Cliquez pour acheter

Un dollar entre les dents, de Luigi Vanzi, est certes un film mineur, mais il demeurait malgré tout pertinent de le rééditer, puisque pratiquement invisible depuis des décennies. Pour faire court, il s’agit d’une déclinaison de cette Poignée de dollars de Sergio Leone, tournée trois ans plus tôt, avec Tony Anthony en guise de Clint Eastwood du pauvre. Pourtant, la vision de ce film des plus sympathiques a tout d’une sorte de petit plaisir coupable. Ne serait-ce que parce qu’il en rappelle un autre, le dément Blindman de Ferdinando Baldi, dans lequel le même Tony Anthony joue un pistolero aveugle, mais visant dans le mille à chaque coup, et s’opposant à un psychopathe d’anthologie par un certain Ringo Starr, sympathique jeune homme jouant du tambour dans un orchestre autrefois plus connu sous le nom de… Beatles ! On notera que pour ces trois films, Artus Films fournit, comme d’habitude, un boulot fignolé aux petits oignons : livres aussi savants que copieux et bonus comme s’il en pleuvait.

11 août 2019

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.