décidera du futur gouvernement, on peut tirer deux enseignements.

Tout d’abord, la droite italienne gagne ou est en ballottage favorable quand elle est unie en coalition. Ainsi, à Gênes, Palerme et L’Aquila, la coalition a gagné dès le premier tour.

Le cas de Palerme est emblématique : cette ville où Leoluca Orlando, de gauche, très actif dans la promotion de l’accueil des migrants clandestins depuis 2015, a été maire à cinq reprises en quarante ans, cette ville, donc, a élu un membre de Forza Italia, le parti de Berlusconi, plutôt orienté au centre droit.

À L’Aquila, c’est Pierluigi Biondi, du parti Frères d’Italie (Fratelli d’Italia), soutenu par la Ligue et Forza Italia, qui l’emporte. Plus étonnant, la victoire de la coalition menée par la Ligue à Messine, à l’extrême sud de la botte, tandis que Frères d’Italie, de Giorgia Meloni, s’implante dans le nord, devançant dans plusieurs communes la Ligue dont l’histoire est pourtant intimement liée à cette région.

Interrogé sur Rai 2, Maurizio Gasparri, proche de Berlusconi, explique que « c’est l’union qui fait la force » et que cela seul explique ces bons résultats. Salvini ne dit pas autre chose : « On ne gagne qu’en restant unis. »

À l’opposé de l’échiquier politique, la coalition de gauche PD-M5S (Parti démocrate, gauche, et Mouvement cinq étoiles) donne de moins bons résultats : les électeurs du mouvement populiste 5 étoiles - parti pourtant majoritaire au Parlement - n’étaient pas convaincus de la nécessité d’unir leurs forces à celle du parti de gauche… qui est par ailleurs en train de les absorber.

Du grain à moudre pour Giorgia Meloni, qui prend appui sur ces résultats pour réclamer à nouveau des élections législatives anticipées, puisque « la première force politique au Parlement [(M5S, NDLR] n’existe plus dans le pays ». Et d’ajouter : « Ce vote nous fait nous demander, et je le dis aux alliés [de la coalition, Ligue et Forza Italia, NDLR] s’il faut soutenir ce gouvernement et Mario Draghi. » « On ne gouverne pas le pays comme Belluno ou Palerme ! » lui a répondu Salvini. En dehors des élections, l’ambiance reste fraîche entre les deux alliés et néanmoins rivaux…

Car le deuxième enseignement de ce vote est la confirmation dans les urnes des prédictions sondagières : le parti de Giorgia Meloni, héritier d’Alliance nationale (issu du MSI), a dépassé la Ligue. Le parti de Salvini paie essentiellement sa participation prolongée au gouvernement Draghi, tandis que Giorgia Meloni, seule dans une opposition active et confortable, engrange les votes des transfuges de la Ligue et du M5S. Elle est donc en train de prendre le leadership de cette coalition de centre droit, rôle dévolu auparavant à Matteo Salvini.

La question est de savoir si cette coalition, pourtant active à chaque élection, n’est que formelle ou si les membres qui la composent sauront écarter divergences et querelles d’ego en faisant le compte des dissensions internes à la Ligue (par ailleurs surexploitées par le système médiatique) et l’attirance toujours plus forte de Forza Italia pour le centrisme.

À Giorgia Meloni comme à Matteo Salvini, ces élections ont montré que, comme dit Maurizio Gasparri, « le cycle de la politique peut changer les chiffres, mais ne change pas cette formule qui a donné tant de satisfactions », l’union, l’unité de la coalition qui, « d’ici quelques mois, donnera un gouvernement politique et cohérent à l’Italie ».

Puisse l’exemple de la droite française ne pas être suivi par nos voisins italiens…

3169 vues

14 juin 2022 à 20:09

Partager

Pas encore abonné à La Quotidienne de BV ?

Abonnez-vous en quelques secondes ! Vous recevrez chaque matin par email les articles d'actualité de Boulevard Voltaire.

Vous pourrez vous désabonner à tout moment. C'est parti !

Je m'inscris gratuitement

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

11 commentaires

  1. Puisse la droite française suivre l’exemple de nos voisins Italiens, visiblement plus patriotes et plus intelligents.

  2. Chez nous si la droite avait fait l’union elle serait à la tête de l’état .
    La droite est majoritaire .

  3. Depuis toujours la famille LE PEN refuse toute alliance avec quiconque, car ………….elle garde uniquement «  »son fonds de commerce «  » pour elle. Et d’ailleurs depuis les résultats elle a retrouvé son ton offensif, alors qu’elle était «  » atone «  » devant Macron.
    La famille LE PEN veut rester dans l’opposition et ne veut surtout pas gouverner ! Sa place l’opposante est tellement confortable.
    M LE PEN connait très bien ses lacunes!

  4. Puisse l’exemple de la Droite italienne soit suivi par la Droite Française !
    La Roue tourne !
    Salvini avait été condamné pour avoir protégé les côtes italiennes…

  5. Depuis que MLP a viré son père du FN, aucune entente n’est plus possible à droite. Elle pouvait pactiser avec Zemmour…mais encore NON. À ce petit jeu débile, le pays glisse inexorablement vers le système de « déconstruction » que suit scrupuleusement Macron à la demande des banques mondialistes. La France n’existera même plus à l’issue du nouveau mandat que les français lobotomisés lui ont allègrement accordé.

  6. SINT UNUM disent les Saintes Ecritures . Entre les chapelles de droite nationale il n’y a pas l’épaisseur d’un papier à tabac alors qu’entre les divers Nupes on peut loger le Bottin Mondain si cher à ses membres .
    Les alliages qui font le bronze sont autrement plus solides que chaque composant .

  7. Visiblement les italiens sont plus intelligents que les Français…. Nous, nous avons « la droite la plus bête du monde » c’est confirmé…

  8. La droite Française est C.. comme toujours d’ailleurs, ce qui n’ôte rien à sa très grande prétention ce qui est plus grave encore.

Les commentaires sont fermés.